Page is loading...

Livre 3 : Les Ziyârah (Les Visites pieuses)

Préface

Ziyârah signifie en arabe visite au sens propre et courant de ce mot. Mais en tant que terme technique islamique on désigne sous ce vocable le fait de se rendre aux mausolées ou tombes des saints de l’Islam (le noble Prophète et les membres bénis de sa famille et de sa descendance, les Ahl-ul-Bayt) pour se rapprocher d’Allah en présentant les salutations dues à Ses élus, en confirmant et renouvellant la fidélité à leur cause (la Cause d’Allah) et l’hostilité envers leurs ennemis et détracteurs (les ennemis d’Allah), et ce selon des rites prescrits. Cette visite pieuse comporte entre autres et essentiellement la lecture de textes prescrits par les Imams d’Ahl-ul-Bayt (p) eux-mêmes.

Et lorsque les fidèles ne peuvent se rendre aux mausolées de ces Saints, ils peuvent effectuer la ziyârah de loin, à l’endroit où ils se trouvent, en lisant le texte prescrit. De ce fait, le mot ziâyrah est devenu par extension la lecture du texte saint prescrit, suivie de la formulation de vœux et de doléances.

Ainsi la ziyârah peut être accomplie n’importe quel jour, bien qu’il y ait des occasions spécifiques pour son accomplissement, et n’importe où lors même qu’à l’origine elle est prévue pour être faite auprès des mausolées des Saints de l’Islam, et elle peut être effectuée individuellement, bien qu’il soit préférable de l’effecteur en groupe.

La ziyârah occupe une place de choix dans le système des rites (‘ibâdât = les actes cultuels) chez les adeptes d’Ahl-ul-Bayt. Elle constitue avec le du‘â’ (la prière de demande), et après les obligations (prières, jeûne etc.) l’un des actes cultuels les plus importants et les plus méritoires. Les Imams d’Ahl-ul-Bayt (p) l’ont recommandée avec insistance à leurs disciples et adeptes, en raison de ses innombrables mérites. Très souvent ziyârah et du‘â’ se font l’office l’un de l’autre, ont la même fonction, visent un même but, suscitent ou appellent les mêmes récopenses spirituelles et comportent un même contenu ou la lecture d’un même texte à quelques nuances près.

Il y a dans tous les deux glorifications d’Allah, des supplications, des doléances, des requêtes adressées à Lui, et des salutations à l’Élite de Sa création, les Ahl-ul-Bayt (p). La ziyârah a l’avantage de sous-tendre quelques facteurs ou conditions de l’exaucement du du‘â’, du vœu ou de la prière de demande que le fidèle adresse au Créateur. En effet, on sait qu’il y a des facteurs qui favorisent la satisfaction de nos demandes et l’exaucement de nos prières, tels que l’aumône, l’bsence de péché, la piété, les actes de bienfaisance, d’une part, l’attitude (ou un état) de feveur, de recueillement, de contrition et de componction assortie de pleurs, dans laquelle le solliciteur s’adresse à Allah pendant la récitation du du‘â’ ou la formulation de ses vœux, d’autre part.

En un mot, tout ce qui est susceptible de témoigner de notre soumission et de notre obéissance à Allah et tout ce qui peut contribuer à nous reprocher de Lui, contribue à l’exaucement de notre du‘â’. Or dans la ziyârah nous sollicitons les faveurs du Créateur en nous appuyant sur l’intercession des Ahl-ul-Bayt (p), ceux-là mêmes qu’Allah aime le plus parmi Sa création, qu’Il a préférés à toute l’Humanité, qu’Il a élus comme ses représentants sur la terre et qui occupent la position la plus sublime auprès de Lui.

Quelle meilleure façon de se rapprocher d’Allah et de Lui obéir que de témoigner de notre amour à ceux qu’Il aime et de notre allégeance et fidélité à ceux qu’Il a élus pour nous comme autorité et maîtres! D’autre part quelle meilleure situation qui prête au versement de larmes, au recueillement et à la componction, attitudes très recommandées pendant le du‘â’, que celle qu’évoque la visite des tombes et l’évocation de la mémoire et des souffrances de ceux qui se sont sacrifiés et ont tant souffert pour le triomphe de la Cause d’Allah!

Ceci dit, il est utile de reproduire ici quelques extraits de ce que l’un des plus grands savants chiites de l’époque contemporaine, Muhmmad Redhâ al-Mudhaffar, écrit dans son célèbre ouvrage «Les Croyances du Chiisme» à propos de la ziyârah en général:

L'un des traits distinctifs des Chiites est la grande importance qu'ils accordent à la visite des Mausolées du saint Prophète et de ses descendants, les Ahl-ul-Bayt, en raison de la révérence particulière qu'ils vouent aux tombeaux. Les Chiites dressent de magnifiques dômes sur les tombes et dépensent pour cela, volontairement, beaucoup d'argent, selon la capacité individuelle de chacun, afin d'exprimer leur amour et leur respect pour les personnages saints.

Les Chiites agissent ainsi pour se confronter aux recommandations des saints Imams en ce sens. En effet, les Imams d'Ahl-ul-Bayt ont encouragé les Chiites à cette pratique parce que celle-ci constitue un moyen sûr d'obtenir une bonne récompense d'Allah , puisqu'ils considèrent qu'après la Prière et les autres actes obligatoires d'adoration d'Allah, la visite des Tombeaux des Saints offre aux serviteurs une des meilleures possibilités de se rapprocher d'Allah, et qu'un Tombeau est le meilleur lieu pour l'acceptation des Supplications par Allah. Les saints Imams sont allés jusqu'à affirmer que la visite de Tombeaux confirme la Foi inébranlable des Chiites et leur fidélité incontestable aux saints Imams. L'Imam al-Redhâ (p) dit à ce propos:

«Il y a entre chaque Imam et ses adeptes une convention qui doit être respectée. Elle comporte la visite des Tombeaux des Imams. Quiconque visite les Tombeaux des saints Imams avec beaucoup de ferveur et d'enthousiasme, et prête attention à leurs objectifs, sera recommandé par les saints Imams pour obtenir les Bénédictions divines le Jour du Jugement» .

La raison pour laquelle les saints Imams ont vivement recommandé la visite des Tombeaux réside dans le fait que cet acte comporte beaucoup d'avantages spirituels et sociaux, qu'on peut énumérer comme suit:

1- Cette pratique établit des liens profonds et des relations solides entre les Saints Imams et les Chiites, et nous rappelle leurs hauts mérites, leur piété et leur esprit de Jihâd et de sacrifice pour la Cause d'Allah.

2- Etant donné la grande concentration de Tombeaux, les gens qui s'y rendent en visite ont l'occasion de se rencontrer davantage, de se rapprocher plus les uns des autres, de faire connaissance les uns avec les autres, et de parler de leurs problèmes respectifs. La visite des Tombeaux permet donc de cimenter les relations entre les gens et de renforcer leurs liens intimes. De cette façon, l'esprit d'obéissance aux Commandements divins et d'adoration d'Allah devient commun à tous les visiteurs.

3- La récitation de la Ziyârah (les salutations prescrites pendant la visite des Tombeaux des saints Imams) qui comporte des formules éloquentes et riches d'enseignements islamiques rapportées des saints Imams, nous permet de consolider notre Foi dans le monothéisme, de reconnaître la sainteté de l'Islam et du Message du Prophète, et de savoir nous armer d'une morale élevée, nous soumettre au Créateur, et Le remercier pour Ses Bénédictions.

Sous cet angle, la visite des Tombeaux des Saints a la même fonction que les Supplications. On peut même dire que certaines récitations prescrites pour la visite des tombeaux, telle la récitation de la visite d'Amîn-ullâh, récitation attribuée à l'Imam Zayn-ul-Abidîne (p) lors de sa visite du Tombeau de son grand-père, l'Imam Ali Ibn Abî Tâleb (p), contiennent les meilleures et les plus sublimes des Supplications .

En fait, ces Ziyârât des Tombeaux, qui nous sont rapportées des saints Imams, nous montrent la soumission totale et la dévotion de ceux-ci à Allah, et leurs sacrifices inégalables pour défendre la Vérité.

Ces récitations, écrites dans un style arabe des plus éloquents sont très compréhensibles pour les visiteurs. Elles expliquent clairement les significations et la profondeur du monothéisme, et nous enseignent comment nous dévouer à l'adoration d'Allah et à dire des Supplications.

Il n'y a pas de doute que ces Ziyârât (pluriel de Ziyârah) sont des morceaux d’anthologie de la littérature arabe, après le saint Coran et Nahj-ul-Balâghah, parce qu'elles contiennent, en résumé, les Enseignements des Imams et font connaître leurs principes spirituels et moraux.

Les Règles de Conduite lors de la Ziyârah

Il y a également dans les règles de conduite à observer lors de la visite des Tombeaux une matière d'enseignement et d'orientation visant à inculquer aux Musulmans de hautes qualités morales ou, en d'autres termes, à élever leur morale, à développer l'esprit de solidarité avec les pauvres, à les inciter à la sociabilité et à la bonne conduite. Ces règles de bonne conduite indiquent au visiteur comment il doit se comporter avant de pénétrer dans le saint Mausolée, pendant qu'il y accomplit sa visite, et après l'avoir terminée.

Voici quelques-unes de ces règles, que nous énumérons en indiquant leurs raisons d'être:

1- Le visiteur doit se purifier et faire l'ablution totale (ghusl) avant de commencer la visite. L'utilité de cette ablution est évidente. En se lavant, le visiteur débarrasse son corps de toutes les saletés, afin de prévenir de nombreuses maladies, d'éviter d'incommoder la foule par une mauvaise odeur qui pourrait se dégager du corps .

L'ablution rituelle sert aussi à se purifier des vices. Selon les recommandations des saints Imams, le pèlerin (le visiteur) doit réciter la Supplication suivante après l'ablution:

«O Seigneur! Fais que ce bain rituel (ghusl) soit une lumière, une purification et une prévention contre toute maladie, tout mal, toute calamité et toute tare. Purifie par ce bain mon coeur, mon corps, mes os, ma chair, mon sang, mes cheveux, ma peau, ma moelle, mes nerfs et mes effets, afin qu'ils soient mon témoin le jour où je serai dans le besoin, pauvre et nécessiteux» .

2- Il doit porter les meilleurs et les plus propres de ses vêtements , car s'habiller bien dans de tels rassemblements publics marque le respect qu'on éprouve pour l'occasion, constitue un signe de dignité et de respect de soi et des autres, ce qui ne manque pas de susciter l'affection des gens les uns envers les autres et de les rapprocher les uns des autres.

Il est à noter à cet égard que la règle ne commande pas que l'on porte les meilleurs vêtements qui puissent exister (ce qui est une charge onéreuse pour les gens de condition économique modeste), mais les meilleurs habits dont on dispose. La règle concilie donc l'élégance et la condition économique.

3- Il doit, autant que faire se peut, se parfumer, pour les mêmes motifs précités.

4- Il doit, selon ses possibilités, offrir l'aumône aux pauvres. Or, l'utilité de l'aumône offerte dans de telles occasions, c'est de subvenir aux besoins des nécessiteux et le développement de l'esprit de solidarité avec les pauvres.

5- Il doit marcher dignement et respectueusement, sans porter ses regards à gauche et à droits . En cela, il fait preuve de révérence pour le Lieu saint et pour les autres pèlerins. En outre, cette attitude digne et respectueuse évite aux autres d'être incommodés par une mauvaise conduite et des comportements inconvenants.

6- Pendant qu'il effectue la Ziyârah, la règle est que le pèlerin glorifie constamment Allah en répétant: "Allah est le Plus Grand". Selon certains hadith, il est prescrit de répéter cent fois: "Allâh-u-Akbar". Ce faisant, le pèlerin prend conscience de la Grandeur d'Allah, et se rappelle que personne ne peut être aussi grand qu'Allah. En fait, le pèlerinage aux saints Tombeaux n'a pour but que l'adoration d'Allah, les louanges adressées à Allah, et la vénération d'Allah. Son seul objectif est de raviver les Principes et les Signes d'Allah, et d'obéir aux Commandements Divins.

7- Après avoir rendu visite au saint Tombeau du Prophète (P) ou d'un Imam (p), le pèlerin doit accomplir deux rak‘ah (unité) de Prière en signe de gratitude envers Allah qui lui a donné l'occasion de faire le pèlerinage au saint Tombeau, et pour demander à Allah que sa Prière soit dédiée à l'âme pieuse du saint Prophète ou du saint Imam, selon le cas. Après les deux rak‘ah de Prière, le pèlerin doit réciter la Supplication qui lui rappelle que sa Prière et sa Supplication sont offertes à Allah Seul, et qu'il n'adore personne d’autre qu'Allah, et que le seul but de son pèlerinage est la recherche de la proximité d'allah. La Supplication qu'il doit lire après la Prière est la suivante:

«O Seigneur! C'est à Toi Seul que j'ai offert cette Prière, et c'est devant Toi Seul que je me suis incliné et prosterné. Tu es Un et Unique, et Tu n'as pas d'associé. Mes Prières, mes inclinations et mes prosternations sont uniquement pour Toi, et pour personne d'autre, car Tu es Le Seigneur, et il n'y a pas d'autre seigneur. O Allah! Prie sur Mohammad et sur les Saints Descendants de Mohammad! Accepte ma visite et exauce ma demande, pour l'amour de Mohammad et de ses Descendants Purifiés» .

Cette Supplication explique clairement les raisons réelles pour lesquelles les Imams d'Ahl-ul-Bayt et leurs Chiites pratiquent la visite des Tombeaux, et montre incontestablement, sinon la mauvaise foi, du moins l'ignorance de leurs détracteurs, qui insinuent que cette pratique des Chiites serait une forme de culte des tombeaux et une façon de les implorer et de les associer à Allah!

Il est fort probable que les détracteurs des Chiites veulent, par cette insinuation perfide et dénuée de tout fondement, priver les adeptes des Ahl-ul-Bayt des avantages sociaux et religieux que leur assure cette pratique purement islamique, qui permet aux Chiites de se rassembler souvent pour confirmer et consolider leur Foi en Allah et leur fidélité envers Ses Serviteurs les plus pieux et les plus dévoués, car il est incroyable qu'ils puissent ignorer les raisons de cette pratique recommandée par les Descendants élus du saint Prophète! Comment pourrait-on, autrement, soupçonner les Membres pieux de la Famille du Prophète, qui se sont dévoués à la piété et à la Cause d'Allah, et qui ont tout sacrifié pour appeler à la Religion d'Allah, d'inciter en même temps les gens à l'associationnisme et à une forme de polythéisme?

8- L'une des stipulations des règles de la Ziyârah est que le pèlerin «doit être un bon compagnon pour celui qui l'accompagne. Il doit parler peu, sauf pour dire de bonnes choses. Il doit évoquer beaucoup Allah. Il doit avoir une attitude de recueillement. Il doit faire beaucoup de Prières et prier constamment sur Mohammad (P) et sur les Descendants de Mohammad (p).

Il doit baisser son regard, accourir pour satisfaire les besoins de ses Frères quand l'occasion se présente, et les consoler quand c'est nécessaire. Il doit s'abstenir de faire ce que le saint Prophète et les saints Imams ont interdit de faire, de se disputer, de jurer beaucoup, d'engager une discussion émaillée de jurements».

Le principal objectif du pèlerinage aux saints Tombeaux est de présenter les salutations au Prophète d'Allah ou aux saints Imams. Nous croyons qu'étant donné qu'ils sont «vivants et pourvus de moyens de subsistance auprès de leur Seigneur» , ils entendent donc la parole du pèlerin et répondent à ses salutations, et le pèlerin pourrait se contenter de dire "As-salâmu `Alayka yâ Rasûl-Allâh" (Que la Paix soit sur toi, O Messager d'Allah).

Toutefois, il est préférable que le pèlerin récite les salutations rapportées des Saints Imams, en raison des buts sublimes qu'elles visent et des avantages religieux qu'elles présentent, sans parler de leur éloquence, de leur beau style, et des Supplications pieuses qu'elles contiennent et que le pèlerin adresse à Allah Seul.

Mise au point

La visite des lieux sacrés (tels les tombeaux des Saints) ou la participation à des rassemblements de deuils, ne constituent pas une quelqconque recherche de la proximité de quelqu'un d'autre qu'Allah, comme l'ont (mal) compris ou présenté ceux qui voudraient dénigrer la voie des Chiites imamites, ignorant (ou faisant semblant d’ignorer) la vraie signification de ces pratiques qui sont, bien au contraire, une manière adéquate de demander la proximité d'Allah par l'accomplissement de bonnes actions, telles que la visite rendue à un malade, la participation à des funérailles, la consolation apportée à un pauvre.

Lorsque nous rendons visite à un malade, nous accomplissons une bonne action dans la mesure où nous visons la proximité d'Allah en essayant par cette bonne action de Lui faire plaisir, et non pas de glorifier la personne malade, ni d'obtenir sa faveur, ni de lui faire plaisir à titre d'adoration. La même chose est vraie pour la visite des tombeaux ou la participation à des processions de deuil ou la visite rendue à des Frères de Foi.

Donc notre croyance selon laquelle la visite des tombes et la tenue de cérémonies de deuil sont de bonnes actions légales, est établie par la Jurisprudence musulmane. La nature de notre recherche ne nous permet pas d'en faire la démonstration ici .

Ce qui est certain, la visite des mausolées des saints Imams ne s’apparente ni de loin ni de près à aucune forme d'association dans l'adoration d'Allah, comme certains le croient. Elle a pour seul but de rendre hommage à leur mémoire et de garder vivant dans notre esprit leur souvenir et leurs mérites, et en cela nous nous conformons à ce que dit le saint Coran: «Quiconque respecte les symboles d'Allah, fait preuve d'un coeur pieux» (Sourate al-Hajj, 22:32).

Il a été établi par le code religieux que les actes de ce genre sont, nobles et recommandés. C'est pourquoi, la personne qui les accomplit dans la seule intention de s'approcher d'Allah en sera justement bien récompensée.

La visite des tombes du Prophète (P) et des Imams d’Ahl-ul-Bayt, à Baqî‘ (Médine)

Nombreux et concordants sont les hadith qui affirment le caractère très recommandé de la visite de la tombe du Prophète (P). Il est même de hadith qui rendent cette visite obligatoire lors du Pèlerinage pour quiconque est en mesure de l’effectuer et indiquent que s’en abstenir équivaudrait à une attitude d’arrogance envers le noble Prophète, donc à un acte illicite (harâm). D’autres encore la considèrent comme un motif de l’entrée au Paradis. Ci-après quelques-uns de ces hadith:

- L’Imam al-Sâdiq (p) dit: “Quiconque accomplit le Pèlerinage, qu’il le conclue par notre visite, car ce faisant, il aura complété son pèlerinage” .

- L’Imam Ali dit (p): “Lorsque vous vous rendez à la Maison d’Allah, parachevez votre pèlerinage par la visite de la tombe du Messager d’Allah (P), et ce conformément à l’ordre que vous avez reçu à cet égard. Faute de quoi, vous aurez fait montre d’une attitude d’arrogance (vis-à-vis du Prophète-P). Complétez votre Pèlerinage par la visite des tombes, qu’Allah vous a rendue obligatoire. Demandez-y à Allah de vous accorder la satisfaction de vos besoins”

- Selon l’Imam Mohammad al-Bâqir (p), le Prophète (P) dit: “Quiconque me rend visite de mon vivant ou après ma mort, je serai son intercesseur le Jour de la Résurrection” .

