Page is loading...

Le mois de Cha‘bân

De la Précellence du mois de Cha‘bân

Cha‘bân est un mois noble et qualifié comme étant le « mois du Prophète (P) » lequel y jeûnait et reliait le jeûne de ce mois à celui du mois de Ramadhân (c’est-à-dire qu’il jeûnait deux mois d’affilée). En effet le noble Prophète disait: «Cha‘bân est mon mois; quiconque jeûne un jour de mon mois aura obligatoirement droit au Paradis».

L’Imam al-Sâdiq (p) dit: «Lorsque le mois de Cha‘bân arrivait, l’Imam al-Sajjâd (p) réunissait ses compagnons et leur déclarait: « O mes compagnons! Savez-vous ce qu’est ce mois? C’est le mois de Cha‘bân dont le Prophète (P) disait: « C’est mon mois ». Jeûnez donc pendant ce mois par amour pour votre Prophète (P) et pour vous rapprocher de votre Seigneur. Je jure, par Celui qui détient mon âme, que j’ai entendu l’Imam al-Hussain (p) dire: « Quiconque jeûne le mois de Chabân par amour pour le Prophète (P) et pour se rapprocher d’Allah, Allah l’aimera, le rapprochera de Sa Grâce le Jour du Jugement et le destinera obligatoirement au Paradis » ».

Safwân al-Jammâl rapporte: «L’Imam al-Sâdiq (p) me dit un jour: “ Incite les gens autour de toi à faire le jeûne pendant le mois de Cha‘bân ”. Je lui demanda alors: “ Que je te sois sacrifié! Y a-t-il quelque chose de particulier dans ce mois? ”: “ Oui bien sûr! Lorsque le croissant du mois de Cha‘bân apparaissait, le Messager d’Allah ordonnait à un crieur de proclamer: « O Habitants de Yathrib (Médine)!

Je suis le Messager d’Allah auprès de vous. Sachez que le mois de Cha‘bân est mon mois. Qu’Allah entoure de Sa Miséricorde quiconque participe avec moi au jeûne de mon mois. » ”. Et l’Imam al-Sâdiq (p) d’ajouter: “ L’Imam Ali (p) disait: «Depuis que j’ai entendu le crieur du Prophète (P) proclamer (le jeûne) au mois de Cha‘bân, je n’ai jamais manqué de jeûner pendant ce mois et je ne manquerai jamais, inchâ’Allah (si Dieu le veut) de le faire le restant de ma vie. Car le Messager d’Allah (P) disait: “Le jeûne pendant deux mois consécutifs est une repentance auprès d’Allah ”»

Si on ne peut pas faire le jeûne tous les jours du mois, on pourrait se contenter de trois jours de jeûne avec l’accomplissement de deux rakah de prière la nuit. Dans chaque rakah on doit réciter la sourate al-Hamd une fois et la sourate al-Tawhîd onze fois.

Les Actes de piété à accomplir pendant le mois de Cha‘bân

Il y a deux sortes d’actes de piété à accomplir pendant ce mois: les uns communs à tous les jours du mois, les autres ponctuels et s’accomplissent pendant des jours déterminés de ce mois:

a- Les actes communs à tous les jours du mois

1- Dire chaque jour 70 fois:

« Astagh-fir-ullâha wa as’aluhu-t-tawba-ta »

اَسْتَغْفِر اللهَ وَاَسْئَلُهُ التَّوْبَةَ

(Je demande pardon à Allah et je me repens auprès de Lui)

2-Dire chaque jour 70 fois:

« Astagh-fir-ullah-al-lathî lâ Ilâha illâ Huwa-r-Rahmân-u-Rahîmu-l-Hayy-ul-Qayyûmu wa atûbu ilayhi »

اَسْتَغْفِرُ اللهَ الَّذي لا اِلـهَ اِلاَّ هُوَ الرَّحْمنُ الرَّحيمِ الْحَيُّ الْقَيُّومُ وَاَتُوبُ اِلَيْه

(Je demande pardon à Allah, point de Dieu que Lui, le Miséricordieux, le Clément, le Vivant, l’Absolu, et je me repens auprès de Lui).

Il est à noter que l’istighfâr (la demande de pardon à Allah) est le meilleur des du‘â’et des actes d’adoration au mois de Chabân. Et celui qui demande pardon à Allah 70 fois chaque jour de ce mois aura la récompense spirituelle de quelqu’un qui aurait récité soixante-dix mille fois l’istighfâr pendant tous les mois de l’année

3-Faire l’aumône, ne serait-ce qu’avec la moitié d’une datte (si l’on n’a pas les moyens) pour qu’Allah interdise l’Enfer à son corps.

4- Dire: « Allâhu lâ Ilâha illallâh-u, wa lâ na‘budu illâ iyyâh-u, mukhliçîna lahu-d-dîn-a wa law kariha-l-muchrikûn-a »

لا اِلـهَ اِلاَّ اللهُ وَلا نَعْبُدُ اِلاّ اِيّاهُ مُخلِصينَ لَهُ الدّينَ وَلَوْ كَرِهَ الْمُشْرِكُون

(Allah, il n’y a de Dieu qu’Allah. Nous n’adorons que Lui en étant sincères dans notre culte, et ce même si cela déplaît aux polythéistes).

5-Accomplir deux rak‘ah de prière chaque jeudi de Cha‘bân. Dans chaque rak‘ah, il faut réciter une fois la Sourate al-Hamd (Fâtihah) et cent fois la sourate al-Tawhîd (Ikhlâç). Et au terme de la Prière on doit réciter cent fois:

« Allâhumma çalli ‘alâ Muhammadin wa Âle Muhammad-in »

(اَللّـهُمَّ صَلِّ عَلى مُحَمَّد وَآلِ مُحَمَّد)

(O Allah! Prie sur Mohammad et sur sa Famille)

afin de pouvoir espérer qu’Allah subvienne à tous nos besoins dans ce bas-monde et dans l’autre monde.

De même, il est très recommandé d’accomplir le jeûne les jeudis de ce mois, faute de pouvoir le faire tous les jours. En effet, selon le Hadith, le ciel est orné chaque jeudi du mois de Cha‘bân et les Anges disent alors à Allah: “O Notre Seigneur! Pardonne à celui qui jeûne aujourd’hui et exauce ses prières ”.

Enfin, selon un autre Hadith, il est fortement recommandé, de faire le jeûne les lundis et les jeudis de ce mois béni, cela appellera la satisfaction des besoins

6- Multiplier la récitation de la prière sur le Prophète (P) et sur sa Famille: « Allâhumma çalli ‘alâ Muhammadin wa âle Muhammad-in ».

b-Les actes de piété ponctuels

La veille (la nuit) du 1e jour du mois:

Accomplir 12 rak‘ah de prière: réciter dans chaque rak‘ah une fois la sourate al-Hamd et 11 fois la sourate al-Tawhîd

Le 1e jour du mois

Il est très recommandé qu’on accomplisse le jeûne ce jour-là et qu’on fasse la nuit deux rak‘ah de prière, et qu’on récite dans chacune d’elles la sourate al-Hamd une fois et la sourate al-Tawhîd onze fois.

Le 3e jour du mois

C’est un jour béni marqué par la naissance de l’Imam al-Hussain (p). Tous les actes de piété, et tout particulièrement le jeûne, sont très recommandés ce jour dans lequel on commémore l’anniversaire du Maître des Martyrs, le petit-fils du Prophète (P). De même il est recommandé d’y réciter le du‘â’ suivant:

« Allâhumma innî as’aluka bi-haqq-il-mawlûdi fî hâthâ-l-yawm-il-mawû‘di, bi-chahâdatihi qabl-astihlâlihi wa wilâdatihi, bakat-hu-s-samâ’u wa man fîhâ wa-l-ardhu wa man ‘alayhâ wa lammâ yata’u lâbatayhâ, qatîl-il-‘abrati wa sayyid-il-usrati, al-mamdûdi bi-n-nuçrati yawm-al-karrati, al-mu‘awwadhi min qatlihi inna-l-a’immata min naslihi wa-ch-chafâ’a fî turbatihi wa-l-fawza ma‘ahu fî awbatihi wa-l-awçiyâ’a min ‘itratihi ba‘da qâ’imihim wa ghaybatihi, hattâ yudrikû-l-awtâra wa yath’ar-uth-tha’ra, wa yurdh-uj-Jabbâra wa yakûnû khayra ançârin, çallâllâhu ‘alayhim ma‘a-khtilâf-il-layli wa-n-nahâr-i.

