Page is loading...

Introduction

 
 
 
En l'an 10, après la migration vers Madina, durant l'année qui fut plus tard connue comme Hajjatoul Wida [(l'année du) Pèlerinage d'Adieu], les Musulmans qui avaient accompagné le Saint Prophète (saw), lors de son voyage à Makka, achevaient les rituels du Hajj. Une fois que le Hajj était terminé, le Prophète (saw) et ceux qui étaient avec lui se dirigèrent vers Madina et vers les autres villes d'où ils venaient.
 
Quand ils atteignirent Rabigh - un lieu se trouvant à trois milles (environ 5 Km) de Jouhfah, l'un des Miqats pour les Houjjaj - le Saint Prophète (saw) reçut l'ordre d'Allah de faire arrêter toute la caravane.
 
À ce moment, le fidèle transmetteur de la Révélation, Jibraïl, vint voir le Saint Prophète (saw) qui se trouvait dans la vallée connue comme Ghadir-e-Qoum et lui révéla les Versets suivants du Qour'an:
 
« Ô Messager ! Transmets ce qui a été descendu vers toi de la part de ton Seigneur ; si tu ne le faisais pas, alors tu n'aurais pas communiqué Son message. Et Allah te protègera des gens. Certes, Allah ne guide pas le peuple mécréant. »
[Souratoul Maïdah (5), verset 67]
 
Étant donné que ce Verset ordonnait au Prophète de s'arrêter exactement là où il se trouvait, lui-même ainsi que ceux qui étaient avec lui firent halte dans la vallée de Ghadir.
 
Il était l'heure de midi et, comme on peut le deviner, il faisait extrêmement chaud. Le Noble Prophète accomplit le Salat de Zoh'r en assemblée et puis, alors qu'une multitude de personnes se trouvaient autour de lui, il monta sur une petite plateforme construite à partir des selles de chameaux et d'autres objets que les musulmans avaient emmenés avec eux.
 
D'une voix forte, il fit un long discours et dit aux gens:
« Ô peuple ! Sachez que, dans peu de temps, je répondrai à l'appel à la Vérité (Allah) et je ne serai plus parmi vous - j'ai une responsabilité envers Allah et vous aussi avez une responsabilité (envers Lui). »
 
Le Prophète (saw) mentionna ensuite quelque chose de très important au peuple et déclara:
« Je laisse, derrière moi, deux choses valeureuses (deux objets de poids) que je vous confie - la première est le Livre d'Allah et la deuxième est ma Famille, les Ahloul Bayt. Ces deux-là ne se sépareront jamais l'un de l'autre. Ô peuple ! N'essayez pas de supplanter le Qour'an et ma Famille et ne soyez pas négligents dans vos actions envers eux parce que, si vous le faites, vous serez détruits. »
 
Après avoir dit ceci, il prit la main de Ali, la leva très haut, le présenta à la multitude de gens réunis et demanda:
« Qui a plus de droits sur les Croyants que leurs propres âmes ? »
Tous proclamèrent d'une seule voix: « Allah et Son Prophète savent mieux. »
 
Le Noble Prophète (saw) annonça alors: « Allah est mon Maître et je suis le maître de tous les Croyants et j'ai plus de droit et d'autorité sur les Croyants qu'ils n'en ont sur leurs propres âmes. »
 
Puis, il continua:
 
« Celui dont je suis le maître, ce Ali est aussi son maître. Ô Allah ! Sois l'ami de celui qui garde amitié avec lui (Ali) et oppose-toi à celui qui s'oppose à lui (à Ali). »
 
L'ange de la Révélation, Jibraïl, descendit, encore une fois, sur l'ordre d'Allah et, à ce moment, il révéla le Verset suivant du Qour'an (Souratoul Maïdah n°5, Verset 3):
 
« En ce jour, J'ai parachevé, pour vous, votre Religion et ai parfait Mes Bénédictions sur vous et Je suis content de l'Islam comme étant votre Religion. »
 
Par conséquent, ce jour fut marqué dans l'histoire comme un jour grandiose et capital.  
 
Le jour de Ghadir eut des dimensions épiques dans l'histoire. C'est un jour qui fut connu comme le jour de Wilayat (l'Autorité) ; le Jour de l'Imamat (Leadership) ; le Jour de Wissayat (la Succession) ; le Jour de la Fraternité, le Jour de Valeur ; le Jour du Courage, de la Bravoure et de la Protection (de la foi) ; le Jour du Plaisir pour les Croyants et le Jour de la Franchise.
 
C'était un jour marqué par:
 
• Les Bénédictions (Divines) ;

• Les remerciements au Tout-Puissant ;

• La transmission du message ;

• Les félicitations ;

• La joie, les festivités et les cadeaux ;

• L'engagement, la promesse et le renouvellement du Serment d'Allégeance ;

• Le parachèvement de la Religion ;

• L'expression de la vérité ;

• La désolation de Shaytan ;

• La présentation du Leader et de la Voie (Droite) ;

• Le test (de la foi) des Musulmans ;

• Le désespoir pour les ennemis ;

• L'espoir pour les (véritables) amis.

 
 
En résumé, c'était le Jour de l'Islam, du Qour'an et des Ahloul Bayt. C'est un jour que les partisans des enseignements authentiques de la foi en Islam marquent avec beaucoup d'estime et un jour où ils se félicitent les uns les autres.
 