- Lorsque l’Imam al-Hassan Ibn Ali (p) demanda à son grand-père, le Messager d’Allah (P): “Ô mon père ! Quelle est la récompense de celui qui te rend visite ?”, le Prophète (P) lui répondit: “Ô mon fils! Quiconque me rend visite, vivant ou mort, ou rend visite à ton père, à ton frère (l’Imam al-Hussayn) ou à toi, je me ferai un devoir de lui rendre visite le Jour du Jugement pour le délivrer de ses péchés”

- Selon une autre version de ce hadith rapporté par l’Imam al-Hussayn (p), le Prophète (P)dit: “Quiconque me rendra visite après ma mort, gagnera le Paradis. Quiconque rendra visite à ton père après sa mort, gagnera le paradis. Quiconque rendra visite à ton frère après sa mort gagnera le Paradis. Quiconque te rendra visite après ta mort gagnera le Paradis”

- Selon une autre version encore, rapportée par l’Imam al-Redhâ (p), le Prophète (P) dit: “Quiconque me rend visite, de mon vivant ou après ma mort, aura visité Allah” .

- Zayd rapporte: “Lorsque j’ai demandé à l’Imam al-Sâdiq (p): “Quel est le mérite de celui qui rend visite au tombeau du Messager d’Allah?”, il m’a répondu: “C’est comme s’il avait rendu visite à Allah sur Son Trône” .

- Lorsqu’on demanda à l’Imam al-Sâdiq (p) “peut-on rendre visite à la tombe de votre père”, il répondit “Oui”. Et lorsqu’on lui demanda ensuite: “Et quelle est la récompense de celui qui lui rend visite?”, il dit: “Le Paradis, si on s’y met en deuil”. Et à la question “Et si on s’abstient de sa visite par indifférence?”, il répondit: “Le soupir du Jour du Soupir” .

- L’Imam al-Sâdiq (p) dit aussi:“Quiconque me rend visite (dans ma tombe), sera absous et ne mourra pas pauvre”

Il ressort de ces hadith que la visite de la tombe du Prophète (P) est la plus importante des visites pieuses et que celles de ses descendants, les Imams d’Ahl-ul-Bayt (p) appellent autant de récompense spirituelle. En règle générale, la visite des tombes des Infaillibles constitue l’un des rites auxquels les adeptes de l’École d’Ahl-ul-Bayt sont particulièrement attachés, notamment pendant les saison de Hajj (le grand pèlerinage) et de ‘Omrah (le pèlerinage mineur) et pour l’accomplissement de laquelle ils subissent toutes sortes de persécutions et de mesures vexatoires que leur infligent les autorités dont dépendent les tombes du Prophètes et de quelques-uns de ses descendants.

Les visites pieuses de l’Imam al-Hussayn (p)

La visite pieuse de l’Imam al-Hussayn est très recommandée aussi bien lorsqu’elle est effectuée sur place (le site du saint mausolée) que de loin (à n’importe quel endroit où on se trouve) et n’importe quand, lors bien même qu’elle appelle une plus grande récompense si on l’accomplit auprès de la tombe de l’Imam, ou dans le sanctuaire de l’Imam Ali ou de tout autre Imam de ses descendants.

Bien que les hadith mettent un accent particulier sur la ziyârah du Prophète (P) et sur celle de l’Imam al-Hussayn, certains d’entre eux indiquent que la visite pieuse de n’importe quel Imam d’Ahl-ul-Bayt (p) a le même mérite que les deux ziyârah précitées.

Sans doute le texte le plus célèbre destiné à la ziyârah de tous les Imams (p) est “ziyârat-Amînullâh”, dont al-Allâmah al-Majlicî dit qu’elle est la meilleure des ziyârat aussi bien par son texte (matn) que par sa chaîne de transmetteurs et qu’il faut la lire assidûment dans tous les saints mausolées. Selon l’Imam al-Bâqir (p), c’est avec ce texte que l’Imam Zayn al-Âbidine avait accompli la ziyârah de l’Imam Ali (p) en ajoutant: “Il n’est pas un de nos adeptes qui lise cette ziyârah auprès de la tombe du Commandeur des croyants (l’Imam Ali) ou de l’un des Imams sans qu’Allah ne fasse monter son do‘â’ dans une caisse de lumière qui porte le sceau de Muhammad (P) et qui sera ainsi gardée jusqu’à ce qu’elle soit remise au Résurrecteur des Âle Muhammad (l’Imam al-Mahdi), lequel accueillera cet adepte (qui a lu ladite ziyârah) avec courtoisie (sous de riantes auspices), meilleure salutation et dignement, si Allah le veut” .

Cependant les hadith qui soulignent les mérites de la ziyârah de l’Imam al-Hussayn sont tellement nombreux et concordants qu’il est permis de les classer au-dessus des autres ou de la qualifier comme étant plus méritoire que celle des Imams postérieurs.

Il est à noter qu’il y a plusieurs ziyârah de l’Imam al-Hussayn. Chacune comporte un texte spécifique et est rattachée à une occasion spéciale. Ce sont selon l’ordre chronologique de l’année hégirienne, d’après les différents corpus de visites pieuses:

1-La Ziyârah de ‘Âchûrâ’ (le 10 Moharram)

2-La ziyârah d’al-Arba‘în (le 20 Çafar, le 40e jour de l’anniversaire du martyre de l’Imam)

3- La ziyârah du 1er Rajab (le même texte que celui de la ziyârah du 15 Cha‘bân)

4-La ziyârah de la mi-Rajab (la veille et le jour du 15 du mois- le même texte que le celui du 1er Rajab)

5- Visite pieuse et prière spécifique le jour anniversaire de sa naissance, le 3 Cha‘bân

6-La visite de la veille et du jour de la mi-Cha‘abân (le même texte que celui du 1er Rajab)

7-La visite des veilles du 19, 21 et 23 Ramadhân (dites la nuit de Qadr: la nuit de la veille du 19,21,23)

8-La visite des veilles des fêtes de Ramadhân et de Sacrifice

9-La visite du jour des fêtes de Ramadhân et du Sacrifice

10- La visite du Jour de ‘Arafah, le 9 Thu-l-Hajjah

Deux des ces visites, celles de la mi-Cha‘abân et du Jour de ‘Arafah, se détachent par leur importance et par la récompense spirituelle qu’elles appellent, selon les différents hadith. Il apparaît même qu’elles ont plus de mérites spirituels que le pèlerinage et la Omrah recommandés, et qu’Allah accorde Sa Miséricorde et Son absolution aux visiteurs de l’Imam al-Hussayn (pendant ces deux occasions) avant de les accorder aux fidèles présents à ‘Arafât (pendant le pèlerinage et la Omrah recommandés).

Les adeptes d’Ahl-ul-Bayt attachent également une importance et une attention particulières aux visites de ‘Âchûrâ’ et du Jour de l’Arba‘în (le 40ème jour du martyre de l’Imam). Ils y organisent différents rassemblements de deuil.

À part ces ziyârah périodiques et spécifiques, il y en a d’autres à caractère général. On peut les effectuer n’importe où et n’importe quand. Al-‘Allâmah al-Majlicî en mentionne sept, dont la plus connue est la célèbre ziyârat Wârith.

Il y a des règles de bonne conduite à observer pendant la ziyârah de l’Imam al-Hussayn. Elles sont plus ou moins les mêmes que celles qu’on doit suivre pendant la ziyârah du Prophète (P) ou des autres Imams (p). Les plus importantes d’entre elles sont: la pureté rituelle (le wudhû’), la pureté du corps et des vêtements de toute souillure, la ferveur et le recueillement, l’l’imploration d’Allah, ainsi que toutes les politesses requises lors de la visite rendue à l’Imam (p) de son vivant et en sa présence.

Les Ziyârah de l’Imam Ali (p)

Nous avons eu l’occasion d’entrevoir à travers de précédents hadith les grands mérites de la ziyârah de l’Imam Ali (p). Ci-après d’autres hadith plus détaillés relativement au même sujet. Ainsi, Abî Wahab al-Quçrî, cité par al-Kulaynî, témoigne: “Je suis arrivé à Médine où je suis allé voir l’Imam al-Sâdiq (p) en lui disant:“Je suis venu te voir sans avoir effectué la visite de la tombe du Commandeur des croyants (l’Imam Ali)”.

L’Imam al Sâdiq (p) m’a dit alors: “Que c’est malheureux ce que tu as fait! Si tu n’étais pas de nos adeptes, je n’aurais même pas posé mon regard sur toi! Comment omets-tu de rendre visite à celui qu’Allah visite avec les Anges, de même que les Prophètes et les croyants!” Je lui ai dit, en guise d’excuse:“Que je te sois sacrifié! Je ne le savais pas”. Il m’a répondu: “Sache donc que le Commandeur des croyants (p) est préféré par Allah à tous les autres Imams. Le mérite de leur action lui revient....”

Dans un autre hadith, l’Imam al-Sâdiq (p) dit: “Allah n’a pas créé d’êtres qui soient plus nombreux que les Anges. Or, Il en fait descendre chaque jour soixante-dix mille (Anges) qui font le Tawâf (le tour) d’al-Bayt al-M‘mûr, puis de la K‘abah; ensuite ils se rendent à la tombe du Prophète (P) et le saluent, puis à celle du Commandeur des croyants (p) et le saluent, puis à la tombe de l’Imam al-Hussayn (p) et le saluent, avant de retourner. Ceci se répétera jusqu’au Jour de la Résurrection”.

Et l’Imam al-Sâdiq (p) d’ajouter: “Quiconque rend visite à la tombe du Commandeur des Croyants en s’humiliant devant ses grands mérites, sans vanité ni orgueil, Allah lui décerne une récompense équivalente à celle de mille martyrs, efface ses péchés passés et à venir, le ressuscitera avec les gens rassurés, lui facilitera le jugement. Il est accueilli par les Anges lors de sa visite, et sera raccompagné par eux à son retour chez lui.

S’il venait à tomber malade, ils lui rendront visite, et lorsqu’il mourra, ils suivront sa dépouille jusqu’à la tombe en demandant à Allah de l’absoudre. Et quiconque rend visite à la tombe de l’Imam al-Hussayn en s’humiliant devant ses grands mérites, Allah le crédite de la récompense due à mille pèlerinage exaucés et mille ‘Omrah exaucées, et effacera ses péchés passés et à venir”

L’Imam al-Sâdiq (p) dit encore: “Allah a proposé notre Autorité aux peuples des différents territoires. Seuls le peuple de Kûfa l’a acceptée. Or, il y a à côté de cette contrée une tombe immunisée contre le malheur. Quiconque s’y rend et y accomplit 4 rak‘ah de prière n’en retournera (chez lui) que comblé de l’exaucement de son voeu”

S’adressant à Ibn Mârid, l’Imam al-Sâdiq (p) affirme: “Ô Ibn Mârid! Quiconque rend visite à la tombe de mon grand-père (l’Imam Ali), en connaissant ses mérites, Allah le crédite pour chaque pas qu’il y fait de la récompense d’un pèlerinage exaucé et d’une ‘Omrah exaucée. Ô Ibn Mârid! Par Allah, Allah ne nourrira pas de feu un pied poudré par la visite de la tombe du Commandeur des croyants, effectuée à pied ou sur une monture. Ô Ibn Mârid! Écris ce hadith avec de l’eau d’or” .

Les ziyârahs générales et particulières de l’Imam Ali (p)

Les visites pieuses de l’Imam Ali (p) sont de deux types: général et spécifique (périodique)

a-Les Ziyârah générales: Le Cheikh al-Qummî en a compté sept dans ses “Mafâtîh al-Jinân”, dont la plus longue est la première et la plus importante la seconde (ziyarat-Amîn-Allah), alors que l’auteur des “Bihâr al-Anwâr” en mentionne un plus grand nombre .

b-Les ziyârah périodiques: Elles sont à accomplir à des occasions spécifiques et elles sont au nombre nombre de quatre:

1-La ziyârah de Ghadîr

Elle est la plus longue des quatre et faite spécialement pour la commémoration d’un événement capital qui eut lieu le 18 Thul-hajj où le Prophète (P) réunit tous les pèlerins à une intersection dite Ghadîr Khum pour désigner l’Imam Ali (p) comme Imam, Calife (successeur) et Autorité après lui. Elle exposa tous les mérites et vertus du Commandeur des croyants. L’origine de cette ziyârah remonte à l’Imam Ali al-Hâdî (al-Naqî), le Xe Imam d’Ahl-ul-Bayt (p), qui l’a effectuée en ce jour anniversaire, alors qu’il se dirigeait vers Baghdad, à la demande du calife abbasside, al-Mu‘taçim.

Concernant les mérites de cette ziyârah, l’Imam al-Redhâ (p) s’adressant à un adepte, dit: “Où que tu te trouves, arrange-toi pour que tu sois présent le Jour de Ghadîr près du Commandeur des croyants (p), car, en ce jour Allah absout les péchés cumulés de soixante ans de tout croyant et de toute croyante, et Il y libère de l’Enfer le double du nombre des gens libérés pendant le mois de Ramadhân, la Nuit du Destin (laylat al-Qadr) et la veille de la Fête d’al-Fitr” .

2- La ziyârah du jour anniversaire de la naissance du Prophète Mohammad (P)

Elle a lieu le 17 Rabî‘ al-Awwal. Selon al-Cheikh al-Mufîd et Ibn Tâwûs l’Imam al-Sâdiq (p) a effectué cette ziyârah en ce jour anniversaire du Prophète, auprès de son “frère” et successeur légitime, l’Imam Ali (p), avec un texte spécifique qu’il a appris à Muhammad Ibn Muslim al-Thaqafî. Ce texte est cité dans Mafâtîh al-Jinân. Il s’adresse à l’Imam Ali et salue sa vertu, son savoir et son jihâd aux côtés du Messager d’Allah .

3- La ziyarah d’al-Mab‘ath (l’avènement de la Mission du Prophète Mohammad-P): Elle a lieu le 27 Rajab

On sait que chronologiquement la Mission du Prophète a coïncidé avec la descente du Coran. Or, il ne fait pas de doute que le Coran a été descendu au mois de Ramadhân, puisqu’Allah dit dans le verset coranique suivant: “Le Coran a été révélé au mois de Ramadhan” (Sourate al-Baqarah, 2/185), et plus précisément à la Nuit du Destin: “Oui, Nous l’avons fait descendre durant la Nuit du Destin”(Sourate al-Qadr, 97/1).

De là on est en droit de s’interroger sur le pourquoi de la date de 27 Rajab, retenue comme étant le jour anniversaire de la Mission prophétique! La réponse pourrait être la suivante: le début de la révélation du Coran par “échéances” (nujûm) était le 27 Rajab et sa révélation en tant qu’un ensemble au mois de Ramadhân, car le Coran eut, en effet, deux révélations: la première, progressive et détaillée, par échéances (fragments, parties) durant 23 ans (depuis le début de la Mission du Prophète (P) jusqu’à son décès), la seconde (l’étape des statuts juridiques/ ahkâm) en une fois, au mois de Ramadhân, durant la Nuit du Décret-Destin: “Un Livre dont les versets ont été bien structurés, puis expliqués en détail, de la part d’un Sage parfaitement informé” (Sourate Hûd, 1/11).

4-La ziyârah du jour anniversaire de son martyre, le 21 Ramadhân

Selon al-Kulaynî dans “al-Kâfî” et al-Çadûq dans “al-Amâlî”: “Le jour du décès du Commandeur des croyants, l’endroit fut secoué par les lamentations des gens hébétés par l’événement, comme le jour du décès du Prophète (P). Un homme pressé et en pleurs est venu en s’écriant: “La succession de la Prophétie est rompue aujourd’hui”. Il s’arrêta à la porte de la maison où se trouvait la sainte dépouille du Commandeur des croyants et dit: “Qu’Allah t’entoure de Sa Miséricorde, ô Abu-l-Hassan. Tu étais le premier de ce peuple à épouser l’Islam...” Les gens se turent jusqu’à ce qu’il terminât son discours. Puis il se remit à pleurer. Les compagnons du Prophète firent de même. Puis les gens voulaient lui parler. Mais il a disparu soudain”. On croit qu’il s’agissait d’al-Khidhr (p) .

Les ziyârah des autres Imams d’Ahl-ul-Bayt

Outre les ziyârah du Messager d’Allah, de l’Imam Ali (p) et de l’Imam al-Hussayn (p) auxquelles les Imams d’Ahl-ul-Bayt (p) ont attaché une importance particulière, ces derniers ont vivement recommandé la ziyârah des mausolées d’Ahl-ul-Bayt en général, comme nous avons pu l’apercevoir à travers les divers hadith précités. Ci-après d’autres hadith qui confirment cette recommandation:

Zayd al-Chahhâm témoigne: “J’ai demandé à l’Imam al-Sâdiq (p) quelle mérite spirituel appelle la visite du mausolée de l’Imam al-Hussayn?”. Il m’a dit: “C’est comme si on avait visité Allah sur Son Trône”. J’ai demandé encore: “Et la visite de l’un d’entre vous (les Imams successeurs de l’Imam al-Hussayn) ?”. Il m’a répondu: “C’est comme si on avait visité le Messager d’Allah (P)”

‘Îsâ Ibn Râchid rapporte: “J’ai demandé à l’Imam al-Sâdiq (p): “Que je te sois sacrifié! À quelle récompense spirituelle a droit celui qui effectue la ziyârah de la tombe de l’Imam al-Hyssayn (p) et y accomplit deux rak‘ah de prière?” Il m’a dit: “C’est comme s’il avait accompli un pèlerinage et une ‘Omrah”. Je lui ai demandé encore: “Est-ce la même récompense pour la ziyârah de tout autre Imam à qui notre obéissance est obligatoire?”. “Oui”, m’a-t-il répondu.

Abdul-Rahmân Ibn Muslim rapport: J’ai demandé à l’Imam Mûsâ al-Kadhim (P): “La ziyârah de quel Imam est-elle la plus méritoire ? Celle du Commandeur du croyant ou de l’Imam al-Sâdiq, ou de...” et j’ai cité nommément tous les Imams. Il m’a dit: “O Abdul-Rahmân Ibn Muslim! Quiconque visite le premier d’entre nous aura visité le dernier d’entre nous, et quiconque visite le dernier d’entre nous aura visité le premier d’entre nous.

De même, quiconque fait allégeance au premier d’entre nous aura fait allégeance au dernier d’entre nous, et quiconque subvient au besoin de l’un de nos adeptes aura subvenu à notre besoin à nous tous. Ö Abdul-Rahmân! Aime-nous, aime en nous et aime pour nous! Sois notre ami et l’ami de nos amis, et déteste quiconque nous déteste. Sache que quiconque nous contrarie aura contrarié notre grand-père le Messager d’Allah (P), et quiconque contrarie le Messager d’Allah (P) aura contrarié Allah. Ô Abdul-Rahmân! Quiconque nous déteste aura détesté Muhammad (P), et quiconque déteste Mohammad (P) aura détesté Allah. Or quiconque déteste Allah, le très-Haut, Allah le fera subir, à juste titre, le feu de l’Enfer, où il n’aura aucun secours”

Il y a beaucoup d’autres hadith sur les mérites de la ziyârah des Imams d’Ahl-ul-Bayt en général, mais c’est surtout la ziyârah de l’Imam al-Redhâ, après celles de l’Imam Ali et de l’Imam al-Hussayn qui est nommément citée et soulignée. En effet l’Imam al-Sâdiq (p) rapporte que le Prophète (P) dit: “L’un de mes descendants sera enterré à Khorâsân. Il n’est pas un croyant qui lui rende visite sans qu’Allah ne le destine obligatoirement au Paradis et ne rende l’Enfer interdit à son corps”

Dans un hadith, l’Imam al-Redhâ (p) affirme: “Il n’est pas l’un d’entre nous qui ne soit assassiné et tombé en martyr (...) Celui qui me tuera est le plus méchant des créatures de mon époque. Il m’empoisonnera, puis m’enterrera dans une maison perdue à l’étranger. Quiconque donc me rendra visite dans cette contrée étrangère Allah lui alloue la rétribution de cent mille martyrs, de cent mille véridiques, de cent mille fidèles en pèlerinage ou en ‘omrah, et cent mille mujâhid (combattant pour la Cause d’Allah). En outre, Allah le placera parmi notre groupe le Jour de la Résurrection et en notre compagnie dans les positions supérieures du Paradis” .