Allâhumma fa-bihaqqihim ilayka atawassalu wa as’aluka su’âla muqtarifin mu‘tarifin musî’in ilâ nafsihi mimma farrata fî yawmihi wa amsihi, yas’aluka-l-‘içmata ilâ mahalli ramsihi. Allâhumma fa-çalli ‘alâ Muhammadin wa ‘itratihi wa-hchurnâ fî zumratihi, wa bawwi’nâ ma‘ahu dâr-al-karâmti wa mahall-al-iqâmati. Allâhumma wa kamâ akramtanâ bi-ma‘rifatihi fa-akrimnâ bi-zulfatihi wa-rzuqnâ murâfaqatahu wa sâbiqatahu, wa-j‘alnâ mimman yusallimu li-amrihi wa yukthir-uç-çalâta ‘alayhi ‘inda thikrihi wa ‘alâ jamî‘i awçiyâ’ihi wa ahli açfiyâ’ihi, al-mamdûdîna minka bi-l-‘adad-il-ithnay‘achara, an-nujûm-iz-zuhari wa-l-hujaji ‘alâ jamî‘-il-bachari.

Allâhumma wahab lanâ fî hâthâ-l-yawmi khayra mawhibatin wa anjih lanâ kulla talibatin, kamâ wahbt-al-Husayna li-Muhammadin jaddihi wa ‘âtha futrusu bi-mahdihi, fa-nahnû â’ithûna bi-qabrihi min ba‘dihi, nach-hadu turbatahu wa nantadhiru awbatahu, âmîna Rabb-al-‘âlamîn-a ».

اَللّـهُمَّ اِنّي اَساَلُكَ بِحَقِّ الْمَوْلُودِ في هذَا الْيَوْمِ الْمَوْعُودِ بِشَهادَتِهِ قَبْلَ اْستِهْلالِهِ وَوِلادَتِهِ، بَكَتْهُ السَّمآءُ وَمَنْ فيها وَالاَْرْضُ وَمَنْ عَلَيْها وَلَمّا يَطَأْ لابَتَيْها قَتيلُ الْعَبْرَةِ وَسَيِّدَ الاُْسْرَة،ِ الْمَمْدُودِ بِالنُّصْرَةِ يَوْمَ الْكَرَّةِ الْمُعَوَّضِ مِنْ قَتْلِهِ اَنَّ الاَْئِمَّةَ مِنْ نَسْلِهِ وَالشِّفآءَ في تُرْبَتِهِ والْفَوْزَ مَعَهُ في اَوْبَتِهِ والأوْصِيآءَ مِنْ عِتْرَتِهِ بَعْدَ قآئِمِهِمْ وَغَيْبَتِهِ حَتّى يُدْرِكُوا الاَْوْتارَ وَيَثأَرُوا الثّارَ وَيُرْضُوا الْجَبّارَ وَيَكُونُوا خَيْرَ اَنْصارِ، صَلَّى اللهُ عَلَيْهِمْ مَعَ اْختِلافِ اللَّيلِ وَالنَّهارِ. اَللّـهُمَّ فَبِحَقِّهِمْ اِلَيْكَ اَتَوَسَّلُ وَاَسْئَلُ سُؤالَ مُقْتَرفٍ مُعْتَرفٍ مُسيءٍ اِلى نَفْسِهِ مِمَّا فَرَّطَ في يَوْمِهِ وَاَمْسِهِ يَسْئَلُكَ الْعِصْمَةَ اِلى مَحَلِّ رَمْسِهِ اَللّـهُمَّ فَصَلِّ عَلى مُحَمَّد وَعِتْرَتِهِ وَاحْشُرْنا في زُمْرَتِهِ، وَبَوِّئْنا مَعَهُ دارَ الْكَرامَةِ وَمَحَلَّ الاِقامَةِ، اَللّـهُمَّ وَكَما اَكْرَمْتَنا بِمَعْرِفَتِهِ فَاَكْرِمْنا بِزُلْفَتِهِ وَارْزُقْنا مُرافَقَتَهُ وَسابِقَتَهُ وَاجْعَلْنا مِمَّنْ يُسَلِّمُ لاَْمْرِهِ وَيُكْثِرُ الصَّلوةَ عَلَيْهِ عِنْدَ ذِكْرِهِ وَعَلى جَميعِ اَوْصِيآئِهِ وَاَهْلِ اَصْفِيآئِهِ الْمَمْدُوديِن مِنْكَ بِالْعَدَدِ الاِثْنَيْ عَشَرَ النّجُومُ الزُّهَرِ وَالْحُجَجِ عَلىجَميعِ الْبَشَرِ ، اَللّـهُمَّ وَهَبْ لَنا في هذَا الْيَوْمِ خَيْرَ مَوْهِبَةٍ وَاَنْجِحْ لَنا فيهِ كُلَّ طَلِبَةٍ ، كَما وَهَبْتَ الْحُسَيْنَ لُِمحَمَّدٍ جَدِّهِ وَعاذَ فُطْرُسُ بِمَهْدِهِ فَنَحْنُ عائِذُونَ بِقَبْرِهِ مِنْ بَعْدِهِ نَشْهَدُ تُرْبَتَهُ وَنَنْتَظِرُ اَوْبَتَهُ آمينَ رَبَّ الْعالَمينَ.

Traduction

(O mon Dieu! Je T’implore, par le mérite de celui qui est né en ce jour promis, par son martyre (prévu) avant sa naissance, celui que le ciel et tout ce qui s’y trouve, ainsi que la terre et tout ce qu’elle abrite ont pleuré, avant même leur naissance, celui dont l’assassinat est un motif de pleurs (...), celui dont nous nous consolons de la perte par le fait que nos Imams descendent de lui, que la terre dans laquelle il est enterré est guérison (médicament), que la victoire sera le Retour avec lui et ses descendants, après l’occultation de leur Résurrecteur, l’Imam al-Mahdi, pour le venger et satisfaire le Terrible (Allah).

Que la prière d’Allah soit sur eux tant que les nuits et les jours continuent à se suivre. Je Te supplie donc, O Seigneur! par leur amour, et je T’implore comme un pécheur confessant, repentant, ayant causé le mal à lui-même en se livrant à des excès hier et aujourd’hui, et Te demandant la protection jusqu’au lieu de son enterrement, de prier sur Mohammad et sa progéniture, de nous placer avec ses compagnons, de nous établir à ses côtés dans la Demeure éternelle.

O Seigneur! De même que Tu nous as honorés de sa connaissance, honore-nous de sa proximité, favorise-nous de sa compagnie, et fais que nous soyons au nombre de ceux qui souscrivent à sa cause et qui, chaque fois qu’on mentionne son nom, prient sur lui et sur tous ses douze héritiers- les étoiles brillantes et les preuves d’Allah auprès de toute l’humanité.

O Seigneur! Accorde-nous également en ce jour, le meilleur don, et accède à toutes nos demandes, de même que Tu as donné al-Hussain à son grand-père Mohammad et que l’Ange Futrus s’est protégé par le berceau d’Al-Hussain, nous nous protégeons par sa tombe après son martyre, nous regardons sa terre et nous attendons son retour, âmen! O Seigneur des mondes)

Puis on récite le du‘â’ suivant de l’Imam al-Hussain (p), lequel fut le dernier du‘â’ qu’il récita lorsque ses ennemis et assaillants l’attaquèrent en grand nombre, le Jour de ‘Âchûrâ’, le 10 Moharram:

« Allâhumma Anta muta‘âl-il-makâni, ‘adhîm-ul-jabarûti, chadîd-ul-mihâli ghaniyy-un ‘an-il-khalâ’iqi, ‘arîdh-ul-kibriyâ’i, qâdirun alâ mâ tachâ’u, qarîb-ur-rahmati çâdiq-ul-wa‘di, sâbigh-un-ni‘mati, hasan-ul-balâ’i, qarîbun ithâ du‘îta, muhîtun bimâ khalaqta, qâbil-ut-tawbati liman tâba ilayka, qâdirun ‘alâ mâ aradta wa mudrikun mâ talabta wa chakûrun ithâ chukirta wa thakûrun ithâ thukirta, ad‘ûka muhtâjan wa arghabu ilayka faqîran wa afza‘u ilaka khâ’ifan wa abkî ilayka makrûban wa asta‘înu bi-ka dha‘îfan, wa atawakkalu ‘alayka kâfiyan, uhkum baynanâ wa bayna qawminâ bi-l-haqqi fa-innahum gharrûnâ wa khada‘ûnâ wa khathalûnâ wa ghadarû bi-nâ wa qatalûnâ wa nahnu ‘itratu nabiyyika wa waladu habîbika Muhammadin-ibni ‘Abdullâh allathî-ç-tafaytahu bi-r-Risâlati wa’tamantahu ‘alâ wahyika, fa-j‘al lanâ min amrinâ farajan wa makhrajan bi-Rahmatika yâ arham-ar-râhimîn-a ».

