Page is loading...

Les Sources De Cette Œuvre

Les Sources De Cette Œuvre1

Bihāroul Anwār est un recueil de ahādīth [paroles du Prophète Mouhammad (saw) et de ses douze successeurs nommés] en Arabe compilé par Mawlāna Mouhammad Bāqir ibn Mouhammad Taqī, connu sous le nom de Majlissī le Second ou tout simplement Allāmah Majlissī (décédé en l’an 1110 A.H. / 1689 après J.C.). C’est l’un des écrivains Shiites les plus prolifiques et il était Shaykh al-Islam durant la période Safavide.

Il a écrit treize livres en Arabe et cinquante-trois en Perse. Son œuvre la plus grande et la plus importante est Bihāroul Anwār al-Jāmi’ah li-Dourar Akhbār al-A’immah al-Athār. C’est le recueil de ahādīth shiites le plus complet et il comprend presque tous les ahādīth attribués au Prophète (saw) à travers les chaînes de transmission shiites, pratiquement tous les ahādīth Qoudssi (les récits des paroles d’Allah révélé(e)s au Prophète (saw) qui ne se trouvent pas dans le Saint-Coran) et d’autres récits attribués aux Imams (que la Paix soit sur chacun d’eux).

L’une des caractéristiques de cette œuvre est que Allāmah Majlissī a eu beaucoup de mal à séparer ses points de vue de la transmission des ahādīth. Il lui a fallu trente-six ans pour compiler cette œuvre, entre 1070 A.H. et 1106 A.H. (1649 à 1685 après J.C.), malgré la coopération d’autres érudits de permanence et étudiants.

Dans le premier volume, il fait un inventaire de ses sources et, plus loin, dans le même volume, il évalue leur fiabilité. Sa biographie comprend près de quatre cent titres, parmi lesquels se trouvent seize ouvrages de Shaykh Sadouq, seize livres de Shaykh Toussi, dix-huit ouvrages de Shaykh Moufid, douze livres de Sayed Mourtazā, douze ouvrages de Shahid Awwal, vingt-et-un livres de Sayed ibn Tāwous, vingt-deux ouvrages de Allāmah Hillī et douze livres de Shahid Thānī. Il s’est également servi de quatre-vingt-dix œuvres d’auteurs Sounnīs pour corriger les mots des récits ou pour déterminer leurs significations et il mentionne chacune de ces sources par leurs noms dans son introduction.

Il existe trois éditions publiées de Bihāroul Anwār. La première est une lithographie en vingt-cinq volumes, connue comme l’ancienne édition. La seconde est celle de Dar al-Koutoub al-Islāmiyyah, Téhéran, Bazār Sulāīmānī en cent dix volumes (sans date), connue comme la nouvelle édition. Dans l’édition de Téhéran, les volumes 54, 55 et 56 contiennent une table des matières.

La troisième édition est en réalité une réimpression de l’édition de Téhéran publiée par Mou’assassah al-Wafā de Beyrouth. Dans l’édition de Beyrouth, la table des matières a été déplacée aux volumes 108, 109 et 110 et un volume 0, comprenant une introduction de l’auteur et des auteurs cités dans sa biographie, a été ajouté2. Nous avons utilisé ici la nouvelle édition publiée à Téhéran.

Touhaf al-Ouqoul fī Mā Jā’a min al-Hikam wa al-Mawā’īd ‘an Āl-Rassoul de Abī Mouhammad Hassan ibn Alī ibn Houssayn ibn Shou’bah Harrānī Halabī est l’un des recueils de récits shiites les plus connus. L’auteur était un contemporain de Shaykh Sadouq et est décédé en 381 A.H. (960 après J.C.).

Shaykh Moufid rapporte certains de ses récits et il rapporte à son tour des traditions de Shaykh Abou Alī Mouhammad ibn Hammām qui est décédé en l’an 336 A.H. (1005 après J.C.). Le livre comprend des récits du Prophète (saw) suivis des narrations des onze premiers Imams (que la Paix soit sur chacun d’eux). Ensuite, il y a quatre autres parties dans le livre:

(1) les conseils murmurés (mounājāt) d’Allah à Moïse (que la Paix soit sur lui);

(2) les conseils qu’Allah a murmurés à Jésus (que la Paix soit sur lui);

(3) les conseils du Messie dans les Évangiles et dans d’autres endroits; et

(4) les conseils de Moufaddal ibn Oumar, un des compagnons d’Imam Sādiq (que la Paix soit sur lui) aux Shias.

Dans l’introduction du livre, Ibn Shoubah écrit:

« Je n’ai pas mentionné les chaînes de transmission afin de réduire le volume du livre et pour le raccourcir. J’ai personnellement entendu la majorité des narrations de cet ouvrage. La plupart d’entre elles concernent les bonnes manières et la sagesse qui témoignent de leur propre validité et l’exactitude de leur attribution. »

Les érudits considèrent donc cet ouvrage comme fiable et s’y réfèrent à l’appui de leurs opinions sur les ahādīth et fiqh. Le livre fut imprimé pour la première fois en 1303 A.H. (1883 après J.C.) en Iran, et plus tardivement en Irak, au Liban et en Iran3. L’édition que nous avons utilisée est celle de Qoum, Mouassassah al-Nashr al-Islāmī, 1416 A.H. (1996 après J.C.)