Selon un autre hadith, l’Imam Ali (p) témoigne: “Le Messager d’Allah (P) dit: “L’un de mes descendants sera enterré à Khorâsân. Il n’est pas un malheureux qui lui rende visite sans qu’Allah ne le lui enlève son malheur, ni un pécheur sans qu’Allah n’efface ses péchés”

Deux remarques importantes

Il convient de conclure cet exposé sur la ziyârah des tombes des Imams (p) par deux remarques importantes tirées de certains hadith:

La première remarque: le visiteur doit éviter, lors de la visite des mausolées des Imams tout ce qui pourrait faire croire à des gens non avertis ou malveillants qu’il associe au culte d’Allah celui du Saint qui repose dans la tombe visitée. Il doit par exemple faire en sorte que la tombe ne soit pas directement sur la ligne de la qiblah (direction de la Mecque) lorsqu’il accomplit des prières dans le mausolée de l’Imam (p).

Ce sont nos Imams eux-mêmes qui nous ont mis en garde contre les risques de telles méprises ou confusions pour que la visite du tombeau préserve son caractère originel et essentiel en tant qu’acte cultuel visant à se rapprocher d’Allah en présentant nos respects à Ses Signes et à Ses élus et en leur témoignant notre fidélité et notre amour. Ainsi, l’Imam al-Bâqir (p) dit: «Priez entre les tombes de telle sorte qu’elles ne deviennent pas votre qiblah, car le Messager d’Allah l’a interdit en disant: “Ne faites pas de ma tombe votre qiblah ni une mosquée, car Allah -Il est Sublime- a maudit ceux qui avaient transformé les tombes de leurs prophètes en mosquées” »

Selon al-Halabî, l’Imam al-Sâdiq dit: “Ne bois pas en étant débout, ne fais pas le tawâf à la tombe, n’urine pas dans une eau stagnante, autrement il t’arriverait un malheur dont tu ne pourras blâmer que toi-même...”

Il ne fait pas de doute que l’interdiction visée dans les expressions “faire des tombes une qiblah ou une mosquée (masjid)”, “faire le tawâf à la tombe” concerne l’adoption de la tombe elle-même comme qiblah et comme objet de la prosternation (masjid) ou de culte, car en effet il est illégal de se prosterner sur une tombe et de se tourner vers elle en tant que qiblah, et non pas le fait que la tombe se situe sur la ligne de la direction de la Ka‘bah lorsqu’on accomplit la Prière, ni que l’on construise des mosquées ou des bâtiments sur les tombes, car ce sont là des actes tout à fait légaux. Le hadith précité ont pour objet de préserver la pureté du culte d’Allah et d’éviter la confusion.

La seconde remarque: Lorsque nous rendons visite aux tombes du Prophète (P) et des Imams (p), il faut que nous gardions présent à l’esprit le fait que ces endroits sont des lieux saints, parce que, honorés par les Saints qu’Allah a honorés et qui y ont été enterrés. Notre visite ne doit donc pas revêtir l’aspect d’une pratique figée, consistant à sanctifier des morts et des os, et ce d’autant plus que les Infaillibles (P) sont des êtres “vivants auprès de leur Seigneur, bien pourvus” (Sourate Äle ‘Imrân, 3/169).

Nous devons donc faire comme si nous leur rendions visite de leur vivant pour leur témoigner de notre amour, de notre respect, de notre fidélité et de notre allégeance en leur qualité de représentants d’Allah auprès de l’Humanité. Il est opportun à cet égard de citer le hadith suivant de l’Imam al-Sâdiq (p): “Il n’est pas un prophète ni un successeur désigné du prophète qui restent plus de trois jours sur terre avant qu’Allah fasse monter leur âme, leurs os et leur chair au ciel. Si on rend visite aux emplacements de leurs traces, c’est parce qu’ils reçoivent de loin les salutations et font entendre leur réponse de près, dans ces emplacements”

Les ziyârah des descendants des Imams d’Ahl-ul-Bayts et des gens pieux

Tirant conclusion des hadith précités et de bien d’autres hadith qui mettent en évidence les mérites spirituels des visites des tombes en général, les adeptes d’Ahl-ul-Bayt se sont appliqués à construire des édifices sur celles-ci et à s’y rendre fréquemment dans l’intention de s’approcher d’Allah, de prier et de formuler des voeux, et ce à tel point que beaucoup de villes ont vu le jour grâce à la présence de l’une de ces tombes, comme c’est le cas de la ville de Najaf (mausolée de l’Imam Ali), Karbalâ’ (où à part le mausolée de l’Imam al-Hussayn, il y a celui de son frère al-Abbas, et ceux de certains de leurs compagnons tombés en martyrs avec eux), la ville d’al-Qâcim, d’al-Hamzah, de ‘Alî al-Charqî, ‘Alî al-Gharbî et bien d’autres villes en Irak qui grouillent de centaines de mausolées de descendants des Imams. De même il y a des milliers de tels mausolées en Iran et des dizaines d’autres parsemés dans les différents pays musulmans.

Sans doute les plus connus des mausolées des descendants des Imams sont-ils:

● En Irak: le mausolée d’al-Abbâs fils de Ali, celui de Muslim Ibn ‘Aqîl, et celui d’al-Qâcim Ibn Mûsâ Ibn Ja‘far

● En Iran: celui d’al-Ma‘çûmah Fâtimah fille de Mûsâ Ibn Ja‘far (à Qom), celui de Ahmad Ibn Mûsâ Ibn Ja‘far (à Chîraz), celui de Sayyid Abdul-‘Adhîm al-Hussaynî (à Ray)

● En Syrie: la tombe d’al-Sayyidah Zaynab à Damas .

● En Egypte: le mausolée du lieu du dépôt de la tête de l’Imam al-Hussayn (p) au Caire.

Les occasions générales des ziyârah

Bien que les fidèles affluent presque quotidiennement vers les tombes des Prophètes, des Imams et de leurs descendants, il y a des dates anniversaires qui retiennent particulièrement l’attention des musulmans pour s’y rendre en grand nombre et effectuer les ziyârah. Par exemple le jour anniversaire de la naissance ou de la mort de chaque Imam constitue l’occasion principale de la visite de sa tombe. De même la veille du vendredi, un jour saint pour les Musulmans, attirent ceux-ci vers les tombes et les mausolées.

Et comme ce jour coïncide avec le congé hebdomadaire dans les pays musulmans, les lieux saints en général, le mausolée de l’Imam al-Hussayn, en particulier, connaissent une grande affluence. Par ailleurs, selon le Hadith, la ziyârah de l’Imam al-Hussayn (p) est très recommandée la veille du vendredi (jeudi soir). Les visites des mausolées les jours de fête appellent également une récompense spirituelle certaine. Les grandes vacances sont des occasions propices pour les fidèles, de pays lointains de se rendre nombreux à certains mausolées, tel celui de l’Imam al-Redhâ (p), à Mach-had, en Iran, celui de l’Imam al-Hussayn (Karbalâ’-Irak) et celui de l’Imam Ali (p) à Najaf, en Irak.

Les ziyârah générales

Nous avons remarqué plus haut qu’il y a pour chaque infaillibles des ziyârah spécifiques à accomplir à des dates précises, et d’autres qu’on effectue à n’importe quel moment ou jour. Il y a un autre type de ziyârah, dite al-Jâmi‘ah, qui concerne tous les Infaillibles et qu’on accomplit invariablement auprès de chacun de leurs mausolées. Les plus célèbres de ces ziyârah jami‘ah (collectives ou communes) sont:

1-Ziyârat-Amînallâh

elle est la plus concise de ces longues ziyârah et comprend outre le texte de la visite pieuse, la prière de demande personnelle et l’entretien intime avec Allah (munâjât).

2-al-Ziyârah al-Jâmi‘ah al-Kabîrah

Rapportée de l’Imam Ali Ibn Mohammad al-Hâdî (p), elle est la plus volumineuse des ziyârah commune, la plus sûre quant à sa chaîne de transmetteurs, la plus éloquente dans son style et la plus méritoire. Beaucoup de uléma se sont appliqués à l’expliquer, et à en éclaircir les passages qui pourraient prêter à la confusion ou à une mauvaise interprétation.

3-Al-Ziyârah al-Jâmi‘ah des Imams des croyants, rapporté par Ibn Tawûs; Al-Allâmah al-Majlicî l’a également mentionnée sous le titre de “la cinquième Ziyârah”

Il y a bien d’autres Ziyârah jâmi‘ah moins connues, rapportées dans Mafâtih al-Jinân (102/126-209) et Bihâr al-Anwâr (p. 550).

Ziyârat Wârith, Ziyârat Al-Imam Al-Hussayn (P)

(On formule l’Intention «Niyyah» comme suit: Je récite ziyârat al-Imam Hussayn (AS) Qurbatan ilallâh - Se diriger vers la direction du Mausolée de l’Imam Hussayn vers Karbalâ’ en Iraq ( si on l’effectue de loin).

Assalâmu ‘alayka yâ wâritha Âdama, çifwat-illâh-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ آدَمَ صِفْوَةِ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier d’Adam, l’Elu d’Allah!

Asslaâmu ‘alayka yâ wâritha Nûhin, Nabiyy-illâh-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ نُوح نَبِيِّ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier de Noé (Nûh), le Prophète d’Allah

Assalâmu ‘alayka yâ wâritha Ibrâhima, Khalîl-illâh-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ اِبْراهيمَ خَليلِ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier d’Ibrâhîm (Abraham), l’Ami privilégié d’Allah!

Assalâmu ‘alayka yâ wâritha Mûsâ Kalîm-illâh-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ مُوسى كَليمِ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier de Mousâ (Moïse), Interlocuteur d’Allah!

Assalâmu ‘alayka yâ wâritha ‘Îsâ, Rûh-illâh-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ عيسى رُوحِ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier de ‘Isâ (Jésus), l’Esprit d’Allah!

Assalâmu ‘alayka yâ wâritha Muhammadin, Habîb-illâh-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ مُحَمَّد حَبيبِ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier de Mohammad, le Bien-aimé d’Allah!

Assalâmu ‘alayka yâ wâritha ‘Aliyy-in, Amîr-il-mu’minîna, Waliyy-illâh-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ عَلِيٍّ اَميرِ الْمُؤْمِنينَ وَلِيِّ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier de ‘Alî, le Commandeur des Croyants, le Waliy ( ami, serviteur pieux et dévoué) d’Allah!

Assalâmu ‘alayka yâ wâritha -al-Hasan-ich-Chahîdi, Sibti Rasûl-illâh-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وارِثَ الْحَسَنِ الشَّهيدِ سِبْطِ رَسُولِ اللهِ

Paix sur toi, o Héritier d’al-Hassan, le martyr, le petit-fils du Messager d’Allah!

Assalâmu ‘alayka ya-bna Rasûl-illâh-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ رَسُولِ اللهِ

Paix sur toi, o fils du Messager d’Allah!

Assalâmu ‘alayka ya-bn-al-Bachîr-in-Nathîr wa-bna Sayyid-il-waçiyyîn-a!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ الْبَشيرِ النَّذيرِ وَابْنَ سَيِّدِ الْوَصِيِّينَ

Paix sur toi, o fils de l’annonciateur des bonnes nouvelles, l’avertisseur, et fils du Maître des Héritiers présomptifs!

Assalâmu ‘alayka ya-bna Fâtimata Sayyidati nisâ’-il-‘âlamîn-a!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَابْنَ فاطِمَةَ سَيِّدَةِ نِسآءِ الْعالَمينَ

Paix sur toi, o fils de Fâtimah al-Zahrâ’, la Maîtresse des femmes des mondes!

Assalâmu ‘alayka yâ Abâ ‘Abdillâh-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا اَبا عَبْدِ اللهِ

Paix sur toi, o Abû Abdullâh al-Hussain!

Assalâmu ‘alayka yâ khiyarat-Allâh wa-bna Khiyaratihi!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا خِيَرَةَ اللهِ وَابْنَ خِيَرَتِهِ

Paix sur toi, O élu d’Allah et fils de Son élu !

Assalâmu ‘alayka yâ Thâr-Allâhi wa-bna Thârih-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا ثارَ اللهِ وَابْنَ ثارِهِ

Paix sur toi, o Vengeance d’Allah et fils de Sa Vengeance!

Assalâmu ‘alayka ayyuh-al-witr-al-mawtûr-a!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ اَيُّهَا الْوِتْرَ الْمَوْتُورَ

Paix sur toi, o vengeance et revendicateur de vengeance!

Assalâmu ‘alayka ayyuh-al-Imâm-ul-Hâdiyy-uz-zakiyyu wa ‘alâ arwâhin hallat bi-fanâ’ika wa aqâmat fî jiwârika wa wafadat ma‘a zuwwârika!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ اَيُّهَا الاِْمامُ الْهادِيُّ الزَّكِيُّ وَعَلى اَرْواحٍ حَلَّتْ بِفِنآئِكَ وَاَقامَتْ في جِوارِكَ وَوَفَدَتْ مَعَ زُوّارِكَ

Paix sur toi, o Imam guidant et pur, ainsi que sur les âmes qui se sont rendues dans ton enclos, qui reposent dans ton voisinage, et qui sont venues avec tes visiteurs (en pèlerins)!

Assalâmu ‘alayka minnî mâ baqaytu wa baqiy-al-laylu wa-n-nahâr-u,

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ مِنِّي ما بَقيتُ وَبَقِيَ اللَّيْلُ وَالنَّهارُ

Paix sur toi, de ma part, tant que je vivrais et tant que demeureront la nuit et le jour,

falaqad ‘adhumat bik-ar-raziyyatu wa jalla-l-muçâbu fî-l-mu’minîna wa-l-muslimîna wa fî ahl-is-samâwati ajma‘îna wa fî sukkân-il-ardhîna, fa-innâ lillâhi wa innâ ilayhi râji‘ûn-a,

فَلَقَدْ عَظُمَتِ بِكَ الرَّزِيَّةُ وَجَلَّ الْمُصابُ فِى الْمُؤْمِنينَ وَالْمُسْلِمينَ وَفي اَهْلِ السَّمواتِ اَجْمَعينَ وَفي سُكّـانِ الاَْرَضينَ فَاِنّا للهِ وَاِنّا اِلَيْهِ راجِعُونَ

car ta perte est un grand malheur et un préjudice grave pour les Croyants, les Musulmans, et pour tous les habitants du Ciel et de la terre. Ainsi, nous sommes à Dieu et à Lui nous retournerons!

wa Çalawât-ullâhi wa Barakâtuhu wa Tahiyyâtuhu ‘alayka wa ‘alâ âbâ’ik-at-tâhirîn-at-tayyibîn-al-muntajabîna wa ‘alâ tharârîhim-ul-hudât-il-mahdiyyîn-a!

وَصَلَواتُ اللهِ وَبَرَكاتُهُ وَتَحِيّاتُهُ عَلَيْكَ وَعَلى آبآئِكَ الطّاهِرينَ الطَّيِّبينَ الْمُنْتَجَبَينَ وَعَلى ذَراريهِمُ الْهُداةِ الْمَهْدِيّينَ

Et que la Prière d’Allah, Ses Bénédictions et Ses Salutations soient sur toi, sur tes parents purs, bons et nobles, et sur leurs descendants bons-guides et bien-guidés!

As-salâmu ‘alayka yâ mawlâya wa ‘alayhim wa ‘alâ rûhika wa ‘alâ arwâhihim wa ‘alâ turbatika wa ‘alâ turbatihim. Allâhumma laqqihim rahmatan wa ridhwânan wa rûhan wa rayhânan

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا مَوْلايَ وَعَلَيْهِمْ وَعَلى رُوحِكَ وَعَلى اَرْواحِهِمْ وَعَلى تُرْبَتِكَ وَعَلى تُرْبَتِهِمْ اَللّـهُمَّ لَقِّهِمْ رَحْمَةً وَرِضْواناً وَرَوْحاً وَرَيْحاناً

Que la paix soit sur toi, o mon Maître, et sur eux, sur ton âme et sur leurs âmes, sur ta terre et sur la leur! O mon Dieu! Fais-leur rencontrer Ta Miséricorde, Ta Satisfaction, le repos et la grâce!

Assalamu ‘alayka yâ Mawlâya yâ Abâ ‘Abdillâh-i ya-bna Khâtam-in-Nabiyyîna wa ya-bna Sayyid-il-waçiyyîna wa ya-bna Sayyidati nisâ’-il-‘âlamîn-a!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا مَوْلايَ يا اَبا عَبْدِاللهِ يَا بْنَ خاتَمِ النَّبِيّينَ وَيَا بْنَ سَيِّدِ الْوَصِيّينَ وَيَا بْنَ سَيِّدَةَ نِسآءِ الْعالَمينَ

Paix sur toi, o mon Maître Abû Abdullah (al-Hussain), o fils du Sceau des Prophètes, o fils du Maître des Héritiers-présomptifs, o fils de la Maîtresse des femmes des mondes!

Assalâmu ‘alayka yâ chahîdu ya-bna-ch-chahîdi yâ akha-ch-chahîd yâ abâ-ch-chuhadâ’i.

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا شَهيدُ يَا بْنَ الشَّهيدِ يا اَخَ الشَّهيدِ يا اَبَا الشُّهَدآءِ اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا شَهيدُ يَا بْنَ الشَّهيدِ يا اَخَ الشَّهيدِ يا اَبَا الشُّهَدآءِ

Paix sur toi, o martyr, o fils de martyr, o frère de martyr, o père des martyrs!

Allâhumma balligh-hu ‘annî fî hâthih-is-sâ‘ati wa fî hâthâ-l-yawmi wa fî hâthâ-l-waqti wa fî kulli waqtin tahiyyatan kathîratan wa salâman!

اَللّـهُمَّ بَلِّغْهُ عَنّي في هذِهِ السّاعَةِ وَفي هذَا الْيَوْمِ وَفي هذَا الْوَقْتِ وَفي كُلِّ وَقْت تَحِيَّةً كَثيرَةً وَسَلاماً

Transmets-lui de ma part, O mon Dieu, à cette heure-ci, aujourd’hui même, maintenant et à tout temps, mes meilleures salutations et mes sincères souhaits de paix!

Salâm-ullâhi ‘alayka wa Rahmat-ullâhi wa Barakâtuhu ya-bna Sayyid-il-‘âlamîna wa ‘alâ-l-mustach-hadîna ma‘aka, slâman mutaççilan mça-t-taçal-al-laylu wa-n-nahâru!

سَلامُ اللهِ عَلَيْكِ وَرَحْمَةُ اللهِ وَبَرَكاتُهُ يَا بْنَ سَيِّدِ الْعالَمينَ وَعَلَى الْمُسْتَشْهَدينَ مَعَكَ سَلاماً مُتَّصِلاً مَا اتَّصَلَ اللَّيْلُ وَالنَّهارُ

Que la Paix, la Miséricorde et les Bénédictions d’Allah soient sur toi, o fils du Maître des mondes, ainsi que sur ceux qui sont tombés en martyrs avec toi, Paix continuelle qui dure autant que le jour et la nuit continuent à se suivre!