اَللّـهُمَّ اَنْتَ مُتَعالِي الْمَكانِ عَظيمُ الْجَبَرُوتِ شَديدُ الِمحالِ غَنيٌّ َعنِ الْخَلائِِقِ عَريضُ الْكِبْرِيآءِ قادِرٌ عَلى ما تَشآءُ قَريبُ الرَّحْمَةِ صادِقُ الْوَعْدِ سابِغُ النِّعْمَةِ حَسَنُ الْبَلاءِ قَريبٌ إذا دُعيتَ مُحيطٌ بِما خَلَقْتَ قابِلُ التُّوبَةِ لَمَنْ تابَ اِلَيْكَ قادِرٌ عَلىما اَرَدْتَ وَمُدْرِكَ ما طَلَبْتَ وَشَكُورٌ اِذا شُكِرْتَ وَذَكُورٌ اِذا ذُكِرْتَ ، اَدْعُوكَ مُحْتاجاً وَاَرْغَبُ اِلَيْكَ فَقيراً وَاَفْزَعُ اِلَيْكَ خآئِفاً وَ اَبْكي اِلَيْكَ مَكْرُوباً وَاَسْتَعينُ بِكَ ضَعيفاً وَاَتوَكَّلُ عَلَيْكَ كافِياً، اُحْكُمْ بَيْنَنا وَبَيْنَ قَوْمِنا بِالْحَقِّ فَاِنَّهُمْ غَرُّونا وَخَدَعُونا وَ خَذَلونا وَغَدَروا بِنا وَقَتَلُونا ونَحْنُ عِتْرَةُ نَبِيِّكَ وَوَلَدُ حَبيبِكَ مُحَمَّدِ بْنِ عَبْدِاللهِ الَّذي اصْطَفَيْتَهُ بِالرِّسالَةِ وَائْتَمَنْتَهُ عَلى وَحْيِكَ فَاجْعَلْ لَنا مِنْ اَمْرِنا فَرَجاً وَمَخْرجاً بِرَحْمَتِكَ يا اَرْحَمَ الرّاحِمينَ.

Traduction:

(O Allah! Tu es le Très-Haut, Ta Puissance est immense, Ta Force est redoutable; Tu te passes de toutes les créations, Ta Magnificence est large, Tu as le Pouvoir sur toutes choses, Ta Miséricorde est accessible, Tu tiens Ta Promesse, Tu es le Pourvoyeur de la Bénédiction, Ton épreuve est belle, Tu es tout près quand on T’appelle, Tu es au courant de toute Ta création, Tu acceptes la repentance de quiconque se repent auprès de Toi, Tu as le Pouvoir sur tout ce que Tu veux, Tu parviens à atteindre ce que Tu demandes, Tu es Reconnaissant lorsque Tu es loué, Tu te rappelles, lorsqu’on T’appelle!

C’est pourquoi je Te supplie en tant que nécessiteux, je me réfugie auprès de Toi en tant que pauvre, j’ai recours à Toi, lorsque j’ai peur, je pleure devant Toi, quand je suis affligé, je cherche Ton secours, me sentant faible, je compte sur Toi, pour n’avoir besoin de personne. Juge donc entre nous et les nôtres, lesquels nous ont séduits, trompés, abandonnés, trahis et assassinés, alors que nous sommes la progéniture de Ton Prophète et les fils de Ton bien-aimé, Mohammad Ibna Abdullah que Tu as élu pour se charger de Ton Message et à qui Tu as confié la Révélation. Sors-nous donc de notre épreuve, par Ta Miséricorde, O le Plus Miséricordieux des miséricordieux!).

Les Trois Nuits blanches du mois (la veille-la nuit-du 13, du 14 et du 15)

On appelle les Nuits blanches les trois nuits du 12 au 13, du 13 au 14 et du 14 au 15 du mois de Cha‘bân (ainsi que celles du mois de Rajab et du mois de Ramadhân). Elles sont dénommées ainsi, parce que la lune y devient très blanche. Ces nuits sont particulièrement bénies et les actes de piété y sont très recommandés.

Parmi ces actes de piété recommandés figure l’accomplissement de deux rakah de prière dont chacune comporte la lecture de la sourate al-Hamd, la sourate Yâs-sîn, la sourate al-Mulk et la sourate al-Tawhîd, pendant la nuit du 12 au 13, de 4 rak‘ah (2 fois 2 rak‘ah) pendant la nuit du 13 au 14, et de 6 rak‘ah (3 fois 2 rak‘ah) pendant la nuit du 14 au 15. Selon l’Imam Jafar al-Sâdiq, quiconque accomplit ainsi ces prières obtiendra le thawâb (la récompense spirituelle) des trois mois bénis (Rajab Cha‘bân et Ramadhân) et Allah lui pardonnera tous les péchés, à l’exception de celui de polythéisme.

La Nuit de la mi-Cha‘bân (la nuit de la veille du 15 Cha‘bân)

C’est une Nuit très honorée, car, selon l’Imâm Ja‘far al-Sâdiq (S), l’Imam al-Bâqer (S), parlant de la précellence de cette Nuit, dit: «Elle est la meilleure des nuits après la Nuit du Destin, car Allah y accorde à Ses serviteurs Ses Faveurs et leur pardonne par Sa Grâce. Efforcez-vous donc de vous approchez d’Allah pendant cette Nuit, Lequel a promis de ne refuser aucune demande d’un solliciteur, à moins que sa demande ne comporte un péché. C’est la Nuit qu’Allah a accordée à nous les Ahl-ul-Bayt, au même titre qu’IL a accordé la Nuit du Destin à notre Prophète, que la Paix soit sur lui. Appliquez-vous donc à prier Allah et à faire Ses louanges pendant cette Nuit bénie».

Parmi les grandes bénédictions de cette Nuit, il faut retenir surtout l’anniversaire de la Naissance du « Sultan des Temps », « l’Imam du Temps », l’Imam al-Mahdi, né avant l’aube, le 15 Cha‘bân de l’an 255 de l’hégire, à Sarra Man Ra’â (Sammarrâ’ en Irak). Ce saint anniversaire ne fait que rajouter aux nombreuses vertus de cette Nuit, soulignées par le Noble Prophète et les saints Imams des Ahl-ul-Bayt.

Selon différents hadith beaucoup d’actes d’adoration sont très recommandés pendant cette nuit. En voici quelques-uns:

1- Accomplir un ghusl (bain rituel), de préférence au coucher du soleil. Cet acte appelle l’allégement des péchés inscrits dans le passif de la personne concernée.

2- Veiller cette nuit en priant, en récitant des do‘â’, en accomplissant les différents actes d’adoration recommandés pour cette nuit et implorant Allah qu’Il nous accorde l’absolution de nos péchés, comme le faisait l’Imam Zayn al-‘Âbidine, le 4e Imam d’Ahl-ul-Bayt. En effet, selon le Hadith « Quiconque veille cette nuit de la sorte, son coeur ne mourra pas le Jour où les coeurs meurent ».

3- Accomplir la Ziyârah (visite pieuse) de l’Imam al-Hussain (p), laquelle constitue le meilleur des actes d’adoration attachés à cette nuit, et commande l’effacement des péchés. En outre, selon le hadith, quiconque désirerait avoir sa main serrée par 124 mille Prophètes, qu’il accomplisse cette ziyârah, laquelle peut se faire comme suit: on commence par regarder à droite et à gauche, puis on lève la tête vers le ciel en disant:

“As-salâmu ‘alayka yâ Abâ ‘Abdillah! As-salâmu ‘alayka wa Rahmatullâhi wa Barakâtuhu”

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا اَبا عَبْدِ اللهِ السَّلامُ عَلَيْكَ وَرَحْمَةُ اللهِ وَبَرَكاتُهُ

(Que la Paix soit sur toi, ô Abâ Abdullâh (Imam Hussain)! Que la Paix soit sur toi, ainsi que la Miséricorde et les Bénédictions d’Allah).