On peut comprendre à partir des Ahadith que les Aimmah considéraient ce jour comme un jour de célébration et ils avaient l'habitude d'organiser des programmes spéciaux pour célébrer cet événement.
Il a été rapporté de Fayyad ibn Mouhammad at-Toussi:
« J'étais avec le 8ème Imam (a.s) le jour de Ghadir (le 18 Zilhajj). Je vis un certain groupe de personnes en train de servir l'Imam et l'Imam (a.s) fit en sorte qu'ils restent chez lui jusqu'à l'heure du coucher du soleil pour qu'il puisse leur donner quelque chose à manger (et pour leur permettre ainsi de rompre leur jeûne). L'Imam ordonna que de la nourriture, de nouveaux habits, des chaussures, des bagues et d'autres cadeaux soient envoyés à leurs familles. Dans la maison, je remarquai que l'humeur des personnes présentes était complètement différente de ce qu'il en était habituellement et, c'est grâce à ces personnes, que j'appris la grandeur et l'ampleur de ce jour. »
(Biharoul Anwar, volume 97, page 112, hadith 8)
 
Dans un autre Hadith, il est mentionné qu'un jour, pendant le « Califat Public » d'Imam Ali (a.s) “Open Caliphate, ” le jour d'Eid-e-Ghadir était un vendredi (Djoumouah). Ce jour-là, l'Imam fit un long discours et dit:
« Ce rassemblement se terminera bientôt et chacun d'entre vous rentrera chez lui et rejoindra sa famille - qu'Allah vous comble tous de Sa Miséricorde !
 
En ce jour, vous devez être gentils envers vos familles et faire de bonnes actions vis-à-vis de vos frères. Vous devriez remercier Allah pour les Bénédictions qu'Il vous a accordées. Vous devez également vous assurer de rester unis les uns avec les autres pour que, grâce à ceci, Allah vous aide.
 
Faites du bien aux autres pour qu'Allah rende votre amitié ferme et inébranlable. Grâce aux Bénédictions qu'Allah vous a accordées, offrez-vous des cadeaux (les uns aux autres). En ce jour, Allah (vous) donnera beaucoup plus de récompenses que les autres jours de célébration (Eid). Ce genre de récompense ne peut être obtenu qu'un jour comme celui-ci (Ghadir). Faire du bien aux autres et leur donner beaucoup de richesses augmentent la durée de vie. Si vous recevez des gens chez vous, la Miséricorde et l'Amour d'Allah descendront sur vous.
 
En ce jour, autant que vous le pouvez, donnez à vos frères et à votre famille une partie de la fortune qu'Allah vous a accordée.
 
Soyez toujours souriants et de bonne humeur quand vous rencontrez les autres ; et assurez-vous de remercier Allah pour les Bénédictions dont Il vous a comblé.
 
Allez vers les gens dont l'espoir repose sur vous et agissez bien envers eux. En ce qui concerne la nourriture et les boissons, assurez-vous qu'il y ait une égalité entre vous et ceux qui sont à votre charge et sous votre contrôle. Vous devez faire preuve d'égalité et d'équité selon vos possibilités (et vous devriez vous souvenir que) la récompense d'un don d'un dirham de charité en ce jour équivaut à un don de 100 000 dirhams de charité (à un autre jour) et la Générosité Divine est uniquement dans les Mains d'Allah.
 
En outre, Allah a vivement recommandé le jeûne en ce jour et a promis une grande récompense à celui qui l'observe. Si une personne se préoccupe des besoins et des nécessités de ses frères avant même que ses propres souhaits et désirs (ne soient exprimés à Allah) et si quelqu'un se préoccupe de leurs requêtes, de la meilleure façon possible, alors il obtiendra une récompense équivalente à une journée entière de jeûne et une nuit entière d'adoration jusqu'aux premières heures matinales.
 
Donner à manger, en ce jour, à une personne en jeûne équivaut à aller de maison en maison et à nourrir (de ses propres mains) l'ensemble de ceux qui observent le jeûne.
 
Vous devez transmettre tout ce que vous venez d'entendre à ceux qui ne sont pas ici. Les personnes fortes qui en ont la capacité doivent aller chercher les faibles ; les puissants doivent aller chercher les opprimés, étant donné que ce sont toutes les choses que le Prophète m'a ordonné de faire. »
 
Imam Ali (a.s) lut ensuite le Khoutbah de Djoumouah et accomplit le salat al-Djoumouah (puisqu' il n'y a pas de Salat spécial pour ce Eid).
Après, il se dirigea, avec ses enfants et des Shias, à la maison de l'Imam Houssain (a.s) où le repas était prêt et il distribua des cadeaux aux Shias - aussi bien aux nécessiteux qu'aux autres - qui l'accompagnaient et il leur demanda, ensuite, de rentrer chez eux auprès de leurs familles.»1
 
Insha-Allah, nous espérons, qu'un jour, tous les Musulmans du monde marqueront le jour d'Eid-e-Ghadir de façon si grande et magnanime et le célèbreront comme il mérite d'être célébré.
 

  • 1. Biharoul Anwar, volume 97, page 117

Share this page