As-salâmu ‘al-al-Husayn-ibna-‘Aliyyin-ich-chahîd-i!

السَّلامُ عَلَى الْحُسَيْنِ بْنِ عَليٍّ الشَّهيدِ

Que la Paix soit sur al-Hussain fils de ‘Ali, le martyr!

As-salâmu ‘alâ-l-‘Abbâs-ibna-Amîr-il-Mu’minîn-ach-chahîd-i!

اَلسَّلامُ عَلَى الْعَبّاسِ بْنِ اَميرِ الْمُؤْمِنينَ الشَّهيدِ

Que la Paix soit sur ‘Ali fils d’al-Hussain, le martyr!

As-salâmu ‘alâ-ch-chuhadâ’i min wuldi Amîr- al-Mu’minîn-a!

السَّلامُ عَلَى الشُّهَدآءِ مِنْ وُلْدِ اَمِيرِ الْمُؤْمِنينَ

Que la Paix soit sur les martyrs parmi les fils du Prince des Croyants!

As-salâmu ‘alâ-ch-chuhadâ’i min wuld-il-Hasan!

اَلسَّلامُ عَلَى الشُّهَدآءِ مِنْ وُلْدِ الْحَسَنِ

Que la Paix soit sur les martyrs parmi les fils d’al-Hassan!

As-salâmu ‘alâ-ch-chuhadâ’i min wuld-il-Husayn!

اَلسَّلامُ عَلَى الشُّهَدآءِ مِنْ وُلْدِ الْحُسَيْنِ

Que la Paix soit sur les martyrs parmi les fils d’al-Hussain!

As-salâmu ‘alâ-ch-chuhadâ’i min wuldi Ja‘far-in wa ‘Aqîl-in!

السَّلامُ عَلَى الشُّهَدآءِ مِنْ وُلْدِ جَعْفَرٍ وَعَقِيلٍ

Que la Paix soit sur les martyrs parmi les fils de Ja’far et de ‘Aqîl!

As-salâmu ‘alâ kulli mustach-hidin ma’ahum min-al-mu’minîn-a!

اَلسَّلامُ عَلى كُلِّ مُسْتَشْهَدٍ مَعَهُمْ مِنَ الْمُؤْمِنينَ

Que la Paix soit sur tous les croyants tombés en martyrs avec eux!

Allâhumma çalli ‘alâ Muhammadin wa Âle Mohammadin wa balligh-hum ‘annî tahiyyatan kathîratan wa salâman!

اَللّـهُمَّ صَلِّ عَلى مُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ وَبَلِّغْهُمْ عَنّي تَحِيَّةً كَثيرَةً وَسَلاماً

O mon Dieu! Prie sur Mohammad et sur la Famille et les descendants de Mohammad, et transmets-leur, de ma part, mes meilleures salutations et mes sincères souhaits de paix!

As-salâmu ‘alayka yâ Rasûl-Allâh-i! Ahsan-Allâhu lak-al-‘azâ’a fî waladik-al-Husayn-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا رَسُولَ اللهِ اَحْسَنَ اللهُ لَكَ الْعَزآءَ في وَلَدِكَ الْحُسَيْنِ

Paix sur toi, o Messager d’Allah! Qu’Allah t’offre les meilleures consolations et condoléances pour la perte de ton fils, al-Hussain!

As-salâmu ‘alayki yâ Fâtimat-u! Ahsan-Allâhu lak-il-‘azâ’a fî waladik-il-Husayn-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكِ يا فاطِمَةُ اَحْسَنَ اللهُ لَكِ الْعَزآءَ في وَلَدِكَ الْحُسَيْنِ

Paix sur toi, o Fâtimah! Qu’Allah t’offre les meilleures consolations et condoléances pour la perte de ton fils al-Hussain!

As-salâmu ‘alayka yâ Amîr-al-Mu’minîn-a! Ahsan-Allâhu laka-l-‘azâ’a fî waladik-al-Husayn!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا اَميرَ الْمُؤْمِنينَ اَحْسَنَ اللهُ لَكَ الْعَزآءَ فِي وَلَدِكَ الْحُسَيْنِ

Paix sur toi, o Prince des Croyants (Imam Ali)! Qu’Allah t’offre les meilleures consolations et condoléances pour la perte de ton fils al-Hussain!

As-salâmu ‘alayka yâ Abâ Muhammad-in-al-Hasan! Ahsan-Allâhu lak-al-‘azâ’a fî akhûk-al-Husayn-i!

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا اَبا مُحَمَّد الْحَسَنَ اَحْسَنَ اللهُ لَكَ الْعَزآءِ في اَخيكَ الْحُسَيْنِ

Paix soit sur toi, o Abû Mohammad al-Hassan! Qu’Allah t’offre les meilleures consolations et condoléances pour la perte de ton frère al-Hussain!

Yâ Mawlâya yâ Abâ ‘Abdillâh-i! Anâ dhayf-ullâhi wa dhayfuka, wa jâr-ullâhi wa jâruka, wa li-kulli dhayfin wa jârin qiran, wa qirâya fî hâthâ-l-waqti an tas’al-Allâha Subhânahu wa ta‘âlâ an yarzuqanî fakâka raqabatî min-an-Nâr-i, Innahu Samî‘-ud-du‘â’i, Qarîbun Mujîb-un!

يا مَوْلايَ يا اَبا عَبْدِاللهِ اَنَا َضْيُفُ اِللهِ َوضَيْفُكَ وَجارُ اللهِ وَجارُكَ وَلِكُلِّ ضَيْفٍ وَجارٍ قِرىً وَقِرايَ في هذَا الْوَقْتِ اَنْ تَسْئَلَ اللهَ سُبْحانَهُ وَتَعالى اَنْ يَرْزُقَني فَكاكَ رَقَبَتي مِنَ النّارِ اِنَّهُ سَميعُ الدُّعآءِ قَريبُ مُجيبُ.

O mon Maître! O Abû Abdullâh al-Hussain! Je suis l’hôte d’Allah et ton hôte, le voisin d’Allah et ton voisin; or tout hôte et tout voisin a droit à un geste (repas) d’hospitalité, et mon droit (sur toi) à présent est que tu demandes à Allah - Il est Glorifié et Sublime- de m’accorder la libération de mon cou de l’Enfer! Il est celui qui entend la prière de demande (du‘â’), Il est Proche et Il est celui qui exauce (le du‘â’)!

Allâhumma çalli ‘alâ Muhammad wa âlé Muhammad

Ziyârat Al-‘Abbâs (as)

Intention «Niyyah»: Je récite ziyârat al-‘Abbâs ibna Ali qurbatan ilallâh

Assalâmu ‘alayka yabna Amîr-il mu’minîn

السَّلامُ عَلَيْكَ يابْنَ اَميرِالمُؤْمِنينَ

Que la paix soit sur toi ô fils du Commandeur des croyants (l’Imam Ali - p)

Assalâmu ‘alayka ayyuh-al-‘abd-uç-çâlih-ul-mutî‘u lillâhi wa li-Rasûlihi

السَّلامُ عَلَيْكَ ايُّهاالعَبْدُ الصَّالِحُ المُطيعُ لَِِّلهِ وَرَسولِهِ

Que la paix soit sur toi ô bon adorateur, obéissant à Allah et à Son Prophète

Ach-hadu annaka qad jâhadta wa naçahta wa çabarta hattâ atâka-l-yakîn-u

اَشْهَدُ اَنَّكَ قَدْ جاهَدْتَ وَ نَصَحْتَ وَصَبَرْتَ حَتّى اَتاكَ اليَقينُ

J’atteste que tu as accompli le jihâd, prêché et fait preuve de patience jusqu’à la fin

La‘anallâh-udh-dhâlimîna lakum min-al-awwalîna wa-l-âkhirîna wa alhaqahum bi-darak-il-jahîm

لَعَنَ اللهُ الظّالِمينَ لَكُمْ مِنَ الاَْوَّلينَ وَالاْخِرينَ وَ الحََقَهُم بِدَرَكِ الجَحيم

Que la malédiction d’Allah soit sur vos premiers et derniers oppresseurs et qu’Allah les place au plus bas étage de l’Enfer.

Allâhumma çalli ‘alâ Muhammad wa âle Muhammad

الَّهُمَّ صَلِّ على مُحَمَّدٍ وَآل مُحَمَّدٍ

O mon Dieu, prie sur Muhammad et sur la Famille de Muhammad

Une autre ziyârah d’al-‘Abbâs

Assalâmu ‘alayka yâ Abâl-l-Fadhl-il-‘Abbâsa-bna Amîr-il-Mu’minîn-a

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا اَبَا الْفَضْلِ الْعَبّاسَ ابْنَ اَميرِ الْمُؤْمِنينَ،

Que la paix soit sur toi ô Abâl-l-Fadhl-il-‘Abbâs, fils du Commandeur des croyants (Ali -p)

Assalâmu ‘alayka yâ-bna Sayyid-il-Waçiyyîna

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ سَيِّدِ الْوَصِيّينَ،

Que la paix soit sur toi ô fils du Maître des Héritiers-prédésignés

Assalâmu ‘alayka yâ-bna awwal-il-qawmi islâman wa aqdamahum îmânan wa aqwamihim bi-Dîn-illâhi, wa ahwatihim ‘alâ-l-Islâmi.

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ اَوَّلِ الْقَوْمِ اِسْلاماً وَاَقْدَمِهِمْ ايماناً وَاَقْوَمِهِمْ بِدينِ اللهِ، وَاَحْوَطِهِمْ عَلَى الاِْسْلامِ،

Que la paix soit sur toi ô fils du premier Musulman de la Communauté, du plus ancien d’entre elle à avoir la Foi, du plus soucieux d’entre d’elle de la Religion d’Allah et du plus protecteur de l’Islam parmi elle !

Ach-hadu laqad naçahta lillâhi wa li-Rasûlihi wa li-akhîka, fa-ni‘ma-l-akhu-l-muwâsî,

اَشْهَدُ لَقَدْ نَصَحْتَ للهِ وَلِرَسُولِهِ وَلاَِخيكَ فَنِعْمَ الاَْخُ الْمُواسي،

J’atteste que tu as été sincère envers Allah, envers Son Messager et envers ton frère. Tu est donc le meilleur frère-consolateur

Fa-la`an-Allâhu ummatin qatalakatka wa la‘an-Allâhu ummatan dhalamtka wa la‘an-Allâhu ummatan-istahallat minka-l-mahârima wa-ntahakat hurmat-il-Islâmi

فَلَعَنَ اللهُ اُمَّةً قَتَلَتْكَ، وَلَعَنَ اللهُ اُمَّةً ظَلَمَتْكَ، وَلَعَنَ اللهُ اُمَّةً اسْتَحَلَّتْ مِنْكَ الَْمحارِمَ، وَانْتَهَكَتْ حُرْمَةَ الاِْسْلامِ،

Que la malédiction d’Allah soit sur la communauté qui t’a assassiné, que la malédiction d’Allah soit sur la communauté qui s’est permis de toucher à tes Interdits et qui a violé l’Interdit de l’Islam

Fa-ni‘ma-ç-çâbir-ul-mujâhid-ul-muhâm-iyu-n-nâçiru wa-l-akh-ul-dâfi`u `an akhîhi,

فَنِعْمَ الصّابِرُ الُْمجاهِدُ الُْمحامِي النّاصِرُ وَالاَْخُ الدّافِعُ عَنْ اَخيهِ،

Tu es le meilleur homme patient, le meilleur combattant, le meilleur protecteur et soutien, et le meilleur frère qui défend son frère

Al-mujîbu ilâ tâ`ata Rabbihi, ar-râghibu fîmâ zahada fîhi ghayruhu min-ath-thawâb-il-jazîli wa-th-thanâ’-il-jamîli

الُْمجيبُ اِلى طاعَةِ رَبِّهِ، الرّاغِبُ فيـما زَهِدَ فيهِ غَيْرُهُ مِنَ الثَّوابِ الْجَزيلِ وَالثَّناءِ الْجَميلِ،

qui est prompt à obéir à Allah, qui désire ardemment ce que d’autres méprisent et qui appellent une grande récompense et de belles louanges

wa Alhaqaka bi-darajati âbâ’ika fî Jannât-il-Na‘îm.

وَاَلْحَقَكَ اللهُ بِدَرَجَةِ آبائِكَ فِي جَنّاتِ النَّعيمِ،

Qu’Allah te fasse rejoindre la haute position de tes ancêtres dans les Jardins de délice

Allâhumma innî ta‘arradh-tu li-ziyârati awliyâ’ika ragh-batan fî thawâbika wa rajâ’an li-magh-firatika wa jazîli ihsânika

اَللّـهُمَّ اِنّي تَعَرَّضْتُ لِزِيارَةِ اَوْلِيائِكَ رَغْبَةً فِي ثَوابِكَ وَرَجاءً لِمَغْفِرَتِكَ وَجَزيلِ اِحْسانِكَ،

O mon Dieu, j’accomplis cette ziyârah de Tes serviteurs chéris par désir de Ta récopense spirituelle et dans l’espoir d’obtenir Ton pardon et Ta généreuse bienfaisance

Fa-as’aluka an tuçalliya ‘alâ Muhammadin wa Âlihi-t-tâhirîna

فَاَسْاَلُكَ اَنْ تُصَلِّيَ عَلى مُحَمَّد وَآلِهِ الطّاهِرينَ،

Aussi Te demande-je de prier sur Muhammad et sur sa Famille purifiée

Wa an taj‘al rizqî bihim dârran wa ‘aychî bihim qârran

وَاَنْ تَجْعَلَ رِزْقي بِهِمْ دارّاً وَعَيْشي بِهِمْ قارّاً،

et de rendre, par amour pour eux, mes moyens de subsistance abondants et ma vie stable,

Wa ziyâratî bihim maqbûlatan, wa hayâtî bihim tayyibatan

وَزِيارَتي بِهِمْ مَقْبُولَةً وَحَياتي بِهِمْ طَيِّبَةً،

ma ziyârah agréée et ma vie agréable,

Wa adrijnî idrâj-al-mukramîna,

وَاَدْرِجْني اِدْراجَ الْمُكْرَمينَ،

et de me classer parmi ceux qui sont honorés

wa-j`alnî mimman yanqalibu min ziyârati machâhidi ahibbâ’ika muflihan, munjihan, qad istawjaba ghufrân-ith-thunûbi wa sitr-il-`uyûbi wa kach-f-il-kurûbi, Innaka Ahl-ut-taqwâ wa Ahl-ul-magh-firah

وَاجْعَلْني مِمَّنْ يَنْقَلِبُ مِنْ زِيارَةِ مَشاهِدِ اَحِبّائِكَ مُفْلِحاً مُنْجِحاً، قَدِ اسْتَوْجَبَ غُفْرانَ الذُّنُوبِ وَسَتْرَ الْعُيُوبِ وَكَشْفَ الْكُرُوبِ، اِنَّكَ اَهْلُ التَّقْوى وَاَهْلُ الْمَغْفِرَةِ.

Et de faire en sorte que je sois au nombre de ceux qui retournent de la ziyârah des mausolées de tes bien-aimé, gagnants et prospères, méritant le pardon de leurs péchés, la dissimulation de leurs défauts, le soulagement de leurs afflictions ; Tu es certes celui qui mérite crainte et qui détient le Pardon.

Ziyârat Ali Al-Akbar (P)

Formez l’Intention «niyyah »: Je récite Ziyârat ‘Alî al-Akbar ibn-al-Husayn qurbatan ilallâh ( pour me rapprocher d’Allah )

Assalâmu ‘alayka yabna Rassûl-illâh

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ رَسُولِ اللهِ،

Que la paix soit sur toi ô fils du Prophète d’Allah

Assalâmu ‘alayka yabna Nabiyy-illâh

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ نَبِيِّ اللهِ،

Que la paix soit sur toi ô fils de l’Envoyé d’Allah

Assalâmu ‘alayka yabna ‘Aliyy-in Amîr-il-mu’minîn-a

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ اَميرِ الْمُؤْمِنينَ،

Que la paix soit sur toi ô fils du Commandeur des croyants

Assalâmu ‘alayka yabn-al-Husayn-ich-chahîd

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ الْحُسَيْنِ الشَّهيدِ،

Que la paix soit sur toi ô fils de Hussayn, le Martyr

Assalâmu ‘alayka ayyuha-ch-chahîdu-bnu-ch-chahîd

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ اَيُّهَا الشَّهيدُ ابْنُ الشَّهيدِ،

Que la paix soit sur toi ô le Martyr fils du Martyr

Assalâmu ‘alayka ayyuha-l-madhlûmu-bnu-l-madhlûm

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ اَيُّهَا الْمَظْلُومُ ابْنُ الْمَظْلُومِ،

Que la paix soit sur toi ô l’opprimé et fils de l’opprimé

La‘anallâhu ummatan qatalatka, wa la‘anallâhu ummatan dhalamatka, wa la‘anallâhu ummatan sami‘at bi-thâlika faradhiyat bihi

لَعَنَ اللهُ اُمَّةً قَتَلَتْكَ، وَلَعَنَ اللهُ اُمَّةً ظَلَمَتْكَ، وَلَعَنَ اللهُ اُمَّةً سَمِعَتْ بِذلِكَ فَرَضِيَتْ بِهِ،

Que la malédiction d’Allah soit sur la communauté qui t’a assassiné, que la malédiction d’Allah soit sur la communauté qui t’a topprimé et que la malédiction d’Allah soit sur la communauté qui ayant eu l’écho de de cet assassinat et de cette opression, les a approuvés

Allâhumma çalli ‘alâ Muhammad wa âle Muhammad

الَّهُمَّ صَلِّ على مُحَمَّدٍ وَآل مُحَمَّد

La Ziyârah des Martyrs de Karbalâ’, (Ziyârat Chuhadâ’a Karbalâ’)

Formez l’Intention (niyyah): Je récite la ziyârah de tous les Martyrs de Karbalâ’ qurbatan ilallâh

Assalâmu ‘alaykum yâ awliyâ’-Allâhi wa ahibbâ’ahu

اَلسَّلامُ عَلَيْكُمْ يا اَوْلِياءَ اللهِ وَاَحِبّائَهُ،

Que la paix soit sur vous ô les serviteurs dévoués et amis d’Allah

Assalâmu ‘alaykum yâ açfiyâ’-Allâhi wa awiddâ’ahu

اَلسَّلامُ عَلَيْكُمْ يا اَصْفِياءَ اللهِ وَاَوِدّاءَهُ،

Que la paix soit sur vous ô élus et bien-aimés d’Allah

Assalâmu ‘alaykum yâ annçâra dîn-illâh-i

اَلسَّلامُ عَلَيْكُمْ يا اَنْصارَ دينِ اللهِ،

Que la paix soit sur vous ô partisans de la Religion d’Allah

Assalâmu ‘alaykum yâ ançâra Rassûlillâh-i

اَلسَّلامُ عَلَيْكُمْ يا اَنْصارَ رَسُولِ اللهِ،

Que la paix soit sur vous ô partisans du Prophète d’Allah

Assalâmu ‘alaykum yâ ançâra Amîr-il-mu’minîn

اَلسَّلامُ عَلَيْكُمْ يا اَنْصارَ اَميرِ الْمُؤْمِنينَ،

Que la paix soit sur vous ô partisans du Commandeur des croyants

Assalâmu ‘alaykum yâ ançâra Fatimata sayyidati nisâ’-ïl-‘âlamîn-a

اَلسَّلامُ عَلَيْكُمْ يا اَنْصارَ فاطِمَةَ سَيِّدَةِ نِساءِ الْعالَمينَ،

Que la paix soit sur vous ô partisans de Fâtimah (as), la Maîtresse des femmes des mondes

Assalâmu ‘alaykum yâ ançâra abî Muhammadin-il-Hassan-ibni ‘Aliyyin-iz-zakiyy-in-nâçih

اَلسَّلامُ عَلَيْكُمْ يا اَنْصارَ أَبي مُحَمَّد الْحَسَنِ بْنِ عَلِيِّ الْوَلِيِّ النّاصِحِ،

Paix soit sur vous ô partisans du Père de Muhammad, Al-Hassan (as), Fils de Ali (as), le pur, le sincère

Assalâmu ‘alaykum yâ ançâra abî ‘Abdillâh-il-Husayn,

اَلسَّلامُ عَلَيْكُمْ يا اَنْصارَ اَبي عَبْدِاللهِ الحُسَيْن،

Que la paix soit sur vous ô partisans d’Abî Abdillâh, Al-Hussayn (p),

bi-abî antum wa ummî tibtum wa tâbat-il-ardh-ul-latî fîhâ dufintum wa fuztum fawazan ‘adhimâ, fayâ laytanî kuntu ma‘akum fa-afûza ma‘akum

بِاَبي اَنْتُمْ وَاُمّي طِبْتُمْ وَطابَتِ الاَْرْضُ الَّتي فيها دُفِنْتُمْ، وَفُزْتُمْ فَوْزاً عَظيماً، فَيا لَيْتَني كُنْتُ مَعَكُمْ فَاَفُوزَ مَعَكُمْ.

que mes parents vous soient sacrifiés; vous êtes bénis et est bénie la terre où vous êtes inhumés. Vous avez ainsi gagné la plus grande félicité. J’aurais tellement aimé être avec vous pour y atteindre!