Il est dit aussi que celui qui fait cette ziyârah, Allah inscrit à son actif la récompense d’un Pèlerinage de la Mecque ( Pèlerinage majeur)et d’une ‘Omrah (pèlerinage mineur).

5-Il est recommandé de réciter le do‘â’ suivant qui équivaut à une ziyârah (visite pieuse) de l’Imam et de prier pour qu’Allah hâte sa venue.

«Allâhumma bi-haqqi laylatinâ hâthihi wa mawlûdihâ wa Hujjatika wa maw‘ûdihâ, allatî qaranata ilâ fadhlihâ fadhlan, fatammat kalimatuka çidqan wa ‘adlan, lâ mubaddila li-Kalimatika wa lâ mu‘aqqiba li-âyâtika, Nûruka al-muta’alliqu wa dhiyâ’uk-al-muchriqu w-al-‘alamu-n-nûru fî takhyâ’-il-dayjûri, al-ghâ’ib-ul-mastûru jalla mawliduhu wa karuma mahtiduhu w-al-malâ’ikatu chuhhaduhu wallâhu nâçiruhu wa mu’ayyiduhu ithâ âna mî‘âduhu wa-l-malâ’ikatu amdâduhu, sayf-ullâh-ullathî lâ yanbû wa nûruhu-l-lathî lâ yakhbû, wa thû-l-hilmi-l-lathî lâ yaçbû madâr-ul-dahri wa nawâmîs-ul-‘açri wa wulât-ul-amri wa-l-munazzalu ‘alayhim mâ yatanazzalu fî laylat-il-Qadri wa açhâb-ul-hachri wa-n-nachri, tarâjimatu wahyihi wa wulâtu Amrihi wa Nahyihi.

Allâhumma fa-çalli ‘alâ Qâ’imihim-ul-mastûri ‘an ‘awâlimihim. Allâhuma wa-drik binâ ayyâmahu wa dhuhûrahu wa qiyâmahu wa-j‘alnâ min ançârihi wa-qrin thârana bi-thârihi wa-ktubnâ fî a‘wânihi wa khulaçâ’ihi wa ahyînâ fî dawlatihi nâ‘imîna wa bi-çuhbatihi ghânimîna wa bi-haqqihi qâ’imîna wa min-as-sû’i sâlimîna yâ arham-ar-râhimîn-a, wa-l-hamdu lillâhi Rabb-il-‘âlamîn-a wa çalawâtuhu ‘alâ Sayyidinâ Muhammadin khâtam-in-nabiyyina wa-l-mursalîna wa ‘alâ ahli baytihi-ç-çâdiqîna wa ‘itratihi-n-nâtiqîna wa-l‘an jamî‘a-dh-dhâlimîna wa-hkum bananâ wa baynahum yâ ahkam-al-hâkimîn-a »

اَللّـهُمَّ بِحَقِّ لَيْلَتِناهَذِهِ وَمَوْلُودِها وَحُجَّتِكَ وَمَوْعُودِها الَّتي قَرَنْتَ اِلى فَضْلِها فَضْلاً فَتَمَّتْ كَلِمَتُكَ صِدْقاً وَعَدْلاً لا مُبَدِّلَ لِكَلِماتِكَ وَلا مُعَقِّبَ ِلآياتِكَ نُورُكَ الْمُتَاَلِّقُ وَضِيآؤُكَ الْمُشْرِقُ وَالْعَلَمُ النُّورُ في طَخْيآءِ الدَّيْجُورِ الْغائِبُ الْمَسْتُورُ جَلَّ مَوْلِدُهُ وَكَرَمَ مَحْتِدُهُ وَالْمَلائِكَةُ شُهَّدُهُ وَاللهُ ناصِرُهُ وَمُؤَيِّدُهُ اِذا آن ميعادُهُ وَالْمَلائِكَةُ اَمْدادُهُ سَيْفُ الله الَّذي لا يَنْبُو وَنُورُهُ الَّذي لا يَخْبُو وَذُو الْحِلْمِ الَّذي لا يَصْبُو مَدارُ الَّدهْرِ وَنَواميسُ الْعَصْرِ وَوُلاةُ الاَْمْرِ وَالْمُنَزَّلُ عَلَيْهِمْ ما يَتَنَزَّلُ في لَيْلَةِ الْقَدْرِ وَاَصْحابُ الْحَشْرِ وَالنَّشْرِ تَراجِمَةُ وَحْيِهِ وَوُلاةُ اَمْرِهِ وَنَهْيِهِ اَللّـهُمَّ فَصَلِّ عَلى خاتِمِهْم وَقائِمِهِمْ الْمَسْتُورِ عنَْ عَوالِمِهِمْ اَللّـهُمَّ وَاَدْرِكَ بِنا أَيّامَهُ وَظُهُورَهُ وَقِيامَهُ وَاجْعَلْنا مِنْ اَنْصارِهِ وَاقْرِنْ ثارَنا بِثارِهِ وَاكْتُبْنا في اَعْوانِهِ وَخُلَصآئِهِ وَ أََحْيِنا في دَوْلَتِهِ ناعِمينَ وَبِصُحْبَتِهِ غانِمينَ وَبِحَقِّهِ قائِمينَ وَمِنَ السُّوءِ سالِمينَ يا اَرْحَمَ الرّاحِمينَ وَالْحَمْدُ للهِ رَبِّ الْعالَمينَ وَصَلَواتُهُ عَلى سَيِّدِنا مُحَمَّدٍ خاتَمِ النَّبِيّينَ وَالْمُرْسَلينَ وَعَلى اَهْلِ بَيْتِهِ الصّادِقينَ وَعِتْرَتِهَ النّاطِقينَ وَالْعَنْ جَميعَ الظّالِمينَ واحْكُمْ بَيْنَنا وَبَيْنَهُمْ يا اَحْكَمِ الْحاكِمينَ.

Traduction:

(O Seigneur! Par cette nuit et celui qui y est né, lequel représente Ta Preuve (Hujjataka) et la Promesse qu’elle incarne, et dont la naissance rajoute à la vertu de cette nuit, et montre ainsi la Véridicité et la Justice de Ta Parole que rien ne peut modifier ni ne commenter; celui qui constitue Ton Halo lumineux, Ta Lumière brillante et le Phare illuminant dans les nuits ténébreuses, et qui est absent et occulté, celui dont la naissance est auguste, dont le lignage est noble, celui dont les assistants sont les Anges et dont le soutien et l’appui est Allah; et lorsque l’Heure de sa réapparition arrivera les Anges seront ses renforts.

Il est l’épée frappante et indestructible d’Allah et Sa Lumière inextinguible. Il fait partie de ceux dont la mansuétude est sans duplicité; ceux qui savent ce que le Temps cache et constituent le plus profond des secrets de la Vie; ceux qui détiennent l’autorité; ceux à qui est révélé ce qui est est révélé la Nuit du Destin; ceux qui sont présents sur la scène du Jour du Rassemblement et de la Résurrection, ceux qui sont les traducteurs de Sa Révélation et l’autorité de Ses Ordres et de Ses interdits. O Seigneur! Prie donc sur le sceau et le résurrecteur caché de tous ceux qui détiennent l’Autorité....

O Seigneur! Fais aussi que nous atteignions son époque et sa réapparition, que nous soyons parmi ses partisans, que notre vengeance se joigne à la sienne; et inscris-nous au nombre de ses adeptes et de ses fidèles compagnons, accorde-nous le bonheur de vivre heureux dans son État, fais-nous gagner sa compagnie et éloigne de nous par lui tout mal, O Toi, le plus Miséricordieux des miséricordieux. Louanges à Allah, Seigneur de l’Univers, et que Ses Prières soient sur Mohammad, le Sceau des Prophètes et des Envoyés, ainsi que sur les membres pieux de sa Famille et sa Progéniture. O Seigneur! Maudis d’autre part tous les tyrans et les injustes, et juge entre nous et eux, o le plus Judicieux des juges.)