Les narrations que nous avons traduites de Touhaf al-Ouqoul sont données sans précision sur la chaîne de transmission, même s’il y a une indication dans l’œuvre qu’elles ont été rapportées par Imām Moussā ibn Jaa’far al-Kāzim (que la Paix soit sur lui)4. Une partie des récits peut également être retrouvée dans al-Kāfi, volume 2, page 319, attribués à Imām Sādiq (que la Paix soit sur lui).

Al-Kāfi est l’un des quatre sources de narrations shiites qui font autorité. Il a été compilé par Mouhammad ibn Ya’qoub Ishāq al-Koulaynī al-Rāzī (décédé en 328 A.H.) et contient six mille récits divisés en trente-quatre sections. Il a fallu vingt ans pour l’écrire durant l’occultation mineure du douzième Imām (que la Paix soit sur lui).

Il a été publié en huit volumes à Téhéran par Dār al-Koutoub al-Islāmiyyah. Nous avons utilisé l’édition de 1362 A.H. / 1983 après J.C. On peut retrouver aussi les conseils murmurés par Allah à Jésus (que la Paix soit sur lui), extraits de al-Kāfi, volume 8, pages 131-141, dans Touhaf al-Ouqoul, page 496, sans précision sur le nom de l’Imām qui les a racontés et dans Al-Amālī de Shaykh Sadouq où ils sont rapportés par Imām Sādiq (que la Paix soit sur lui).

Parmi les « quatre livres » de narrations shiites qui parlent de Jésus (que la Paix soit sur lui), il y a également Tahdhrīb al-Ahkām de Shaykh al-Tā’ifah Abī Jaa’far Mouhammad ibn al-Hassan ‘Ali al-Toussi (décédé en 460 A.H. / 1039 après J.C.)

On dit qu’il y avait quatre cent petits livres de narrations shiites existants du vivant de l’auteur, connus sous le nom de Oussoul al-Arba’ab Mi’ah, et l’auteur déclare avoir compilé le recueil à partir de ces petits livres. Ce livre est un commentaire de Al-Mouqni’ah de Shaykh Moufid, un ouvrage de jurisprudence contenant des références de hadiths. L’édition de Tahdhrīb al-Ahkām que nous avons utilisée est celle de Téhéran Dār al-Koutoub al-Islāmiyyah (sans date).

Moustadrak al-Wassā’il wa Moustanbat al-Massā’il de Hājj Mīrzā Houssayn Nourī al-Tabarssī ibn Mouhammad Taqī (décédé en 1320 A.H. / 1899 après Jésus Christ) contient plus de vingt-trois mille narrations et a été publié à Qoum par Mou’assassah Āl-Bayt li Ihyā al-Tourāth – la première édition date de 1408 A.H. (1988 après Jésus Christ).

Cet ouvrage est considéré comme l’un des quatre recueils de hadīth Shiites les plus importants de la période moderne c’est-à-dire après le onzième / dix-septième siècle – les autres étant Al-Wāfi de Faid Kāshanī, Bihāroul Anwar de Allāmah Majlissī et Wassā’il al-Shīah de Shaykh Hour al-‘Āmilī. Cet ouvrage a été écrit pour compléter les narrations qui ne se trouvent pas dans le Wassā’il al-Shīah.

* * * * * * * * * * * * * *

« [Jésus, fils de Marie, dit aux Israélites: "…et je suis heureux de vous annoncer la venue d’un Messager après moi, dont le nom sera Ahmad [Mouhammad]." »

[Saint Coran, Souratoul Saff (n° 61), verset 6]

* * * * * * * * * * * * * *

« Dis: "Ô gens du Livre [Juifs et Chrétiens]! Venez-en à un dire qui soit commun entre nous et vous: que nous n’adorions qu’Allah, sans rien Lui associer, et que parmi nous nul n’en prenne d’autres pour seigneur en dehors d’Allah." Puis, s’ils [les Gens du Livre] tournent le dos, eh bien, dites: "Soyez témoins que, oui, nous sommes Musulmans (soumis à la Volonté d’Allah)." » (Noble Coran, 3: 64)

  • 1. Ce regard détaillé sur les sources de ce travail provient de la publication originelle, Jésus à travers les narrations shiites, écrit par Mouhammad Legenhausen.
  • 2. Cette information se trouve dans l’article « Bihāroul Anwār » de Bahā’ al-Dīn Khoramshāhī dans l’ouvrage intitulé Dayirah al-Ma’ārif Tashshayyu’, Volume 3 (Téhéran : Mouasassah Dariyah al-Ma’ārif Tashshayyou’, 1371 A.H. / 1992 après Jésus Christ), Pages 91-98.
  • 3. Voir l’article Touhaf al-Ouqoul écrit par Sayyid Mahdī Hā’irī dans Dayirah al-Ma’ārif Tashshayyou, volume 4 (Téhéran, Mouassassah Dayirah al-Ma’ārif Tashshayyou, 1373 A.H. / 1994 après Jésus Christ), page 169.
  • 4. Touhaf al-Ouqoul, page 392.

Share this page