Assalâmu ‘alaykum yâ Qâsim-ibn-al-Hasan, wa Muslim ibna ‘Aqil, wa Hânî ibna ‘Urwah, wa Habîb ibna Madhâhir, wa-l-Hur-ach-chahîd-ir-Riyâhî

اَلسَّلامُ عَلَيْكُمْ يا قاسِم اِبْنَ الْحَسَن و مُسْلِم اِبْنَ عَقيل و هاني ابْنَ عُرْوَة وَ حَبيب اِبْنَ مَظاهِر وَالحُرالشَّهيد الرِّياحي

Que la paix soit sur vous ô Kassim fils de Hassan, Muslim fils de ‘Aqîl, Hânî fils de ‘Urwah , et Habîb fils de Madhâhir et al-Hur al-Riyâhî, le Martyr

Assalâmu ‘alaykum wa rahmatullâhi wa barakâtuh-u

وَاَلسَّلامُ عَلَيْكُمْ وَرَحْمَةُ اللهِ وَبَرَكاتُهُ

Que la paix soit sur vous, ainsi que la Miséricorde et les bénédictions d’Allah

Allâhumma çalli ‘alâ Muhammad wa âle Muhammad

الَّهُمَّ صَلِّ على مُحَمَّدٍ وَآل مُحَمَّد

(Accomplir deux rak‘ah de prière de ziyârah)

Ziyârah de l’Imam al-Redhâ (p)

Les mérites de la visite pieuse de «l’Imam des humains et djins», l’Imam al-Redhâ (p) enterré dans une terre étrangère (la vlle de Mach-had, province de Khorâsân, Iran)

Les mérites de la ziyarah de notre maître, l’Imam Abû-l-Hassan, Ali Ibn Mûsâ al-Redhâ (p) sont trop nombreux pour être mentionnés tous dans le cadre de cet exposé concis. Cependant nous en citons quelques-uns ci-après:

1-Le Prophète (P) dit: «Un morceau de moi (un de mes descendants) sera enterré à Khurâsân. Il n’y a pas un croyant qui lui rende visite sans qu’Allah ne lui rende obligatoire l’entrée au Paradis, et interdit le Feu de l’Enfer à son cops.» Selon un autre Hadith, il (P) dit: «Un morceau de moi sera enterré à Khorâsân. Il n’y a pas un affligé qui lui rende visite sans qu’Allah ne dissipe son afflication, ni un pécheur sans qu’Allah ne lui pardonne ses péchés.»

2- Selon l’Imam al-Redhâ (p) lui-même: «Il y a à Khorâsân un endroit qui deviendra un jour le lieu de descente des Anges: une fournée d’Anges y descend et une autre en remonte contiuellement jusqu’au «Jour où l’on soufflera dans la Trompe» On lui demanda alors: «Et quel est cet endroit ?» Il (p) répondit: «Il est à Tûs (Mach-had). Par Allah, c’est un Jardin parmi les Jardins du Paradis. Quiconque m’y redra visite, aurait rendu visite au Messager d’Allah (P) et Allah inscrira à son crédit mille hajjah (pèleringe majeur) agréés et mille ‘umrah (pèlerinage mineur) agréées. De plus mes ancêtres et moi, nous serons ses intercesseurs le Jour de la résurrection »

3-Ibn Abî Naçr témoigne: « J’ai lu la lettre d’Abî-l-Hassan al-Redhâ (p), dans laquelle il dit: «J’informe mes Chiites que ma visite pieuse équivaut chez Allah – Il est Puissant et Sublime - à mille pèlerinages. Lorsque j’ai rapporté ce hadith à l’Imam Muhammad al-Taqî (p), il l’a plus que confirmé: « Oui, Par Allah! Obtiendra la récompense spirituelle de Mille mille pèlerinages quiconque lui rendra visite en sachant ses vrais mérites »

4- L’Imam al-Redha (p) dit: «Quiconque me rendra visite malgré l’éloigement de ma demeure, je viendrai auprès de lui le Jour de la Résurrection dans trois situations difficiles pour le faire sortir de leurs terreurs: Lorsque les livres s’envolent à gauche et à droite, auprès du Çirât et auprès de la Balance.

5-Toujours selon l’Imam al-Redhâ lui-même (p): «Je mourrai assassiné injustement par empoisonnement et serai enterré à côté de Hâroun (al-Rachîd, le calife abbasside). Allah fera de la terre dans laquelle je serai enseveli le lieu de visite de mes Chiites. Quiconque m’y rendra visite dans cette terre lointaine, je lui rendrai obligatoirement visite le Jour de la Résurrection. Par Celui

Qui a honoré Muhammad (P) de la Prophétie et l’a préféré à toute la créature, pas un d’entre vous, qui accomlirait deux rak‘ah de prière dans mon mausolée ne serait privé du pardon d’Allah – Il est Puissant et Sublime - lorsqu’il Le rencontrera. Par Celui Qui nous a honorés de l’Imamat après le Muhammad (P), et nous a destinés à la Succession (du Prophète-P), les visiteurs de mon mausolée seront les plus honorés des délégations auprès d’Allah le Jour de la Résurrection. Et pas un croyant qui rendra visite à mon mausolée sans qu’Allah n’interdise le Feu à son corps.»

Première Ziyârah de l’Imam al-Redhâ (p)

Allâhumma çalli ‘alâ ‘aliyy-ibni Mûsâ-r-Ridhâ al-Murtadhâ, al-Imâm-it-taqy-yn-naqyyi wa hujjatika ‘alâ man fawqa-l-ardhi wa man tah-ta-th-tharâ, aç-çiddiq-ich-chahîdi, çalâtan kathîratan tâmmatan zâkiyatan mutawâçilatan mutawâtiratan mutarâdifatan ka-afdhali mâ çallayta ‘alâ ahadin min awliyâ’ika.

اَللّـهُمَّ صَلِّ عَلى عَلِيِّ بْنِ مُوسَى الرِّضا الْمُرْتَضَى الاِْمامِ التَّقِيِّ النَّقِيِّ وَحُجَّتِكَ عَلى مَنْ فَوْقَ الاَْرْضِ وَمَنْ تَحْتَ الثَّرى، الصِّدّيقِ الشَّهيدِ، صَلاةً كَثيرَةً تامَّةً زاكِيَةً مُتَواصِلَةً مُتَواتِرَةً مُتَرادِفَةً، كَاَفْضَلِ ما صَلَّيْتَ عَلى اَحَد مِنْ اَوْلِيائِكَ.

O mon Dieu! prie sur Ali al-Redhâ, l’Agréé, l’Imam, le Pieux, le Pur – et Ton Argument auprès tout ce qui se trouve sur la terre et sous la terre- le Véridique et le Martyr, des prières nombreuses, parfaites, bénies, continuelles, successives et consécutives, comme Tu ne l’ais jamais fait (prié) mieux sur aucun autre de Tes serviteurs pieux.

Une autre Ziyârah de l’Imam al-Redhâ (p)

Assalâmu ‘alyaka yâ waliy-y-Allâhi wa-bna waliyyihi,

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وَلِيَّ اللهِ وَابْنَ وَلِيِّهِ،

Que la paix soit sir toi, ami d’Allah et fils de Son ami!

Assalâmu ‘alyaka yâ hujjat-Allâhi wa-bna hujjatihi,

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا حُجَّةَ اللهِ وَابْنَ حُجَّتِهِ،

Que la paix soit sur toi, O Preuve d’Allah et fils de Sa Preuve!

Assalâmu ‘alyaka yâ Imâm-al-hudâ wa-l-‘Urwat-ul-wuthqâ wa Rahmat-ullâhi wa Barakâtuhu,

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا اِمامَ الْهُدى وَاَلْعُرْوَةُ الْوُثْقى وَرَحْمَةُ اللهِ وَبَرَكاتُهُ،

Que la paix soit sur toi - O Imam de la Guidance et l’anse la plus solide - ainsi que la Miséricorde d’Allah et Ses Bénédictions!

Ach-hadu annaka madhayta ‘alâ mâ madhâ ‘alayhi âbâ’uka-t-tâhirûna, çalawât-ullâhi ‘alayhim, lam tu’thir ‘aman ‘alâ hudan wa lam tamil min haqqin ilâ bâtilni,

اَشْهَدُ اَنَّكَ مَضَيْتَ عَلى ما مَضى عَلَيْهِ آباؤُكَ الطّاهِرُونَ صَلَواتُ اللهِ عَلَيْهِمْ، لَمْ تُؤْثِرْ عَمىً عَلى هُدىً وَلَمْ تَمِلْ مِنْ حَقٍّ اِلى باطِلٍ،

J’atteste que tu as suivi les traces de tes ancêtres pures – que les prières d’Allah soient sur eux -: tu n’as pas laissé l’égarement l’emporter sur la Guidance, ni dévié de la Vérité vers le faux,

Wa innaka naçahta lillâhi wa li-rasûlihi wa addayta-l-amânata,

وَاَنَّكَ نَصَحْتَ للهِ وَلِرَسُولِهِ وَاَدَّيْتَ الاَْمانَةَ،

et que tu as cru sincèrement à Allah et à Son Messager et appliqué minutieusement leurs Enseignements, et que tu t’es acquitté impeccablement du Dépôt!

Fa-jazâk-Allâhu ‘an-il-Islâmi wa ahlihi khayr-al-jazâ’i,

فَجَزاكَ اللهُ عَنِ الاِْسْلامِ وَاَهْلِهِ خَيْرَ الْجَزاءِ،

Qu’Allah te récopense donc, pour ce que tu as fait pour l’Islam et ses adeptes, de la meilleure récompense!

Ataytuka bi-abî wa ummî zâ’iran, ‘ârifan bi-haqqika, muwâliyan li-awliyâ’ika, mu‘âdiyan li-a‘dâ’ika, fa-ch-fa‘ lî ‘inda Rabbika.

اَتَيْتُكَ بِاَبي وَاُمّي زائراً عارِفاً بِحَقِّكَ مُوالِياً لاَِوْلِيائِكَ مُعادِياً لاَِعْدائِكَ فَاشْفَعْ لي عِنْدَ رَبِّكَ.

Je suis venu – O que mon père et ma mère te soient sacrifiés – en visiteur, connaissant parfaitement ton bon droit, ami de tes amis et ennemi de tes ennemis! Intercède donc en ma faveur auprès de Ton Seigneur!

Après quoi, le visiteur se met contre le mausolée, l’embrasse et y pose les deux côtés de son visage. Puis il avnce vers le côté de la tête du saint Imam et dit:

Assalâmu ‘alayka yâ mawlâya yâ-bna Rasûl-illâhi wa Rahmat-ullâhi wa Barakâtuhu! Ach-hadu annaka-l-Imâm-ul-Hâdî wa-l-Waliy-yul-Murchidu, abra’u ilâ-llâhi min a‘dâ’ika wa ataqarrabu ilâ-llâhi bi-Wilâyatika, çallâ-llâhu ‘alayka wa Rahmat-ullâhi wa barakâtuh-u

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا مَوْلايَ يَا بْنَ رَسُولِ اللهِ وَرَحْمَةُ اللهِ وَبَرَكاتُهُ، اَشْهَدُ اَنَّكَ الاِْمامُ الْهادي وَالْوَلِيُّ الْمُرْشِدُ، اَبْرَأُ اِلَى اللهِ مِنْ اَعْدائِكَ، وَاَتَقَرَّبُ اِلَى اللهِ بِوِلايَتِكَ صَلَّى اللهُ عَلَيْكَ وَرَحْمَةُ اللهِ وَبَرَكاتُهُ.

Que la paix soit sur toi - o mon maître, o fils du Messager d’Allah – ainsi que la Miséricorde d’Allah et Ses Bénédictions! J’atteste que tu es l’Imam qui oriente et le maître qui guide! Je désavoue devant Allah tes ennemis et je m’approche d’Allah en me soumettant à ton autorité. Qu’Allah prie sur toi et que Sa Miséricorde soit sur toi, ainsi que Ses Bénédictions!

Accomplissez ensuite deux rak‘ah de prière de ziyârah et dirigez-vous après vers le côté des pieds de la tombe pour former vos voeus et demander à Allah de les exaucer.

Il est recommandé d’accomplir cette ziyârah pendant les heures et les dates prescrites à cet effet, et notamment au mois de Rajab, le 23 et 25 Thil-Qa‘dah, et le 6 Ramadhân.

Lorsque vous terminez la ziyârah et décidez de partir, faites-lui vos adieux de la même manière que vous le faites pour le Prophète (P), soit dans les termes suivants:

Lâ ja‘alahu-llâhu âkhira taslîmî ‘alayka

لا جَعَلَهُ اللهُ آخِرَ تَسْليمي عَلَيْكَ

Que Dieu ne fasse pas que ce soit la dernière visite pieuse que je te rende!

Puis, dites:

Assalâmu ‘alayka yâ waliy-y-ullâhi wa Rahmat-ullâhi wa Barakâtuh-u! Allâhumma lâ taj‘alhu âkhir-il-‘ahdi min ziyâratî Ibna nabiyyika wa hujjatika ‘alâ khalqika, wa-jma‘nî wa iyyâhu fî jannatika wa-h-churnî ma‘ahu wa fî hizbihi ma‘a-ch-chuhadâ’i wa-ç-çâlihîna, wa hasuna ulâ’ika rafiqan, wa astawdi‘uk-Allâh wa astar‘îka wa aqra’u ‘alayka-s-salâmu, âmannâ bi-llâhi wa bi-r-rasûli wa bi-mâ ji’ta wa dalalta ‘alayhi, fa-ktubnâ ma‘a-ch-châhidîn-a

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا وَلِيَّ اللهِ وَرَحْمَةُ اللهِ وَبَرَكاتُهُ، اَللّـهُمَّ لا تَجْعَلْهُ آخِرَ الْعَهْدِ مِنْ زِيارَتي اِبْنَ نَبِيِّكَ وَحُجَّتِكَ عَلى خَلْقِكَ، وَاجْمَعْني وَاِيّاهُ في جَنَّتِكَ وَاحْشُرْني مَعَهُ وَفي حِزْبِهِ مَعَ الشُّهَداءِ وَالصّالِحينَ وَحَسُنَ اُولئِكَ رَفيقاً، وَاَسْتَوْدِعُكَ اللهَ وَاَسْتَرْعيكَ وَاَقْرَأُ عَلَيْكَ اَلسَّلامَ، آمَنّا بِاللهِ وَبِالرَّسُولِ وَبِما جِئْتَ بِهِ وَدَلَلْتَ عَلَيْهِ فَاكْتُبْنا مَعَ الشّاهِدينَ.

Que la paix soit sur toi, o Ami d’Allah, ainsi que la Miséricorde d’Allah et Ses Bénédictions! O mon Dieu! Fasse que ce ne soit la denière visite que je rende au fils de Ton Prophète, et Ton Argument auprès de Ta créature. Réunis-moi avec lui dans Ton Paradis et insère-moi avec lui et dans son parti, aux côtés des martyrs et les serviteurs pieux – quelle bonne compagnie!- Je te dis adieu, je sollicite tes bons soins et je te trnasmets mes meilleures salutations. Nous croyons en Allah au Messager, ainsi qu’à ce que tu a apporté, preuve à l’appui! Inscris-nous donc parmi les Témoins!

Note: Selon l’Imam Ali al-Naqî (le 10e Imam, et le petit-fils de l’Imam al-Redhâ-p): «Quiconque a un besoin dont il cherche à obtenir d’Allah la satisfaction, qu’il rende visite au mausolée de mon grand-père, al-Redhâ (p), à Tûs (Mach-had, Iran). Une fois sur place, qu’il accompisse le ghusl (ablution totale), puis deux rak‘ah de prière du côté de la tête de l’Imam (p), pendant le qunût de laquelle il peut mentionner son besoin et son vœu, lequel sera exaucé, à moins qu’il (ce besoin) ne se rapporte à la perpétration d’un péché ou d’une rupture de lien de parenté .

On peut, faute de pouvoir se rendre à son mausolée en Iran, se contenter d’accomplir la ziyârah de l’Imam al-Redhâ (p) de loin en récitant ce qui précède ou plus brièvement ce qui suit:

(Se tourner vers Mach-had – Iran et dire):

Assalâmu ‘alayka yâ mawalâya wa-bna mawlây-a

Assalâmu ‘alayka yâ gharîb-al-gurabâ’

Assalâmu ‘alayka yâ sultân yâ abâ-l-Hasan, Aliyyin-ibna Mûsâ-ar-Ridhâ wa rahmatullâhi wa barakâtuh-u

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا مَوْلايَ واْبنَ مَوْلايَ،

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا غَريبَ الْغُرَباءِ،

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا سُلْطان يا ابا الحَسَن عَلِيٍ اِبْنَ مًوسى الرِّضا وَرَحْمَةُ اللَّهِ وَ بَرَكاتُه

Que la paix soit sur toi ô mon Maître et fils de mon Maître

Que la paix soit sur toi ô expatrié des expatriés

Que la paix soit sur toi ô souverain, ô Abal-Hassan (père de Hassan), Ali, fils de Mûsâ, al-Redhâ

Que la paix d’Allah, Sa Miséricorde et Ses béndictions soient sur toi

Allâhoumma çalli ‘alâ Muhammadin wa âle Muhammad

Ziyârat Çâhib al-Zamân, l’Imam al-Mahdî (‘aj) ( le 12è Imam)

Se tourner vers Samarrâ’ – Iraq - et dire:

Assalâmu ‘alayka yâ Çâhib-az-zamân

Assalâmu ‘alayka yâ Khalîfat-ar-Rahmân

Assalâmu ‘alayka yâ charîk-al-Qur’ân

Assalâmu ‘alayka yâ Imâm-al-insi wa-l-jânn.