6- Cheikh Ismâ‘îl Ibn Fadhl al-Hâchimî affirme que l’Imam al-Sâdiq (p) lui apprit le du‘â’ suivant pour qu’il le récite la Nuit de la mi-Cha‘bân:

«Allâhumma Anta-l-Hay-yul-Qayyûmu-l-‘Aliyyu-l-‘Adhîmu-l-Khâliqu-l-Râziqu-l-Muhy’lMumîtu-l-Badî’u-l-Badî‘u. Laka-l-Jalâlu wa laka-l-Fadhlu wa laka-l-Hamdu wa laka-l-Mannu wa laka-l-jûdu wa laka-l-Karamu wa laka-l-Amru wa laka-l-Majdu wa laka-ch-Chukru. Wahduka lâ charîka laka, yâ Wâhidu yâ Ahadu yâ Çamadu yâ Man lam yalid wa lam yûlad wa lam yakun lahu kufwan ahadun! Çalli ‘alâ Muhammadin wa Âle Muhammadin wa-gh-fir lî wa-r-hamnî wa-kfinî mâ ahammanî wa-q-dhi daynî wa wassi‘ ‘alayya fî rizqî, fa-Innaka fî hâthihi-l-laylati kulla amrin hakîmin tafruqu, wa man tachâ’u min khalqika tarzuqu; fa-r-zuqnî wa Anta Khayru-r-râziqîna qulta wa Anta Khayru-l-qâ’ilîna-n-nâtiqîna: « Wa-s’alû-llâha min Fadhlihi »; famin Fadhlika as’alu wa iyyâka qaçadtu wa-bna Nabiyyik-a‘tamadtu wa Laka rajawtu, fa-rhamnî yâ Arham-ar-râhimîn-a. »

اَللّـهُمَّ اَنْتَ الْحَيُّ الْقَيُّومُ الْعَلِيُّ الْعَظيمُ الْخالِقُ الرّازِقُ الُْمُحْيِي الْمُميتُ الْبَديءُ الْبَديعُ لَكَ الْجَلالُ وَلَكَ الْفَضْلُ وَلكَ الْحَمْدُ وَلَكَ الْمَنُّ وَلَكَ الْجُودُ وَلَكَ الْكَرَمُ وَلَكَ الاَْمْرُ وَلَكَ الَمجْدُ وَلَكَ الْشُّكْرُ وَحْدَكَ لا شَريكَ لَكَ يا واحِدُ يا اَحَدُ يا صَمَدُ يا مَنْ لَمْ يَلِدْ وَلَمْ يُولَدْ وَلَمْ يَكُنْ لَهُ كُفُواً اَحَدٌ صَلِّ عَلى مُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ وَاْغفِرْ لي وَارْحَمْني وَاكْفِني ما اَهَمَّني وَاقْضِ دَيْني وَوَسِّعْ عَلَيَّ في رِزْقي فَاِنَّكَ في هذِهِ اللَّيْلَةِ كُلَّ اَمْر حَكيم تَفْرُقُ وَمَنْ تَشآءُ مِنْ خَلْقِكَ تَرْزُقُ فَارْزُقْني وَاَنْتَ خَيْرُ الرّازِقينَ فَاِنَّكَ قُلْتَ وَاَنْتَ خَيْرُ الْقآئِلينَ النّاطِقينَ: واسْئَلُو اللهَ مِنْ فَضْلِهِ فَمِنْ فَضْلِكَ وَاِيّاكَ قَصَدْتُ وابْنِ نَبِيِّكَ اعْتَمَدْتُ وَلَكَ رَجَوْتُ فَارْحَمْني يا اَرْحَمَ الرّاحِمينَ.

Traduction:

(Ô mon Dieu! Tu es le Vivant, le Subsistant, le Très-Haut, le Grandiose, le Créateur, le Dispensateur, Celui Qui fait revivre, Celui Qui fait mourir, Celui qui est au commencement de tout, le Créateur! A Toi appartient la Majesté, à Toi appartient la Grâce, à Toi revient la louange, à Toi revient la gratitude, à Toi appartient la Générosité, à Toi appartient la libéralité, à Toi appartient l’Autorité, à Toi appartient la Gloire, à Toi revient la reconnaissance, à Toi Seul Qui n’as pas d’associé, ô Toi le Un, ô Toi l’Unique, ô Toi l’Impénétrable, ô Toi qui n’as pas engendré, ni n’es engendré et qui n’as pas d’égal!

Prie sur Mohammad et la Famille de Mohammad,et pardonne-moi, couvre -moi de Ta Miséricorde, débarrasse-moi de ce qui me donne des soucis, acquitte ma dette et augmente ma subsistance, car c’est pendant cette nuit que Tu tries avec une Sagesse absolue les affaires de Tes créatures et que Tu dispenses à qui tu voudras parmi elles la subsistance. Accorde-moi donc la subsistance, car Tu es certes le Meilleur des dispensateurs, Et puisque Tu as dit - et Tu es le Meilleur de ceux qui promettent -: « Demandez à Allah qu’Il vous accorde de Sa Grâce » , c’est de Ta Grâce que je demande, c’est vers Toi que je me suis dirigé, c’est le fils de Ton Prophète que j’ai adopté et c’est en Toi que j’ai placé mes espoirs. Couvre-moi donc de Ta Miséricorde! Ô le plus Miséricordieux des miséricordieux.)

7- Lire le du‘â’ suivant que le Prophète (P) récitait pendant cette nuit:

«Allâhumma-qsim lanâ min Khachyatika mâ yahûlu baynanâ wa bayna ma‘açiyatika, wa min tâ‘atika mâ tuballighunâ bihi ridhwânaka, wa min-al-yaqîni mâ yahûnu ‘alaynâ bihi muçîbâtu-d-duniyâ. Allâhumma amti‘nâ bi-asmâ‘inâ wa abçârinâ wa quwwatinâ mâ ahyaytanâ, wa-j‘alhu-l-wâritha minnâ, wa-j‘al thâranâ ‘alâ man dhalamanâ wa-nçurnâ ‘alâ man ‘âdânâ, wa lâ taj‘al muçîbatanâ fî dînanâ, wa lâ taj‘al-id-dunyâ akbara hamminâ wa lâ mablagha ‘ilminâ, wa lâ tusallit ‘alaynâ man lâ yarhamanâ, bi-Rahmatika yâ Arham-ar-râhimîn-a. »

اَللّـهُمَّ اقْسِمْ مِنْ خَشْيَتِكَ ما يَحُولُ بَيْنَنا وَبَيْنَ مَعْصِيَتِكَ وَمِنْ طْاعَتِكَ ما تُبَلِّغْنا بِهِ رِضْوانَكَ وَمِنَ الْيَقينِ ما يَهُونُ عَلَيْنا بِهِ مُصيباتُ الدُّنْيا اَللّـهُمَّ اَمْتِعْنا بِاَسْماعِنا وَاَبْصارِنا وَقُوَّتِنا ما اَحْيَيْتَنا وَاجْعَلْهُ الْوارِثَ مِنّا واجْعَلْ ثارَنا عَلى مَنْ ظَلَمَنا وَانْصُرنا عَلى مَنْ عادانا وَلا تَجْعَلْ مُصيبَتَنا في دينِنا وَلا تَجْعَلِ الدُّنْيا اَكْبَرَ هَمِّنا وَلا مَبْلَغَ عِلْمِنا وَلا تُسَلِّطْ عَلَيْنا مَنْ لا يَرْحَمُنا بِرَحْمَتِكَ يا اَرْحَمَ الرّاحِمينَ.

Traduction:

(O Seigneur! Fais que nous Te craignions suffisamment pour ne pas Te désobéir, et que nous T’obéissions suffisamment pour que Tu sois satisfait de nous, que nous ayons suffisamment de certitude (relativement à la Vie future) pour que nous puissions supporter les épreuves de la vie d’ici-bas. O Seigneur! Fais que nous jouissions de notre ouïe, de notre vue et de nos facultés tant que Tu nous maintiendras en vie (...) Et fais-nous venger de ceux qui étaient injustes envers nous et triompher de ceux qui se sont montrés hostiles envers nous, ne nous laisse pas voir notre malheur dans notre Religion, ni ne nous conduis à voir dans la vie d’ici-bas notre plus grand souci et le but final de notre savoir, et ne nous fais pas dominer par quelqu’un qui soit impitoyable envers nous, par Ta Miséricorde, ô le plus Miséricordieux des miséricordieux!)

Selon certains hadiths, le Noble Prophète lisait ce du‘â’ n’importe quand et non seulement à cette occasion, ce qui montre son importance.

7- Lorsqu’on a demandé à l’Imam al-Sâdiq (p) quel est le meilleur des do‘â’ à réciter cette Nuit, il a répondu: Lorsque vous aurez terminé la prière de ‘Ichâ’, accomplissez deux rak‘ah de prière: dans la première rak’ah récitez Sourate al-Hamd (ou Fâtihah) et Sourate al-Kâfirûn (Sourate 109); et dans la seconde, Sourate al-Hamd et Sourate al-Tawhid (Sourate 112).Tout de suite après cette prière, récitez:

• Subhân-Allâh (Gloire à Dieu) (سبحان اللَّه) 33 fois

• Al-Hamdu lillâh (Louange à Dieu) (الحَمْدُ لِلَّه) 33 fois

• Allâhu Akbar (Dieu est le plus Grand) (اللَّهُ اَكْبَر) 34 fois

Puis récitez le du‘â’ suivant:

«Yâ man ilayhi malja’-ul-‘ibâdi fî-l-muhimmâti wa ilayhi yafza‘u-l-khalqu fî-l-mulimmâti, yâ ‘Âlim-al-jahri wa-l-khafiyyâti, yâ man lâ takhfâ ‘alayhi khawâtir-ul-awhâmi wa taçarruf-ul-khatarâti, yâ rabba-l-khalâ’iqi wa-l-bariyyâti, yâ man bi-yadihi malakûta-l-ardhîna wa-s-samâwâti, Antallâhu lâ ilâha illâ Anta, amuttu ilayka bi-lâ ilâha illâ Anta, fa-yâ lâ ilâha illâ Anta, ij‘alnî fî hâthihi-l-laylati mimman nadharta ilayhi fa-rahimtahu wa sami‘ta du‘â’ahu fa’ajabtahu, wa ‘alimta-s-tiqâlatahu fa’aqaltahu, wa tajâwazta ‘an sâlifi khati’atihi wa ‘adhîmi jarîratihi, faqad-istajartu bika min thunûbî wa laja’tu ilayka fî satri ‘uyûbî. Allâhumma fa-jud ‘alayya bi-Karamika wa Fadhlika, wa-h-tut khatâyâya bi-Hilmika wa ‘Afwika, wa taghammadnî fî hâthihi-l-laylati bi-sâbighi Karâmatika, wa-j‘alnî fîhâ min awliyâ’ika-l-lathîna ajtabaytahum li-tâ‘atika, wa-kh-tartahum li-‘ibâdatika, wa ja‘altahum khâliçataka wa çifwatika.

Allâhumma-j‘alnî mimman sa‘ada jadduhu wa tawaffara min-al-khayrâti hadh-dhuhu wa-j‘alnî mimman salima fa-na‘ima wa fâza fa-ghanima wa-kfinî charra mâ aslaftu wa-‘çimnî min-al-izdiyâdi fî ma‘çiyatika wa jannib ilayya tâ‘taka wa mâ yuqarribunî Minka wa yuzlifunî ‘Indaka! Sayyidî, Ilayka yalja’u-l-hâribu wa Minka yalatamisu-t-tâlibu wa ‘alâ karamika yu‘awwilu-l-mustaqîlu-t-tâ’ibu. Addabta ‘ibâdika bi-t-takarrumi wa Anta Akramu-l-akramîna, wa amarta bi-l-‘afwi ‘ibâdika wa Anta-l-Ghafûru-r-Rahîmu. Allâhumma fa-lâ tahrimnî mâ rajawtu min Karamika wa lâ tu’yisnî min sâbighi Ni‘amika wa lâ tukhayyibnî min Jazîli Qisamika fî hâthihi-l-laylati li-ahli tâ‘atika, wa-j‘alnî fî junnatin min chirâri bariyyatika.

Rabbi, innî lam akun min ahli thâlika, fa-Anta min Ahl-ul-Karami wa-l-‘Afwi wa-l-Maghfirati ; wa jud ‘alayya bi-mâ anta Ahluhu lâ bimâ astahiqquhu, faqad hasuna dhannî Bika wa tahaqqaq rajâ’î Laka wa ‘aliqat nafsî bi-karamika, fa-Anta Arhamu-râhimîna wa Akramu-l-akramîna. Allâhumma wa-khçuçnî min karamika bi-jazîli qisamika wa a‘ûthu bi-‘Afwika min ‘Uqûbatika, wa-gh-fir lya-th-thanb-al-lathî yahbisu ‘alayya-l-khuluqa wa yudhayyiqu ‘alayya-r-rizqa, hattâ aqûma bi-çâlihi Ridhâka, wa an‘ama bi-jazîli ‘atâ’ika wa as‘ada bi-sâbighi Na‘mâ’ika, faqad luth-tu bi-Haramika wa ta‘arradh-tu li-Karamika wa-sta‘ath-tu bi-‘Afwika min ‘Uqûbatika wa bi-Hilmika min Ghadhabika; fa-jud bi-mâ sa’altuka wa anil mâ-l-tamastu Minka! As’aluka Bika lâ bi-chay’in huwa a‘dhamu Minka ».

يا مَنْ اِلَيْهِ مَلْجَأَ الْعِبادِ في الْمُهِمّاتِ وَاِلَيْهِ يَفْزَعُ الْخَلْقُ في الْمُلِمّاتِ يا عالِمَ الْجَهْرِ وَالْخَفِيّاتِ يا مَنْ لا تَخْفى عَلَيْهِ خَواطِرُ الاَْوْهامِ وَتَصَرُّفُ الْخَطَراتِ يا رَبَّ الْخَلائِقِ وَالْبَرِيّاتِ يا مَنْ بِيَدِهِ مَلَكُوتُ الاَْرَضينَ وَالسَّمواتِ اَنْتَ اللهُ لا اِلـهَ اِلاّ اَنْتَ اَمُتُّ اِلَيْكَ بِلا اِلـهَ اِلاّ اَنْتَ فَيا لا اِلـهَ اِلاّ اَنْتَ اجْعَلْني في هَذِهِِ اللَّيْلَةِ مِمَّنْ نَظَرْتَ اِلَيْهِ فَرَحِمْتَهُ وَسَمِعْتَ دُعآءَهُ فَاَجَبْتَهُ وَعَلِمْتَ اسْتِقالَتَهُ فَاَقَلْتَهُ وَتَجاوَزْتَ عَنْ سالِفِ خَطيئَتِهِ وَعَظيمِ جَريرَتِهِ فَقَدِ اسْتَجَرْتُ بِكَ مِنْ ذُنُوبي وَلَجَأْتُ اِلَيْكَ في سَتْرِ عُيُوبي اَللّـهُمَّ فَجُدْ عَلَيَّ بِكَرَمِكَ وَفَضْلِكَ وَاحْطُطْ خَطايايَ بِحِلْمَكَ وَعَفْوِكَ وَتَغَمَّدْني في هذِهِ اللَّيْلَةِ بِسابِغِ كَرامَتِكَ وَاجْعَلْني فيها مِنْ اَوْلِيآئِكَ الَّذينَ اجْتَبَيْتَهُمْ لِطاعَتِكَ واخْتَرْتَهُمْ لِعِبادَتِكَ وَجَعَلْتَهُمْ خالِصَتَكَ وَصِفْوَتَكَ اَللّـهُمَّ اجْعَلْني مِمَّنْ سَعَدَ جَدُّهُ وَتَوَفَّرَ مِنَ الْخَيْراتِ حَظُّهُ وَاجْعَلْني مِمَّنْ سَلِمَ فَنَعِمَ وَفازَ فَغَنِمَ وَاكْفِني شَرَّ ما اَسْلَفْتُ وَاعْصِمْني مِنَ الاِْزدِيادِ في مَعْصِيَتكَ وَحَبِّبْ اِلَيَّ طاعَتَكَ وَما يُقَرِّبُني مِنْكَ وَيُزْلِفُني عِنْدَكَ سَيِّدي اِلَيْكَ يَلْجَأُ الْهارِبُ وَمِنْكَ يَلْتَمِسُ الطّالِبُ وَعَلى كَرَمِكَ يُعَوِّلُ الْمُسْتَقْيِلُ التّائِبُ اَدَّبْتَ عِبادَكَ بالتَّكَرُّمِ وَاَنْتَ اَكْرَمُ الاَْكْرَمينَ وَاَمَرْتَ بِالْعَفْوِ عِبادَكَ وَاَنْتَ الْغَفُورُ الَّرحيمُ اَللّـهُمَّ فَلاتَحْرِمْني ما رَجَوْتُ مِنْ كَرَمِكَ وَلا تُؤْيِسْني مِنْ سابِغِ نِعَمِكَ وَلا تُخَيِّبْني مِنْ جَزيلِ قِسَمِكَ في هذِهِ اللَّيْلَةِ لاَِهْلِ طاعَتِكَ وَاجْعَلْني في جُنَّةٍ مِنْ شِرارِ بَرِيَّتِكَ رَبِّ اِنْ لَمْ اَكُنْ مِنْ اَهْلِ ذلِكَ فَاَنْتَ اَهْلُ الْكَرَمِ وَالْعَفْوِ وَالْمَغْفِرَةِ وَجُدْ عَلَيَّ بِما اَنْتَ اَهْلُهُ لا بِما اَسْتَحِقُّهُ فَقَدْ حَسُنَ ظَنّي بِكَ وَتَحَقَّقَ رَجآئي لَكَ وَعَلِقَتْ نَفْسي بِكَرَمِكَ فَاَنْتَ اَرْحَمُ الرّاحِمينَ وَاَكْرَمُ الاَْكْرَمينَ. اَللّـهُمَّ واخْصُصْني مِنْ كَرَمِكَ بِجَزيلِ قِسَمِكَ وَاَعُوذُ بِعَفْوِكَ مِنْ عُقُوبَتِكَ وَاغْفِر ليَ الَّذنْبَ الَّذي يَحْبِسُ عَلَيَّ الْخُلُقَ وَيُضَيِّقُ عَليَّ الرِّزْقَ حَتى اَقُومَ بِصالِحِ رِضاكَ وَاَنْعَمَ بِجَزيلِ عَطآئِكَ وَاَسْعَدَ بِسابِغِ نَعْمآئِكَ فَقَدْ لُذْتُ بِحَرَمِكَ وَتَعَرَّضْتُ لِكَرَمِكَ واَسْتَعَذْتُ بِعَفْوِكَ مِنْ عُقُوبَتِكَ وَبِحِلْمِكَ مِنْ غَضَبِكَ فَجُدْ بِما سَئَلْتُكَ وَاَنِلْ مَا الَْتمَسْتُ مِنْكَ اَساَلُكَ بِكَ لا بِشَيءٍ هُوَ اَعْظَمُ مِنْكَ.