‘ajjalallâhu farajak wa sahhalallâhu makhrajak

Assalâmu ‘alayka wa rahmatullâhi wa barakâtuh-u

Allâhoumma çalli ‘alâ Muhammad-in wa âle Muhammad-in

السَّلامُ عَلَيْكَ َ يا صاحِبَ الزَّمانِ

السَّلامُ عَلَيْكَ يا خَليفَةَ الرَّحْمان

السَّلامُ عَلَيْكَ يا شَريكَ القُران

السَّلامُ عَلَيْكَ يا اِمَامَ الِنْسِ وَ الجان

عَجَّلَ اللَّهُ فَرَجَكَ وَ سَهَّلَ مَخْرَجَكَ

السَّلامُ وَ رَحْمَةُ اللَّهِ وَ بَرَكاتُهُ

اللَّهُمَّ صَلِّ على مُحَمَّدٍ وَآل مُحَمَّدٍ

Que la paix soit sur toi ô Maître du Temps!

Que la paix soit sur toi ô lieutenant du Miséricodieux!

Que la paix soit sur toi ô celui dont le nom est inséparable du Coran!

Que la paix soit sur toi ô Imam des hommes et des Djinnes!

Qu’Allâh hâte ta réapparition et facilite ta sortie!

Que la paix d’Allah, Sa Miséricorde et Ses béndictions soient sur toi!

O mon Dieu! Prie sur Muhammad et sur la Famille de Muhammad

Ziyârat ‘Âchourâ’

Selon un hadith de l’Imâm Sâdiq (p): "Chaque fois que vous avez un voeu que vous voulez qu’Allah exauce, récitez la Ziyârat `Achourâ’ puis le Du‘â’ `Alqamah,et enfin, demandez au Seigneur ce que vous voulez, Incha’Allah cela vous sera donné de par sa Générosité et sa Gratitude".

Assalâmu ‘alayka yâ Abâ ‘Abdillâh

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا اَبا عَبْدِاللهِ،

Que la paix soit soit sur toi, ô Abâ ‘Abdillah

As- Assalâmu ‘alayka ya-bna Rasûlillâh

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ رَسُولِ اللهِ

Que la paix soit soit sur toi, ô fils de l’Envoyé d’Allah,

Assalâmu ‘alayka ya-bna Amîr-ul-mu’minîn-a wa-bna Sayyid-il-waçiyyîn-a

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ اَميرِ الْمُؤْمِنينَ وَابْنَ سَيِّدِ الْوَصِيّينَ،

Que la paix soit soit sur toi, ô fils du Prince des croyants et du Maître des Héritiers présomptifs,

Assalâmu ‘alayka ya-bna Fâtimata, Sayyidati nisâ’-il-‘âlamîn-a

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يَا بْنَ فاطِمَةَ سَيِّدَةِ نِساءِ الْعالَمينَ،

Que la paix soit soit sur toi, ô fils de Fâtimah, Maîtresse des femmes des mondes,

Assalâmu ‘alayka yâ thârallâh wa-bna thârihi wa-l-witra-l-mawtûr-a

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا ثارَ اللهِ وَابْنَ ثارِهِ وَالْوِتْرَ الْمَوْتُورَ،

Que la paix soit sur toi, ô «vengeance» d'Allah et fils de Sa «Vengeance»! Paix sur toi, o vengeance et revendicateur de vengeance!

Assalâmu ‘alayka wa ‘ala-l-arwâh-il-latî hallat bi-finâ’ika

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ وَعَلَى الاَْرْواحِ الَّتي حَلَّتْ بِفِنائِكَ

Que la paix soit sur toi et sur les âmes qui demeurent en ton seuil.

‘Alaykum minnî jamî‘an salâmullâhi abadan mâ baqîtu wa baqiy-al-laylu wan-nahâr-u

عَلَيْكُمْ مِنّي جَميعاً سَلامُ اللهِ اَبَداً ما بَقيتُ وَبَقِيَ اللَّيْلُ وَالنَّهارُ،

Que la paix d’Allah soit, de ma par,t sur vous tous pour toujours, tant que j’existe et que durent la nuit et le jour.

Yâ Abâ ‘Abdillâh! laqad ‘adhumat-ir-raziyyatu wa jallat wa ‘adhumat -il-muçibatu bika ‘alaynâ wa ‘alâ jamî‘i ahl-il-islâm-i

يا اَبا عَبْدِاللهِ لَقَدْ عَظُمَتِ الرَّزِيَّةُ وَجَلَّتْ وَعَظُمَتِ الْمُصيبَةُ بِكَ عَلَيْنا وَعَلى جَميعِ اَهْلِ الاِْسْلامِ

O Abâ’Abdillah, le malheur de ta perte est immense et cette épreuve est terrible et difficile à supporter pour nous et pour tous les gens de l’Islam.

Wa jallat wa ‘adhumat muçîbatuka fi-s-samâwâti ‘alâ jamî‘i ahli-s-samâwât-i

وَجَلَّتْ وَعَظُمَتْ مُصيبَتُكَ فِي السَّماواتِ عَلى جَميعِ اَهْلِ السَّماواتِ،

le malheur de ta perte est immense et cette épreuve est terrible et difficile à supporter également pour les gens des cieux.

Fa-la‘an-Allâhu ummatan assasat asâs-adh-dhulmi wa-l-jawri ‘alaykum Ahl-al-Bayt

فَلَعَنَ اللهُ اُمَّةً اَسَّسَتْ اَساسَ الظُّلْمِ وَالْجَوْرِ عَلَيْكُمْ اَهْلَ الْبَيْتِ،

Qu’Allah maudisse donc un peuple qui a édifié les fondements de l’injustice et de l’oppression sur vous, les Ahl-ul-Bayt.

Wa la‘an-Allâhu ummatan dafa‘at-kum ‘an maqâmikum wa azâlat-kum ‘an marâtibikum-ullatî rattabakum-ullâhu fîhâ

وَلَعَنَ اللهُ اُمَّةً دَفَعَتْكُمْ عَنْ مَقامِكُمْ وَاَزالَتْكُمْ عَنْ مَراتِبِكُمُ الَّتي رَتَّبَكُمُ اللهُ فيها،

Qu’Allah maudisse un peuple qui vous a écartés de votre position et vous a confisqué les rangs dans lesquels Allah vous avait placés.

Wa la‘an-Allâhu ummatan qatalatkum wa la‘ana-llâhu-l-mumahhidîna lahum bi-t-tamkîni min qitâlikum

وَلَعَنَ اللهُ اُمَّةً قَتَلَتْكُمْ وَلَعَنَ اللهُ الْمُمَهِّدينَ لَهُمْ بِالَّتمْكينِ مِنْ قِتالِكُمْ،

Qu’Allah maudisse un peuple qui vous a assassinés et qu’Il maudisse ceux qui lui ont préparé le terrain pour vous combattre.

Bari’tu ila-llâhi wa ilaykum minhum wa achyâ‘ihim wa atbâ‘ihim wa awliyâ’ihim

بَرِئْتُ اِلَى اللهِ وَاِلَيْكُمْ مِنْهُمْ وَمِنْ اَشْياعِهِمْ وَاَتْباعِهِمْ وَاَوْلِيائِهِم،

Devant Allah et devant vous je les désapprouve et avec eux leurs partisans, leurs adeptes et leurs amis.

Yâ Abâ ‘Abdillâh, innî silmun li-man sâlamakum wa harbun li-man hârabakum ilâ yawm-il-qiyâmah

يا اَبا عَبْدِاللهِ اِنّي سِلْمٌ لِمَنْ سالَمَكُمْ وَحَرْبٌ لِمَنْ حارَبَكُمْ اِلى يَوْمِ الْقِيامَةِ،

O Abâ ‘Abdillâh, je suis en paix avec ceux qui sont en paix avec vous et en guerre contre ceux qui sont en guerre contre vous, jusqu’au Jour de la Résurrection.

Wa la‘an-Allâhu âla Ziyâd wa âla Marwân wa la‘an-Allâhu Banî Umayyata qâtibatan

وَلَعَنَ اللهُ آلَ زِياد وَآلَ مَرْوانَ، وَلَعَنَ اللهُ بَني اُمَيَّةَ قاطِبَةً،

Qu’Allah maudisse les Âle Ziyâd et les Âle Marwân. Qu’allah maudisse tous les Bani Omayyah sans exception.

Wa la‘an-Allâhu-bna Marjânata wa la‘an-Allâhu ‘Umara-bna Sa‘d-in wa la‘ana-llâhu Chimran

وَلَعَنَ اللهُ ابْنَ مَرْجانَةَ، وَلَعَنَ اللهُ عُمَرَ بْنَ سَعْدٍ، وَلَعَنَ اللهُ شِمْراً،

Qu’Allah maudisse Ibn Marjânah. Qu’Allah maudisse Omar Ibn Sa‘d. Qu’Allah maudisse Chimr.

Wa la‘an-Allâhu ummatan asrajat wa aljamat wa tanaqqabat li-qitâlika

لَعَنَ اللهُ اُمَّةً اَسْرَجَتْ وَاَلْجَمَتْ وَتَنَقَّبَتْ لِقِتالِكَ،

Qu’Allah maudisse un peuple qui est monté en selle, qui a bridé ses chevaux et qui s’est préparé en vue de te combattre.

Bi-abî anta wa ummî laqad ‘adhuma muçâbî bika

بِاَبي اَنْتَ وَاُمّي لَقَدْ عَظُمَ مُصابي بِكَ

Que mon père et ma mère te soient sacrifiés! La peine que je ressens pour toi est immense.

Fa-as’al-ullâha-llathî akrama maqâmaka wa akramanî bika an yarzuqanî talaba thârika ma‘a imâmin mançûrin min Ahli-Bayti Muhammadin çallâ-Ilâhu ‘alayhi wa âlihi

فَاَسْأَلُ اللهَ الَّذي اَكْرَمَ مَقامَكَ وَاَكْرَمَني اَنْ يَرْزُقَني طَلَبَ ثارِكَ مَعَ اِمامٍ مَنْصُورٍ مِنْ اَهْلِ بَيْتِ مُحَمَّدٍ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَآلِهِ،

Je demande donc à Allah, qui t’a honoré de ton rang et par toi m’a honoré, qu’Il m’accorde la chance de te venger aux côtés d’un Imâm victorieux descendant des Gens de la Maison de Mohammad (p).

Allâhumma-j‘alnî ‘indaka wajîhan bi-l-Husayni ‘alayhi-s-salâmu fi-d-dunyâ wa-l- âkhira-ti

اَللّـهُمَّ اجْعَلْني عِنْدَكَ وَجيهاً بِالْحُسَيْنِ عَلَيْهِ السَّلامُ فِي الدُّنْيا وَالاْخِرَةِ،

O mon Dieu! fasse que par (la grâce d’) al-Hussain (p) je mérite Ta considération dans le monde ici-bas et dans l’au-delà

Yâ Abâ ‘Abdillâh! Innî ataqarrabu ilâ-llâhi wa ilâ Rasûlihi wa ilâ Amîr-il-mu’minîna wa ilâ Fâtimata wa ilâ-l-Hasani wa ilayka bi-muwâlâtika wa bi-l- barâ’ati mimman assasa asâsa thalik wa banâ ‘alayhi bunyânahu wa jarâ fi dhulmihi wa jawrihi ‘alaykum wa ‘alâ achyâ‘ikum.

يا اَبا عَبْدِاللهِ اِنّي اَتَقَرَّبُ اِلى اللهِ وَ اِلى رَسُولِهِ وَاِلى اَميرِ الْمُؤْمِنينَ وَاِلى فاطِمَةَ وَاِلَى الْحَسَنِ وَاِلَيْكَ بِمُوالاتِكَ وَبِالْبَراءَةِ (مِمَّنْ قاتَلَكَ وَنَصَبَ لَكَ الْحَرْبَ وَبِالْبَراءَةِ مِمَّنْ اَسَسَّ اَساسَ الظُّلْمِ وَالْجَوْرِ عَلَيْكُمْ وَاَبْرَأُ اِلَى اللهِ وَاِلى رَسُولِهِ) مِمَّنْ اَسَسَّ اَساسَ ذلِكَ وَبَني عَلَيْهِ بُنْيانَهُ وَجَرى فِي ظُلْمِهِ وَجَوْرِهِ عَلَيْكُمْ وَعلى اَشْياعِكُمْ،

O Abâ’Abdillah, je demande à être rapproché d’Allah, de Son Envoyé, du Commandeur des croyants (l’Imam Ali), de Fâtimah, d’al-Hassan et de toi par mon amour pour toi et par mon rejet et mon désaveu de ceux qui ont posé la fondation de votre tragédie et y ont bâti leur édifice et qui ont poursuivi leur injustice et leur oppression contre vous et vos partisans

Bari’tu ilâ-llâhi wa ilaykum minhum wa ataqarrabu ilâ-llâh thumma ilaykum bi- muwâlâtikum wa muwâlâti waliyyikum wa bi-l-barâ’ati min a‘dâ’ikum wa-n-nâçibîna lakumu-l-harba wa bi-l-barâ’ati min achyâ‘ihim wa atbâ‘ihim

بَرِئْتُ اِلَى اللهِ وَاِلَيْكُمْ مِنْهُمْ وَاَتَقَرَّبُ اِلَى اللهِ ثُمَّ اِلَيْكُمْ بِمُوالاتِكُمْ وَمُوالاةِ وَلِيِّكُمْ وَبِالْبَراءَةِ مِنْ اَعْدائِكُمْ وَالنّاصِبينَ لَكُمُ الْحَرْبَ وَبِالْبَراءَةِ مِنْ اَشْياعِهِمْ وَاَتْباعِهِمْ،

Je les désavoue devant Allah et devant vous et je cherche à me rapprocher d’Allah puis de vous en vous aimant et en aimant celui que vous aimez, par mon rejet de vos ennemis et de ceux qui sont en guerre contre vous, et par le rejet de leurs partisans et de leurs adeptes.

Innî silmun li-man sâlamakum wa harbun li-man hârabakum wa waliyyun li-man wâlâkum wa ‘aduwwun li-man ‘âdâkum

اِنّي سِلْمٌ لِمَنْ سالَمَكُمْ وَحَرْبٌ لِمَنْ حارَبَكُمْ وَوَليٌّ لِمَنْ والاكُمْ وَعَدُوٌّ لِمَنْ عاداكُمْ

Je suis en paix avec quiconque est en paix avec vous et je suis en guerre contre quiconque est en guerre contre vous, je suis l’ami de quicoque est votre ami et l’ennemi de quiconque est votre ennemi.

Fa-as’alu-llâha-llathî akramanî bi-ma‘rifatikum wa ma‘rifati awliyâ’ikum wa razaqaniya-l-barâ’ata min a‘dâ’ikum an yaj‘alanî ma‘akum fi-d-duniyâ wa-l-âkhirati wa an yuthabbita lî ‘indakum qadama çidqin fi-d-dunyâ wa-l-âkhira-ti

فَاَسْأَلُ اللهَ الَّذي أكْرَمَني بِمَعْرِفَتِكُمْ وَمَعْرِفَةِ اَوْلِيائِكُمْ وَرَزَقَنِي الْبَراءَةَ مِنْ اَعْدائِكُمْ اَنْ يَجْعَلَني مَعَكُمْ فِي الدُّنْيا وَالاْخِرَةِ وَاَنْ يُثَبِّتَ لي عِنْدَكُمْ قَدَمَ صِدْقٍ فِي الدُّنْيا وَالاْخِرَةِ

Je demande à Allah, qui m’a honoré de votre connaissance et de la connaissance de vos amis et m’a inspiré le désaveu de vos ennemis, de me permettre d’être avec vous dans le monde d’ici-bas et dans l’autre monde et d’affermir ma sincérité fidèle envers vous dans le monde d’ici-bas et dans l’autre monde.

Wa as’aluhu an yuballighaniya-l-maqâm-al-mahmûda lakum ‘inda-llâh wa an yarzuqani talaba thârikum ma‘a imâmi hudan dhâhirin nâtiqin bi-l-haqqi minkum

وَاَسْأَلُهُ اَنْ يُبَلِّغَنِي الْمَقامَ الَْمحْمُودَ لَكُمْ عِنْدَ اللهِ وَاَنْ يَرْزُقَني طَلَبَ ثاري مَعَ اِمام هُدىً ظاهِرٍ ناطِقٍ بِالْحَقِّ مِنْكُمْ

Et je Lui demande de me faire atteindre au rang méritoire que vous avez auprès d’Allah et de m’accorder l’occasion de réclamer votre vengeance aux côtés d’un Imâm de guidance, issu de vous, bien-guidé, réapparaissant et annonçant la vérité.

Wa as’alu-llâh bi-haqqikum wa bi-ch-cha’ni-llathî lakum ‘indahu an yu‘tiyanî bi- muçâbî bikum af-dhala mâ yu‘ti muçâban bi-muçîbatihi muçîbatan mâ a‘dhamahâ wa a‘dhama raziyyatahâ fi-l-Islâmi wa fî jamî‘i-s-samâwâti wa-l-ardh-i

وَاَسْألُ اللهَ بِحَقِّكُمْ وَبِالشَّأنِ الَّذي لَكُمْ عِنْدَهُ اَنْ يُعْطِيَني بِمُصابي بِكُمْ اَفْضَلَ ما يُعْطي مُصاباً بِمُصيبَتِهِ مُصيبَةً ما اَعْظَمَها وَاَعْظَمَ رَزِيَّتَها فِي الاِْسْلامِ وَفِي جَميعِ السَّماواتِ وَالاْرْضِ

Et je demande à Allah, par votre droit et par la haute position dont vous jouissez auprès de Lui, de me récompenser de mon deuil de vous, la meilleure récompense qu’Il puisse accorder à quelqu’un en deuil, car il s’agit là d’un deuil on ne peut plus immense et dont l’affliction on ne peut plus immense pour l’Islam et pour tous les cieux et la terre.

Allâhumma-j‘alnî fî maqâmî hâthâ mimman tanâluhu minka çalawâtun wa rahmatun wa magh-firatun

اَللّـهُمَّ اجْعَلْني فِي مَقامي هذا مِمَّنْ تَنالُهُ مِنْكَ صَلَواتٌ وَرَحْمَةٌ وَمَغْفِرَةٌ،

Ô mon Dieu! Fais que je sois, là où je me trouve ici (en visite pieuse «ziyârah), au nombre de ceux dont Tu combles de Prières, de Miséricorde et de Pardon.

Allâhumma-j‘al mahyâya mahyâ Muhammadin wa âle Muhammad-in wa mamâtî mamâta Muhammadin wa âle Muhammad-in

اَللّـهُمَّ اجْعَلْ مَحْيايَ مَحْيا مُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ وَمَماتي مَماتَ مُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ،

Ô mon Dieu! fais-moi vivre et mourir de la même façon dont ont vécu et sont morts Mohammad et la famille de Mohammad.

Allâhumma inna hâthâ yawmun tabarrakat bihi Banû Umayyata wa-bnu âkilat-il-akbâd-al-la‘înu-bnu-l-la‘îni ‘alâ lisânika wa lisâni Nabiyyika çalla-llâhu ‘alayhi wa âlihi fi kulli mawtinin wa mawqifin waqafa fîhi Nabiyyuka çallâ-llâhu ‘alayhi wa âlihi

اَللّـهُمَّ اِنَّ هذا يَوْمٌ تَبَرَّكَتْ بِهِ بَنُو اُمَيَّةَ وَابْنُ آكِلَةِ الاَْكبادِ اللَّعينُ ابْنُ اللَّعينِ عَلى لِسانِكَ وَلِسانِ نَبِيِّكَ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَآلِهِ فِي كُلِّ مَوْطِن وَمَوْقِف وَقَفَ فيهِ نَبِيُّكَ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَآلِهِ،

Ô mon Dieu! c’est un jour dont se sont félicités les Banû Omayyah et le fils de la Dévoreuse de foies, le maudit fils du maudit, maudit par Ta bouche et par la bouchne de Ton Prophète (P) dans chaque endroit et dans chaque demeure où s’est arrêté Ton Prophète (P).