Traduction:

(O Toi auprès de qui se réfugient les serviteurs en situations graves et vers qui se tournent les créatures en difficulté. O Toi qui es au courant de tout ce qui est apparent et de tout ce qui est caché. O Toi à qui n’échappent ni les idées des illusions ni les conduites dictées par les caprices! O Seigneur des créatures et des créations. O Toi qui détiens entre ses Mains le royaume des terres et des ciels. Tu es Allah! Il n’y a de Dieu que Toi! Je T’implore par (la formule de) « il n’y a de Dieu que Toi ».

O Toi donc en dehors de qui il n’y a de Dieu que Toi, fais que je sois cette nuit au nombre de ceux que Tu as regardés et à qui Tu as fait miséricorde, de ceux dont Tu as entendu et exaucé le doâ’ (prière de demande), de ceux dont Tu as su et pardonné la faute, et dont Tu as oublié les péchés passés et les graves délits, car je T’ai demandé protection contre mes péchés et je me suis réfugié auprès de Toi pour cacher mes défauts! O Allah! Couvre-moi donc de Ta Largesse et de Ta Faveur et décharge-moi de mes fautes par Ta Clémence et Ton Pardon, enveloppe-moi en cette nuit de Ta Grande Noblesse et donne-moi-y (en cette nuit) d’être parmi Tes serviteurs pieux que Tu as élus pour T’obéir, que Tu as choisis pour T’adorer et dont Tu as fait Ton élite et Tes intimes.

O Allah! Fais que je sois au nombre de ceux dont les efforts sont couronnés de succès et qui ont la chance d’avoir leur part de Tes Bienfaits. Donne-moi de compter parmi ceux qui ont joui en ayant une conduite saine et gagné en réussissant (à T’obéir). Épargne-moi du mal de mes comportements passés et prémunis-moi contre la tendance à Te désobéir encore plus; attire-moi vers Ton obéissance et vers tout ce qui me rapproche de Toi et élève ma position auprès de Toi. O Seigneur! C’est auprès de Toi que s’abrite le fuyard, c’est à Toi que s’adresse le quémandeur et c’est sur Ta Largesse que compte le contrit et le pénitent. Tu as façonné Tes serviteurs à la noblesse et Tu es le plus Noble des nobles, Tu leur as commandé le pardon et Tu es le Pardonneur et le Clément. O mon Seigneur!

Ne me prive donc pas de l’espoir que j’ai placé en Toi, ni ne me fais désespérer la largesse de Tes Bienfaits, ni ne me déçois dans ce que Tu alloues en cette nuit aux gens qui T’obéissent. Fais que je sois à l’abri des méchants de Tes créatures, et si je n’en suis pas digne, O mon Seigneur, Toi, Tu es Digne de Largesse, de Pardon et d’Absolution. Octroie-moi donc ce dont Tu es Digne et non ce dont je suis digne, car j’ai acquis une bonne foi en Toi, j’ai placé mon espoir en Toi et je me suis attaché à Ta libéralité, sachant que Tu es le plus Miséricordieux des miséricordieux et le plus Généreux des généreux. O mon Seigneur! Réserve-moi de Ta générosité une grande part de Tes Bienfaits. Je me protège près de Ton Pardon de Ton Châtiment.

Pardonne-moi le péché qui m’empêche d’accéder au bon caractère et qui amoindrit ma subsistance, afin que j’accomplisse la bonne action qui Te satisfait, que j’obtienne généreusement Ton Don, que je jouisse de la largesse de Tes Bienfaits, car je me suis abrité dans Ton Sanctuaire, j’ai sollicité Ta Générosité, je me suis protégé près de Ton Pardon contre Ton Châtiment, près de Ta Clémence contre Ton courroux. Accorde-moi donc généreusement ce que je T’ai demandé et fais-moi obtenir ce que j’ai sollicité. Je Te demande ceci, par ton seul intermédiaire, et non par quelqu’un qui serait plus grand que Toi)

Après la lecture de ce du‘â’ on se prosterne tout de suite pour dire:

• Yâ Rabb-u (يا رَبُّ ) (Ô Seigneur!): 20 fois

• Yâ Allâh-u (يا اللَّهُ ) (Ô Allah!): 7 fois

• Lâ hawla wa lâ quwwata illâ billâh-i: 10 fois

(لا حَوْلَ وَلا قُوَّةَ إلاّ بِاللهِ)

(Point de pouvoir ni de force en dehors d’Allah)

• Mâ châ’Allâh-u (ما شاءَ اللَّهُ ) (Tout se fait selon la Volonté d’Allah!): 7 fois

• Lâ quwwata illa billâh:10 fois

(Point de force en dehors d’Allah) (لا قُوَّةَ إلاّ بِاللهِ)

Enfin on doit conclure le tout par la Prière sur le Prophète Mohammad (P):

« Allâhummâ çalli ‘alâ Muhammadin wa Âle Muhammadin » (اَللّـهُمَّ صَلِّ عَلى مُحَمَّد وَآلِ مُحَمَّد) (Ô Allah! Prie sur Muhammad et la Famille de Muhammad), pour demander ensuite à Allah de répondre à tous nos besoins, de réaliser tous nos voeux et d’exaucer tous les souhaits que nous formulons à Son Attention, avec la certitude, d’après le hadith, d’obtenir satisfaction, par Sa Grâce et Sa Générosité.

8- Lire Du‘â’ Kumayl (Voir Livre 4)

9- Selon l’Imam Mohammad al-Bâqer et l’Imam Ja‘far al-Sâdiq (p): Lors de la Nuit de la mi-Cha‘bân accomplissez 4 rak‘ahs de prière. Dans chaque rak‘ah, récitez la sourate al-Hamd et la Sourate al-Tawhîd (sourate 112) 100 fois (au lieu d’une fois normalement). A la fin de la prière lisez le du‘â’ suivant:

Allâhumma innî ilayka faqîrun wa min ‘athâbika khâ’ifun mustajîrun. Allâhumma lâ tubaddil ismî wa lâ tughayyir jismî wa lâ tajhad balâ’î wa lâ tuch-mit biya a‘dâ’î. A‘ûthu bi-‘Afwika min ‘Iqâbika wa a‘ûthu bi-Rahmatika min ‘athâbika wa a‘ûthu bi-Ridhâka min Sakha-tika wa a‘ûthu Bika Minka. Jalla Thanâ’uka Anta kamâ athnayta ‘alâ Nafsika wa fawqa mâ yaqûl-ul-qâ’ilûn-a.

اَللّـهُمَّ اِنّي اِلَيْكَ فَقيرٌ وَمِنْ عَذاِبكَ خائِفٌ مُسْتَجيرٌ اَللّـهُمَّ لا تُبَدِّلِ اسمي وَلا تُغَيِّر جِسْمي وَلاتَجْهَدْ بَلائي وَلاتُشْمِتْ بي اَعْدآئي اَعُوذُ بِعَفْوِكَ مِنْ عِقابِكَ وَاَعُوذُ بِرَحْمَتِكَ مِنْ عَذابِكَ وَاَعُوذُ بِرِضاكَ مِنْ سَخَطِكَ وَاعُوذُ بِكَ مِنْكَ جَلَّ ثَنآؤُكَ اَنْتَ كَما اَثْنَيْتَ عَلى نَفْسِكَ وَفَوْقَ مايَقُولُ الْقائِلُونَ.

Traduction:

(O Seigneur! J’ ai besoin de Toi et je crains le tourment venant de Toi et je m’en protège auprès de Toi. O Seigneur! Ne change pas mon nom ni ne modifie mon corps, ni ne pousse mon épreuve à l’extrême, ni ne laisse mes ennemis se venger de moi. Je me protège près de Ton Pardon contre Ton Châtiment, près de Ta Miséricorde contre Ton Supplice, près de Ton Contentement contre Ton Mécontentement, et je me protège enfin auprès de Toi contre Toi. Tes Louanges sont aussi sublimes que Tu les as faites pour Toi et au-dessus de ce que diraient les diseurs)

La journée de la mi-Cha‘bân

C’est le jour anniversaire de la Naissance du Maître du Temps, l’Imam al-Hujjat-ibn-al-Hassan al-Mahdi, qu’Allah hâte sa venue. Il est donc très opportun qu’on y accomplisse sa Ziyârah et de réciter tous les du‘â’ dans lesquels on prie Allah de hâter sa réapparition

Les Trois derniers jour du mois

L’Imam al-Redhâ (p) dit: “ Quiconque jeûne les trois derniers jours du mois de Cha‘bân et relie ce jeûne à celui du mois de Ramadhân, Allah inscrit à son actif le jeûne de deux mois consécutifs”.

Abû-l-Çalt al-Harwî témoigne: «Un jour je suis allé chez l’Imam al-Redhâ (p). C’était le dernier vendredi du mois de Chabân. L’Imam m’a dit:

«O Abû-l-Çalt! La plus grande partie du mois de Cha‘bân s’est déjà écoulée. Nous sommes au dernier vendredi de ce mois. Rattrape donc pendant ce qui en reste ce que tu as raté au cours de la partie écoulée: multiplie la récitation du du‘â’, de l’istighfâr et du Coran. Repens-toi auprès d’Allah de tes péchés passés afin que tu accueilles le mois de Ramadhân en état de pureté devant Allah. Acquitte-toi de tout dépôt qui te soit confié, débarrasse-toi de toute animosité que tu garderais dans ton coeur envers un croyant, mets un terme à tout péché que tu serais en train de commettre, crains Allah, confie-toi à Lui dans ton intimité et ouvertement, car « Allah suffit à quiconque se confie en Lui. Allah atteint toujours ce qu’Il s’est proposé. Allah a fixé un décret pour chaque chose » . De même répète autant que tu pourras pendant le reste du mois cette imploration: “ O Allah! Si Tu ne nous avais pas pardonné nos péchés pendant la partie écoulée du mois de Chabân, pardonne-nous nos péchés pour le restant de ce mois ”, car Allah libère de l’Enfer beaucoup de serviteurs par égard pour la sainteté de Cha‘bân.»

La Prière de l’Imam al-Mahdi (Qu’Allah hâte sa réapparition)

Cette prière consiste en 2 rak‘ah. Dans chaque rak‘ah il faut réciter Sourate al-Fâtihah jusqu’au verset no 5: « Iyyâka na‘budu wa Iyyâka nasta‘în » (C’est Toi que nous adorons, c’est Toi dont nous implorons le secours) lequel doit être répété 100 fois ; puis on doit terminer la récitation du reste de la sourate, suivie de la sourate al-Ikhlâç.

Tout de suite après la prière, il faut lire le Du‘â’ suivant:

« Allâhuma ‘adhum-al-balâ’u wa barih-al-Khâfâ’u wa-nkachaf-al-ghitâ’-u wa dhâqat-il-ardhu bi-mâ wasi‘at-is-samâ’u, wa ilayka.yâ rabbi al-Muchtakâ, wa ‘alayk-al-Mu‘awwalu fî-ch-chiddati wa-r-rakhâ’i ».

اِللهمَّ عَظُمَ الْبَلاءُ، وَبَرِحَ الْخَفاءُ، وَانْكَشَفَ الْغِطاءُ، وَضاقَتِ الاَْرْضُ بِما وَسِعَتُ السَّماءُ وَاِلَيْكَ يا رَبِّ الْمُشْتَكى وَعَلَيْكَ الْمُعَوَّلُ فِي الشِّدَّةِ وَالرَّخاءِ

( Ô mon Dieu! L’épreuve s’est aggravée et ce qui était dissimulé ne l’est plus, le voile est levé, la terre est encombrée par ce que l’étendue du Ciel peut contenir. C’est à Toi que je me plains donc, Ô Seigneur, et c’est sur Toi que je compte dans la difficulté comme dans l’aisance).

“Allâhumma Çalli ‘alâ Muhammadin wa Âle Muhammadin, allathîna amartanâ bi-tâ‘atihim, wa ‘ajjil Allâhumma farajahum bi-qâ’imihim, wa adh-hir i‘zâzahu”.

اَللّـهُمَّ صَلِّ عَلى مُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ الَّذينَ اَمَرْتَنا بِطاعَتِهِمْ وَعَجِّل اَللّـهُمَّ فَرَجَهُمْ بِقائِمِهِمْ وَاَظْهِرْ اِعْزازَهُ

(Ô mon Dieu! Prie sur Mohammad et sur la Famille de Mohammad, à qui Tu nous as ordonné d’obéir. Et hâte leur délivrance par la venue de leur annonciateur (Résurrecteur), et fais apparaître sa puissance).

» Yâ Muhammadu, yâ ‘Aliyyu, yâ ‘Aliyyu, yâ Muhammadu! Akfiyânî fa-innakumâ kâfiyâya,

يا مُحَمَّدُ يا عَليُّ يا عَلِيُّ يا مُحَمَّدُ اِكْفِياني فَاِنَّكُما كافِيايَ

(Ô Muhammad! Ô Ali! Ô Ali! Ô Muhamad! Contentez-moi, car vous êtes largement à même de me contenter!)

» Yâ Muhammadu, yâ ‘Aliyyu, yâ ‘Aliyyu, yâ Muhammadu! Unçurânî fa-innakumâ nâçirâyâ!

يا مُحَمَّدُ يا عَليُّ يا عَلِيُّ يا مُحَمَّدُ اُنْصُراني فَاِنَّكُما ناصِرايَ

(Ô Muhammad! Ô Ali! Ô Ali! Ô Muhamad! Soutenez-moi, car vous êtes mes appuis!)

» Yâ Muhammadu, yâ ‘Aliyyu, yâ ‘Aliyyu, yâ Muhammadu! Ih-fidhânî fa-innakuma hâfidhâya!

يا مُحَمَّدُ يا عَليُّ يا عَلِيُّ يا مُحَمَّدُ اِحْفِظاني فَاِنَّكُما حافِظايَ

(Ô Muhammad! Ô Ali! Ô Ali! Ô Muhamad! Protégez-moi, car vous êtes mes protecteurs!)

« Yâ Mawlâya, yâ Çâhib-az-Zamâni! Yâ Mawlâya yâ Çhahib-az-Zamâni! Yâ Mawlaya, yâ Çâhib-az-Zamâni!

يامَوْلايَ يا صاحِبَ الزَّمانِ يا مَوْلايَ يا صاحِبَ الزَّمانِ يا مَوْلايَ يا صاحِبَ الزَّمانِ

(Ô mon Maître, Ô Maître des Temps! Ô mon Maître, Ô Maître du Temps! Ô mon Maître, Ô Maître du Temps!)

« Al-ghuwth, al-ghawth, al-ghawth! Adriknî, adriknî, adriknî! Al-amâna, al-amâna, al-amâna!»

الْغَوْثَ الْغَوْثَ الْغَوْثَ، اَدْرِكْني اَدْرِكْني اَدْرِكْني، الاَمانَ الاَمانَ الاَمانَ.

(Au secours! Au secours! Au secours! À moi! À moi! À moi! Sécurité! Sécurité! Sécurité!)

Share this page