Allâhumma-l‘an Abâ Sufiyâna wa Mu‘âwiya-ta wa Yazîda-bna Mu‘âwiya-ta ‘alayhim minka-l-la‘natu abada-l-âbidîn-a

اَللّـهُمَّ الْعَنْ اَبا سُفْيانَ وَمُعاوِيَةَ وَيَزيدَ ابْنَ مُعاوِيَةَ عَلَيْهِمْ مِنْكَ اللَّعْنَةُ اَبَدَ الآبِدينَ،

Ô mon Dieu! maudis Abâ Sufyân, Mu ‘âwiyah et Yazîd, fils de Mu ‘âwiyah ; que Ta malédiction soit sur eux pour l’éternité.

Wa hâthâ yawmun farihat bihi âlu Ziyâd wa âlu Marwân bi-qatlihimu-l-Husayn çalawâtu-llâh ‘alayhi

وَهذا يَوْمٌ فَرِحَتْ بِهِ آلُ زِياد وَآلُ مَرْوانَ بِقَتْلِهِمُ الْحُسَيْنَ صَلَواتُ اللهِ عَلَيْهِ،

C’est un jour où les Âle Ziyâd et les Âle Marwân se sont réjouis d’avoir assassiné al-Hussayn, que les Prières d’Allah soient sur lui.

Allâhumma fa-dhâ‘if ‘alayhimu-l-la‘na minka wa-l-‘athâb-al-alîm

اَللّـهُمَّ فَضاعِفْ عَلَيْهِمُ اللَّعْنَ مِنْكَ وَالْعَذابَ (الاَْليمَ)

Ö mon Dieu! double donc sur eux la malédiction venant de toi et le châtiment terrible.

Allâhumma innî ataqarrabu ilayka fî hâthâ-l-yawmi wa fî mawqifî hâthâ wa ayyâmi hayâtî bi-l-barâ’ati minhum wa-l-la‘nati ‘alayhim wa bi-l-muwâlâti li- Nabbiyyika wa âle Nabiyyika ‘alayhi wa ‘alayhimu-s-salâm

اَللّـهُمَّ اِنّي اَتَقَرَّبُ اِلَيْكَ فِي هذَا الْيَوْمِ وَفِي مَوْقِفي هذا وَاَيّامِ حَياتي بِالْبَراءَةِ مِنْهُمْ وَاللَّعْنَةِ عَلَيْهِمْ وَبِالْمُوالاةِ لِنَبِيِّكَ وَآلِ نَبِيِّكَ عَلَيْهِ وَعَلَيْهِمُ اَلسَّلامُ

Ô mon Dieu! je recherche Ta proximité en ce jour, dans cet endroit et pour tous les jours de ma vie, en les désavouant, en les maudissant, et en éprouvant de l’amour pour Ton Prophète et pour les membres de la famille de Ton Prophète, que la paix soit sur lui et sur eux.

Puis réciter cent fois ثمّ تقول مائة مرّة:

Allâhumma-l‘an awwala dhâlimin dhalama haqqa Muhammadin wa âle Muhammad wa âkhira tâbi‘in lahu ‘alâ thâlika

ذلِكَ، اَللّـهُمَّ الْعَنْ اَوَّلَ ظالِم ظَلَمَ حَقَّ مُحَمَّد وَآلِ مُحَمَّدٍ وَآخِرَ تابِعٍ لَهُ عَلى ذلك

Ô mon Dieu! maudis le premier oppresseur qui a opprimé le bon droit de Muhammad et des Âle Muhammad et le dernier qui l’a suivi en cela.

Allâhumma-l‘ani-l-‘içâbat-al-latî jâhadati-l-Husayn wa châya‘at wa bâya‘at wa tâba‘at ‘alâ qatlihi

اَللّـهُمَّ الْعَنِ الْعِصابَةَ الَّتي جاهَدَتِ الْحُسَيْنَ (عليه السلام) وَشايَعَتْ وَبايَعَتْ وَتابَعَتْ عَلى قَتْلِهِ،

Ô mon Dieu! maudis la bande qui a combattu al-Husayn, qui s’est liguée, qui a pactisé et qui s’est compromise en vue de son assassinat.

Allâhumma-l‘anhum jamî‘an

اَللّـهُمَّ الْعَنْهُمْ جَميعاً

Ô mon Dieu! maudis-les tous.

Puis réciter cent fois ce qui suit (Les cent bénédictions):

As-salâmu ‘alayka yâ Abâ ‘Abdillâh-i wa ‘alâ-l-arwâh-il-latî hallat bi-finâ’ika ‘alayka minnî salâmu-llâhi abadan mâ baqîtu wa baqiya-l-laylu wan-nahâr-u

ثمّ تقول مائة مرّة: اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا اَبا عَبْدِاللهِ وَعَلَى الاَْرْواحِ الَّتي حَلَّتْ بِفِنائِكَ عَلَيْكَ مِنّي سَلامُ اللهِ اَبَداً ما بَقيتُ وَبَقِيَ اللَّيْلُ وَالنَّهارُ

Que la paix soit sur toi, ô Abâ Abdillâh, ainsi que sur les âmes qui demeurent en ton seuil. Sur toi, de ma part, le salâm d’Allah pour toujours tant que j’existe et que durent la nuit et le jour.

Wa lâ ja‘alahu-llâh âkhira-l-‘ahdi minnî li-ziyâratikum

وَلا جَعَلَهُ اللهُ آخِرَ الْعَهْدِ مِنّي لِزِيارَتِكُمْ،

Qu’Allah ne fasse pas que ce soit mon dernier engagement à vous rendre visite.

As-salâmu ‘alâ-l-Husayn wa ‘alâ ‘Aliyy-ibn-il-Husayn-i wa ‘alâ awlâdi-l-Husayn-i wa ‘alâ açhâbi-l-Husayn-i

اَلسَّلامُ عَلَى الْحُسَيْنِ وَعَلى عَلِيِّ بْنِ الْحُسَيْنِ وَعَلى اَوْلادِ الْحُسَيْنِ وَعَلى اَصْحابِ الْحُسَيْنِ،

Que la paix soit sur al-Husayn, sur Ali fils d’al-Husayn, sur les enfants d’al-Husayn et sur les compagnons d’al-Husayn.

Ensuite réciter:

Allâhumma khuçça anta awwala dhâlimin bi-l-la‘ni minnî wa-bda’ bihi awwalan thumma-th-thâniya wa-th-thâlitha wa-r-râbi‘a Allâhumma-l‘an Yazîda khâmisan wa-l‘an ‘Ubayda-llâhi-bna Ziyâd wa-bna Marjâna wa ‘Umara-bna Sa‘d wa Chimran wa âla Abî Sufiyâna wa âla Ziyâd wa âla Marwâna ilâ yawmi-l-qiyâmah

ثمّ تقول: اَللّـهُمَّ خُصَّ اَنْتَ اَوَّلَ ظالِم بِاللَّعْنِ مِنّي وَابْدَأْ بِهِ اَوَّلاً ثُمَّ (الْعَنِ) الثّانيَ وَالثّالِثَ وَالرّابِعَ اَللّـهُمَّ الْعَنْ يَزيدَ خامِساً وَالْعَنْ عُبَيْدَ اللهِ بْنَ زِياد وَابْنَ مَرْجانَةَ وَعُمَرَ بْنَ سَعْد وَشِمْراً وَآلَ اَبي سُفْيانَ وَآلَ زِياد وَآلَ مَرْوانَ اِلى يَوْمِ الْقِيامَةِ

Ô mon Dieu! Destine de ma part la malédiction sur le premier des oppresseurs et commence par lui en premier. Puis maudis le deuxième, le troisième et le quatrième. Ô mon Dieu!, maudis Yazîd en cinquième puis maudis ‘Ubaydallâh Ibn Ziyâd, Ibn Marjânah, ‘Omar Ibn Sa‘d, Chimr, les Âle Abû Sufiyân, les Âle Ziyâd et les Âle Marwân jusqu’au Jour de la Résurrection.

Puis se prosterner (sujûd) et réciter :

Allâhumma laka-l-hamdu hamda-ch-châkirîna laka ‘alâ muçâbihim, al-hamdu li-llâhi ‘alâ ‘adhimi raziyyatî

ثمّ تسجد وتقُول: اَللّـهُمَّ لَكَ الْحَمْدُ حَمْدَ الشّاكِرينَ لَكَ عَلى مُصابِهِمْ اَلْحَمْدُ للهِ عَلى عَظيمِ رَزِيَّتي

Ô mon Dieu! louange à Toi, pareille à la louange de ceux qui Te remercient de leur deuil. Louange à Toi pour l’immensité de mon affliction.

Allâhum-mar-zuqnî chafâ‘ati-l-Husayn-i yawma-l-wurûdi wa thabbit lî qadama çidqin ‘indaka ma‘a-l-Husayni wa açhâbi-l-Husayni allathîna bathalû muhajahum dûna-l-Husayni ‘alayhi-s-salâm-u

اَللّـهُمَّ ارْزُقْني شَفاعَةَ الْحُسَيْنِ يَوْمَ الْوُرُودِ وَثَبِّتْ لي قَدَمَ صِدْق عِنْدَكَ مَعَ الْحُسَيْنِ وَاَصْحابِ الْحُسَيْنِ اَلَّذينَ بَذَلُوا مُهَجَهُمْ دُونَ الْحُسَيْنِ عَلَيْهِ السَّلامُ.

Ô mon Dieu! gratifie-moi de l’intercession d’al-Husayn le jour de l’Entrée (auprès de Toi) et affermis ma sincérité fidèle envers Toi aux côtés d’al-Husayn et des compagnons d’al-Husayn, qui ont sacrifié leur vie pour d’al-Hussayn, que la paix soit sur lui.

Enfin, après la ziyârah faire une prière de deux rak‘ah, suivie du Du‘â’ ‘Alqamah ci-après:

Du‘â’ ‘Alqamah

(on le récite après la ziyârah de ‘Âchûrâ’)

Yâ Allâhu Yâ Allâhu Yâ Allâh-u

يا اَللهُ يا اَللهُ يا اَللهُ،

O Allah! Oh Allah: O Allah:

Yâ mujîba da‘wati-l-mudh-tarrîn-a

يا مُجيبَ دَعْوَةِ الْمُضْطَرِّينَ،

Ô Toi qui réponds aux prières des désemparés

Yâ kâchifa kurabi-l-makrûbîn-a

يا كاشِفَ كُرَبِ الْمَكْرُوبينَ،

Ô Toi qui soulages la peine des affligés

Yâ ghiyâth-al-mustaghîthîn-a

يا غِياثَ الْمُسْتَغيثينَ،

Ô Toi qui viens au secours de ceux qui appellent au secours

Yâ çarîkh-al-mustaçrikhîn-a

يا صَريخَ الْمُسْتَصْرِخينَ،

Ô Toi qui viens à l’aide de ceux qui appellent à l’aide

Wa yâ man huwa aqrabu ilayya min habli-l-warîd-i

وَيا مَنْ هُوَ اَقْرَبُ اِلَيَّ مِنْ حَبْلِ الْوَريدِ،

Ô Toi qui es plus proche de moi que ma veine jugulaire,

Wa yâ man yahûlu bayna-l-mar’i wa qalbihi

وَيا مَنْ يَحُولُ بَيْنَ الْمَرْءِ وَقَلْبِهِ،

Ô Toi qui Te places entre l’homme et son coeur

Wa yâ man huwa bi-l-mandhari-l-a‘lâ wa bi-l-ufuqi-l-mubîn-a

وَيا مَنْ هُوَ بِالْمَنْظَرِ الاَْعْلى وَ بِالاُْفـُقِ الْمُبينِ،

Ô Toi qui Te trouves au site le plus élevé et à la séparation de l’horizon

Wa yâ man huwa-r-Rahmânu-r-Rahîmu ‘ala-l-‘arch-istawâ

وَيا مَنْ هُوَ الرَّحْمنُ الرَّحيمُ عَلَى الْعَرْشِ اسْتَوى،

Ô Toi qui es le Clément, le Miséricordieux dominant le Trône.

Wa yâ man ya‘lamu khâ’inata-l-a‘yuni wa mâ tukhfi-ç-çudûr-u

وَيا مَنْ يَعْلَمُ خائِنَةَ الاَْعْيُنِ وَما تُخْفِي الصُّدُورُ،

Ô Toi qui reconnais la traîtrise dans les regards et ce qui est caché dans les poitrines

Wa yâ man lâ yakhfâ ‘alayhi khâfiya-tun

وَيا مَنْ لا تَخْفى عَلَيْهِ خافِيَهٌ،

Ô Toi à qui on ne peut rien cacher.

Yâ man lâ tachtabihu ‘alayhi-l-açwât-u

يا مَنْ لا تَشْتَبِهُ عَلَيْهِ الاَْصْواتُ،

Ô Toi pour qui aucune voix ne ressemble à une autre

Wa yâ man lâ tughallituhu-l-hâjât-u

وَيا مَنْ لا تُغَلِّطُهُ الْحاجاتُ،

Ô Toi pour qui aucun besoin ne se confond avec un autre

Wa yâ man lâ yubrimuhu ilhâh-ul-mulihhîn-a

وَيا مَنْ لا يُبْرِمُهُ اِلْحاحُ الْمُلِحّينَ،

Ô Toi qui n’es jamais importuné par l’insistance des solliciteurs.

Yâ mudrika kulli fawtin wa yâ jâmi‘a kulli chaml-in

يا مُدْرِكَ كُلِّ فَوْتٍ، وَيا جامِعَ كُلِّ شَمْلٍ،

Ô Toi à qui rien n’échappe, qui peux atteindre tout ce qui échappe et qui réunis tout ce qui est épars,

Wa yâ bâri’-an-nufûsi ba‘d-al-mawt-i

وَيا بارِئَ النُّفُوسِ بَعْدَ الْمَوْتِ،

Ô Toi qui donnes une nouvelle vie aux âmes après la mort,

Yâ man huwa kulla yawmin fî cha’n-in

يا مَنْ هُوَ كُلَّ يَوْم فِي شَأن،

Ö Toi qui es Celui qui chaque jour accomplit une œuvre nouvelle

Yâ qâdhiya-l-hâjâti! Yâ munaffis-al-kurubâti! Yâ mu‘tiy-as-su’ulât-i!

يا قاضِيَ الْحاجاتِ، يا مُنَفِّسَ الْكُرُباتِ، يا مُعْطِيَ السُّؤُلاتِ،

Ô pourvoyeur des besoins! Ô Toi qui soulages les peines! Ô Toi qui accèdes aux demandes!

Yâ waliyya-r-raghabâti! Yâ kâfiyya-l-muhimmâti! Yâ man yakfî min kulli chay’in wa lâ yakfî minhu chay’un fi-s-samâwâti wa-l-ardhi!

يا وَلِيَّ الرَّغَباتِ، يا كافِيَ الْمُهِمّاتِ، يا مَنْ يَكْفي مِنْ كُلِّ شَىْءٍ وَلا يَكْفي مِنْهُ شَيءٌ فِي السَّماواتِ وَالاَْرْضِ،

Ô Toi qui satisfaits les désirs! Ô Toi qui subviens aux besoins! Ô Toi qui se passes de toute chose alors que rien dans les cieux et sur la terre ne peut se passer de Lui.

As’aluka bi-haqqi Muhammadin Khâtim-in-nabiyyîna wa ‘Aliyyin Amîr-il-mu’minîna wa bi-haqqi Fâtimata binti Nabiyyika wa bi-haqqi-l-Hasani wa-l-Husayn-i

اَسْاَلُكَ بِحَقِّ مُحَمَّدٍ خاتَمِ النَّبِيّينَ وَعَلِيِّ اَميرِ الْمُؤْمِنينَ، وَبِحَقِّ فاطِمَةَ بِنْتِ نَبِيِّكَ، وَبِحَقِّ الْحَسَنِ وَالْحُسَيْنِ

Je Te demande par le droit de Mohammad, Sceau des prophètes, et de ‘Ali, Prince des croyants, par le droit de Fâtimah, fille de Ton Prophète, et par le droit d’al-Hasan et d’al-Husayn.

Fa-innî bihim atawajjahu ilayka fî maqâmî hâthâ wa bihim atawassalu wa bihim atachaffa‘u ilayka

فَاِنّي بِهِمْ اَتَوَجَّهُ اِلَيْكَ فِي مَقامي هذا وَبِهِمْ اَتَوَسَّلُ وَبِهِمْ اَتَشَفَّعُ اِلَيْكَ،

Par eux je me tourne vers Toi depuis cet endroit (Haram Moqaddas), par eux je Te supplie, et par eux je demande intercession auprès de Toi.

Wa bi-haqqihim as’aluka wa uqsimu wa a‘zimu ‘alayka wa bi-ch-cha’ni-l-lathî lahum ‘indaka wa bi-l-qadri-l-lathî lahum ‘indaka wa bi-l-lathî fadh-dhaltahum ‘alâ-l-‘âlamîn

وَبِحَقِّهِمْ اَسْأَلُكَ وَاُقْسِمُ وَاَعْزِمُ عَلَيْكَ، وَبِالشَّأنِ الَّذي لَهُمْ عِنْدَكَ وَبِالْقَدْرِ الَّذي لَهُمْ عِنْدَكَ، وَبِالَّذي فَضَّلْتَهُمْ عَلَى الْعالَمينَ،

Par leur droit, je Te demande et Te conjure avec force et détermination, par le haut statut dont ils jouissent auprès de Toi et par la valeur qu’ils ont auprès de toi et par laquelle Tu leur as donné la préséance sur les mondes!

Wa bi-smika-llathî ja‘altahu ‘indahum wa bihi khaçaçtahum dûn-al-‘âlamîna wa bihi abantahum wa abanta fadhlahum min fadhl-il-‘âlamîna hattâ fâqa fadhluhum fadhl-al-‘âlamîna jamî‘an.

وَبِاسْمِكَ الَّذي جَعَلْتَهُ عِنْدَهُمْ وَبِهِ خَصَصْتَهُمْ دُونَ الْعالَمينَ، وَبِهِ اَبَنْتَهُمْ وَاَبَنْتَ فَضْلَهُمْ مِنْ فَضْلِ الْعالَمينَ، حَتّى فاقَ فَضْلُهُمْ فَضْلَ الْعالَمينَ جَميعاً،

Et par Ton Nom que Tu as placé auprès d’eux et que Tu leur as particulièrement attribué à l’exclusion des mondes et par lequel Tu les as distingués et Tu as distingué nettement leur mérite de celui des mondes au point qu’il a surpassé le mérite de (tous) les mondes réunis!

As’aluka an tuçalliyya ‘alâ Muhammadin wa Âle Muhammadin wa an takchifa ‘annî ghammî wa hammî wa karbî wa takfiyanî-l-muhimma min umûrî wa taqdhiya ‘annî daynî

اَسْاَلُكَ اَنْ تُصَلِّيَ عَلى مُحَمَّد وَآلِ مُحَمَّد وَاَنْ تَكْشِفَ عَنّي غَمّي وَهَمّي وَكَرْبي، وَتَكْفِيَنِي الْمُهِمَّ مِنْ اُمُوري، وَتَقْضِيَ عَنّي دَيْني

Je Te demande de prier sur Muhammad et la famille de Muhammad et d’enlever mes soucis, mon angoisse et mon désarroi, de subvenir au plus important de mes affaires, et de régler ma dette,

Wa tujîranî min-al-faqri wa tujîranî min-al-fâqati

وَ تُجيرَني مِنَ الْفَقْرِ وَتُجيرَني مِنَ الْفاقَةِ

de me protéger de la pauvreté, de me protéger de l’indigence,

Wa tughniyanî ‘an-il-mas’alati ilâ-l-makhlûqîna

وَتُغْنِيَني عَنِ الْمَسْأَلَةِ اِلَى الَْمخْلُوقينَ،

de me dispenser d’avoir à demander aux créatures

Wa takfiyani hamma man akhâfu hammahu wa ‘usra man akhâfu ‘usrahu wa huzûnata man akhâfu huzûnatahu wa charra man akhâfu charrahu wa makra man akhâfu makrahu wa baghya man akhâfu baghyahu wa jawra man akhâfu jawrahu wa sultâna man akhâfu sultânahu wa kayda man akhâfu kaydahu wa maqdurata man akhâfu maqduratahu ‘alayya

وَتَكْفِيَني هَمَّ مَنْ اَخافُ هَمَّهُ، وَعُسْرَ مَنْ اَخافُ عُسْرَهُ، وَحُزُونَةَ مَنْ اَخافُ حُزُونَتَهُ، وَشَرَّ مَنْ اَخافُ شَرَّهُ، وَمَكْرَ مَنْ اَخافُ مَكْرَهُ، وَبَغْيَ مَنْ اَخافُ بَغْيَهُ، وَ جَوْرَ مَنْ اَخافُ جَوْرَهُ، وَسُلْطانَ مَنْ اَخافُ سُلْطانَهُ، وَكَيْدَ مَنْ اَخافُ كَيْدَهُ، وَمَقْدُرَةَ مَنْ اَخافُ مَقْدُرَتَهُ عَلَيَّ،

D’écarter de moi le souci de celui dont je crains le souci, la rigueur de celui dont je crains la rigueur, la peine de celui dont je crains la peine, le mal de celui dont je crains le mal, la ruse de celui dont je crains la ruse, l’injustice de celui dont je crains l’injustice, l’oppression de celui dont je crains l’oppression, le pouvoir de celui dont je crains le pouvoir, la fourberie de celui dont je crains la fourberie, la puissance de celui dont je crains la puissance sur moi.

Wa tarudda ‘annî kayd-al-kayadati wa makr-al-makara-ti

وَتَرُدَّ عَنّي كَيْدَ الْكَيَدَةِ وَمَكْرَ الْمَكَرَةِ،

Et de détourner de moi la ruse des rusés et la fourberie des fourbes.

Allâhumma man arâdanî fa-arid-hu wa man kâdani fa-kid-hu

اَللّـهُمَّ مَنْ اَرادَني فَاَرِدْهُ، وَمَنْ كادَني فَكِدْهُ،

Ô mon Dieu, à celui qui me veut du mal retourne-le-lui, et celui qui veut me tromper retourne-lui sa tromperie

Wa-çrif ‘annî kaydahu wa makrahu wa ba’sahu wa amâniyyahu

وَاصْرِفْ عَنّي كَيْدَهُ وَمَكْرَهُ وَبَأسَهُ وَاَمانِيَّهُ،

et détourne de moi sa ruse, sa fourberie, son adversité et ses machinations.

Wa-mna‘hu ‘annî kayfa chi’ta wa annâ chi’ta

وَامْنَعْهُ عَنّي كَيْفَ شِئْتَ وَاَنّى شِئْتَ،

Écarte-le de moi comme Tu veux et quand Tu veux.

Allâhumma-ch-ghalhu ‘annî bi-faqrin lâ tajburuhu wa bi-balâ’in lâ tasturuhu wa bi-fâqatin lâ tusudduha wa bi-suqmin lâ tu‘âfîhi wa thullin lâ tu‘izzuhu wa bi-maskanatin lâ tajburuhâ

اَللّـهُمَّ اشْغَلْهُ عَنّي بِفَقْر لا تَجْبُرُهُ، وَبِبَلاء لا تَسْتُرُهُ، وَبِفاقَة لا تَسُدّها، وَبِسُقْم لا تُعافيهِ، وَذُلٍّ لا تُعِزُّهُ، وَبِمَسْكَنَة لا تَجْبُرُها،

Ô mon Dieu! Détourne-le de moi en l’accablant d’une pauvreté que Tu ne colmateras pas, d’une tare que Tu ne pallieras pas, d’un dénuement que Tu ne combleras pas, d’une maladie dont Tu ne le guériras pas, d’une humiliation dont Tu ne le remettras pas et d’une indigence dont Tu ne le sortiras pas.

Allâhumm-adhrib bi-th-thulli naçba ‘aynayhi wa-d-khil ‘alayhi-l-faqra fî manzilihi wa-l-‘illata wa-s-suqma fî badanihi hattâ tach-ghalahu ‘annî bi- chughlin châghilin lâ farâgha lahu

اَللّـهُمَّ اضْرِبْ بِالذُّلِّ نَصْبَ عَيْنَيْهِ، وَاَدْخِلْ عَلَيْهِ الْفَقْرَ فِي مَنْزِلِهِ، وَالْعِلَّةَ وَالسُّقْمَ فِي بَدَنِهِ، حَتّى تَشْغَلَهُ عَنّي بِشُغْل شاغِل لا فَراغَ لَهُ،

Ô mon Dieu! mets-le face à l’humiliation et fais entrer la pauvreté dans sa maison, la maladie et le mal dans son corps afin que Tu le détournes de moi en l’accablant d’une préoccupation obsédante et sans répit.

Wa ansihi thikrî kamâ ansaytahu thikraka wa-khuth ‘annî bi-sam‘ihi wa baçarihi wa lisânihi wa yadihi wa rijlihi wa qalbihi wa jamî‘i jawârihihi

وَاَنْسِهِ ذِكْري كَما اَنْسَيْتَهُ ذِكْرَكَ، وَخُذْ عَنّي بِسَمْعِهِ وَبَصَرِهِ وَلِسانِهِ وَيَدِهِ وَرِجْلِهِ وَقَلْبِهِ وَجَميعِ جَوارِحِهِ،

Fais-lui oublier mon souvenir comme Tu lui as fait oublier le Tien. Éloigne de moi son ouïe, sa vue, sa langue, sa main, son pas, son coeur et tous ses membres,

Wa-d-khil ‘alayhi fî jamî‘i thâlika-s-suqma wa lâ tuchfihi hattâ taj‘ala thâlika lahu chughlan châghilan bihi ‘annî wa ‘an thikrî

وَاَدْخِلْ عَلَيْهِ فِي جَميعِ ذلِكَ الْسُّقْمَ وَلا تَشْفِهِ حَتّى تَجْعَلَ ذلِكَ لَهُ شُغْلاً شاغِلاً بِهِ عَنّي وَعَنْ ذِكْري،

fais pénétrer la maladie dans chacun d’eux, et ne le guéris pas afin que ce soit pour lui une préoccupation qui le détourne de moi et de mon souvenir.

Wa-kfinî yâ kâfiya mâ lâ yakfî siwâka fa-innaka-l-kâfî lâ kâfiya siwâka wa mufarrijun lâ mufarrija siwâka wa mughithun lâ mughitha siwâka wa jârun lâ jâra siwâka

وَاكْفِني يا كافِيَ مالا يَكْفي سِواكَ، فَاِنَّكَ الْكافِي لا كافِيَ سِواكَ، وَمُفَرِّجٌ لا مُفَرِّجَ سِواكَ، وَمُغيثٌ لا مُغيثَ سِواكَ، وَجارٌ لا جارَ سِواكَ،

Et protège-moi, Toi qui protèges de ce que nul autre que Toi ne protège, car Tu es le Protecteur et nul autre protecteur que Toi, Tu es le Libérateur et nul autre libérateur que Toi, Tu es le Secoureur et nul autre secoureur que Toi, Tu es le Défenseur et nul autre défenseur que Toi.

Khâba man kâna jâruhu siwâka wa mughîthuhu siwâka wa mafza‘uhu ilâ siwâka wa mahrabuhu ilâ siwâka wa malja’ahu ilâ ghayrika wa manjâhu min makhlûqin ghayrika

خابَ مَنْ كانَ جارُهُ سِواكَ، وَمُغيثُهُ سِواكَ، وَمَفْزَعُهُ اِلى سِواكَ، وَمَهْرَبُهُ اِلى سِواكَ، وَمَلْجَأُهُ اِلى غَيْرِكَ، وَمَنْجاهُ مِنْ مَخْلُوقٍ غَيْرِكَ،

Est perdant celui qui prend pour protecteur autre que Toi, pour secours autre que Toi, pour refuge autre que Toi, pour abri autre que Toi, pour asile autre que Toi et pour sauveur une créature au lieu de Toi.

Fa-anta thiqatî wa rajâ’î wa mafza‘î wa mahrabî wa malja’î wa manjâya

فَاَنْتَ ثِقَتي وَرَجائي وَمَفْزَعي وَمَهْرَبي وَمَلْجَئي وَمَنْجايَ

Tu es ma confiance, mon espoir, mon refuge, mon abri, mon asile et mon salut.

Fa- bika astaftihu wa bika astanjihu wa bi-Muhammadin wa âle Muhammadin atawajjahu ilayka wa atawassalu wa atachaffa‘u

فَبِكَ اَسْتَفْتِحُ وَبِكَ اَسْتَنْجِحُ، وَبِمُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ اَتَوَجَّهُ اِلَيْكَ وَاَتَوَسَّلُ وَاَتَشَفَّعُ،

C’est par Toi que je commence, c’est par Toi que je recherche le succès, et c’est par Muhammad et les Âle Muhammad que je me dirige vers Toi, c’est par eux que je Te supplie et c’est leur intercession auprès de Toi que j’invoque

Fa as’aluka Yâ Allâhu Yâ Allâhu Yâ Allâh-u! Fa-laka-l-hamdu wa laka-ch-chukru wa ilayk-al-much-takâ wa anta-l-musta‘ân

فَاَسْاَلُكَ يا اَللهُ يا اَللهُ يا اَللهُ، فَلَكَ الْحَمْدُ وَلَكَ الشُّكْرُ وَاِلَيْكَ الْمُشْتَكى وَاَنْتَ الْمُسْتَعانُ

Aussi Te demande-je, O Allah, O Allah, O Allah!à Qui reviennent la louange et le remerciement, vers Qui se dirigent les plaintes et à Qui on adresse la demande d’aide

Fa-as’aluka Yâ Allâhu Yâ Allâhu Yâ Allâh-u! bi-haqqi Muhammadin wa âle Muhammadin an tuçalliya ‘alâ Muhammad wa âle Muhammadin

فَاَسْاَلُكَ يا اَللهُ يا اَللهُ يا اَللهُ بِحَقِّ مُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ اَنْ تُصَلِّيَ عَلى مُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ،

Je Te demande donc, O Allah, O Allah, O Allah! par le droit de Muhammad et des Âle Muhammad, de prier sur Muhammad et les Âle Muhammad

Wa an tak-chifa ‘annî ghammî wa hammî wa karbî fî maqâmî hâthâ kamâ kachafta ‘an Nabiyyika hammahu wa ghammahu wa karbahu wa kafaytahu hawla ‘aduwwihi

وَاَنْ تَكْشِفَ عَنّي غَمّي وَهَمّي وَكَرْبي فِي مَقامي هذا كَما كَشَفْتَ عَنْ نَبِيِّكَ هَمَّهُ وَغَمَّهُ وَ كَرْبَهُ وَكَفَيْتَهُ هَوْلَ عَدُوِّهِ،

et d’effacer mon chagrin, mon souci et mon adversité dans cet endroit même comme Tu as effacé le chagrin, le souci et l’adversité de Ton Prophète et comme Tu l’as protégé de la terreur de son ennemi.

Fa-k-chif ‘annî kamâ kachafta ‘anhu wa farrij ‘annî kamâ farrajta ‘anhu wa-kfinî kamâ kafaytahu

فَاكْشِفْ عَنّي كَما كَشَفْتَ عَنْهُ وَفَرِّجْ عَنّي كَما فَرَّجْتَ عَنْهُ وَاكْفِني كَما كَفَيْتَهُ،

Soulage-moi donc comme Tu l’as soulagé, délivre-moi comme Tu l’as délivré, et protège-moi comme Tu l’as protégé,

Wa-çrif ‘annî hawla mâ akhâfu hawlahu wa ma’ûnata mâ akhâfu ma’ûnatahu wa hamma mâ akhâfu hammahu bi-lâ ma’ûnatin ‘alâ nafsî min thâlika

وَاصْرِفْ عَنّي هَوْلَ ما اَخافُ هَوْلَهُ، وَمَؤُونَةَ ما اَخافُ مَؤُونَتَهُ، وَهَمَّ ما اَخافُ هَمَّهُ بِلا مَؤونَةٍ عَلى نَفْسي مِنْ ذلِكَ،

Écarte de moi la terreur de ce dont je crains la terreur, la difficulté de ce dont je crains la difficulté et le souci de ce dont je crains le souci, sans que cela ne me cause de peine.

Wa-çrifnî bi-qadhâ’i hawâ’ijî wa kifâyati mâ ahammanî hammuhu min amri âkhiratî wa dunyâya.

وَاصْرِفْني بِقَضاءِ حَوائِجي، وَكِفايَةِ ما اَهَمَّني هَمُّهُ مِنْ اَمْرِ آخِرَتي وَدُنْيايَ،

Fais que je reparte d’ici avec mes demandes exaucées et ayant obtenu la résolution de ce qui me cause peine et souci pour ma vie dans l’au-delà et ici-bas.

Yâ amîra-l-mu’minîna wa yâ Abâ ‘Abdillâh ‘alaykumâ minnî salâmu-llâhi abadan mâ baqîtu wa baqiya-l-laylu wa-n-nahâru

يا اَميرَ الْمُؤْمِنينَ وَيا اَبا عَبْدِاللهِ، عَلَيْكُما مِنّي سَلامُ اللهِ اَبَداً ما بَقيتُ وَبَقِيَ اللَّيْلُ وَالنَّهارُ

O Commandeur des croyants, O Abâ ‘Abdillâh, sur vous le salâm d’Allah pour toujours, tant que j’existe et que durent la nuit et le jour.

Wa lâ ja‘alahu-llâhu âkhira-l-‘ahdi min ziyâratikumâ wa lâ farraq-Allâhu baynî wa baynakumâ.

وَلا جَعَلَهُ اللهُ آخِرَ الْعَهْدِ مِنْ زِيارَتِكُما، وَلا فَرَّقَ اللهُ بَيْني وَبَيْنَكُما،

Qu’Allah ne fasse pas que ce soit mon dernier engagement à venir vous rendre visite et qu’Allah ne me sépare pas de vous.

Allâhumma ahyinî hayâta Muhammadin wa thuriyyatihi wa amitnî mamâtahum wa tawaffanî ‘alâ millatihim wa-h-churnî fî zumratihim

اَللّـهُمَّ اَحْيِني حَياةَ مُحَمَّدٍ وَذُرِّيَّتِهِ وَاَمِتْني مَماتَهُمْ وَتَوَفَّني عَلى مِلَّتِهِمْ،

Ô mon Dieu! fais-moi vivre comme ont vécu Muhammad et sa descendance et fais-moi mourir comme ils sont morts. Fais que je décède en membre de leur communauté et que je sois ressuscité parmi leur groupe.

Wa lâ tufarriq baynî wa baynahum tarfata ‘aynin abadan fi-d-dunyâ wa-l-âkhira-ti.

وَاحْشُرْني فِي زُمْرَتِهِمْ وَلا تُفَرِّقْ بَيْني وَبَيْنَهُمْ طَرْفَةَ عَيْنٍ اَبَداً فِي الدُّنْيا وَالاْخِرَةِ،

Ne me sépare jamais d’eux un seul instant dans le monde d’ici-bas et dans l’autre monde.

Yâ amîra-l-mu’minîna wa yâ Abâ ‘Abdillâh! ataytukumâ zâ’iran wa mutawassilan ila-llâh rabbî wa rabbikumâ

يا اَميرَ الْمُؤْمِنينَ وَيا اَبا عَبْدِاللهِ اَتَيْتُكُما زائِراً وَمُتَوَسِّلاً اِلَى اللهِ رَبّي وَرَبِّكُما،

Ô Commandeur des croyants!, Ô Abâ ‘Abdillâh, je suis venu vous rendre visite et implorer Allah, votre Seigneur et le mien,

wa mutawajjihan ilayhi bikumâ wa mustachfi‘an bikumâ ilâ-llâhi fî hâjatî hâthihi.

وَمُتَوَجِّهاً اِلَيْهِ بِكُما وَمُسْتَشْفِعاً بِكُما اِلَى اللهِ (تَعالى) فِي حاجَتي هذِهِ

me tournant vers Lui par votre intermédiaire et requérant votre intercession auprès d’Allah pour la satisfaction de mon besoin.

Fa-chfa‘â lî fa-inna lakumâ ‘inda-llâhi-l-maqâma-l-mahmûda wa-l-jâha-l-wajîha wa-l-manzil-ar-rafî‘a wa-l-wassîla-ta

فَاشْفَعا لي فَاِنَّ لَكُما عِنْدَ اللهِ الْمَقامَ الَْمحْمُودَ، وَالْجاهَ الْوَجيهَ، وَالْمَنْزِلَ الرَّفيعَ وَالْوَسيلَةَ،

Alors intercédez pour moi car vous avez auprès d’Allah rang louable, honneur, considération, degré élevé et crédit.

Innî anqalibu ‘ankumâ muntadhiran li-tanajjuzi-l-hâjati wa qadhâ’iha wa najâhiha min-Allâhi bi-chafâ‘atikumâ ilâ-llâh fî thâlika

اِنّي اَنْقَلِبُ عَنْكُما مُنْتَظِراً لِتَنَجُّزِ الْحاجَةِ وَقَضائِها وَنَجاحِها مِنَ اللهِ بِشَفاعَتِكُما لي اِلَى اللهِ فِي ذلِكَ،

Je prends congé de vous en m’attendant que mon voeu soit exaucé, satisfait et réalisé par Allah grâce à votre intercession pour moi auprès de Lui.

Fa-lâ akhîbu wa lâ yakûnu munqalabî munqalaban khâ’iban khâsiran bal yakûnu munqalabî munqalaban râjihan muflihan munjihan mustajâban bi-qadhâ’i jamî‘i hawâ’ijî wa tachaffa‘â lî ilâ-llâh-i.

فَلا اَخيبُ وَلا يَكُونُ مُنْقَلَبي مُنْقَلَباً خائِباً خاسِراً، بَلْ يَكُونُ مُنْقَلَبي مُنْقَلَباً راجِحاً (راجِياً) مُفْلِحاً مُنْجِحاً مُسْتَجاباً بِقَضاءِ جَميعِ حَوائِجي وَتَشَفَّعا لي اِلَى اللهِ،

Que je ne sois pas déçu et que je ne reparte pas avec perte et dommage, mais que je reparte avec l’espoir du succès, de la réussite et de l’accomplissement favorable de toutes mes demandes. Intercédez donc en ma faveur auprès d’Allah.

Inqalabtu ‘alâ mâ châ’a-llâhu wa lâ hawla wa lâ quwwata illâ bi-llâhi mufawwidhan amrî ila-llâhi mulji’an dhahrî ila-llâhi mutawakkilan ‘ala-llâhi

انْقَلَبْتُ عَلى ما شاءَ اللهُ وَلا حَوْلَ وَلا قُوَّةَ اِلاّ بِاللهِ، مُفَوِّضاً اَمْري اِلَى اللهِ مُلْجِأً ظَهْري اِلَى اللهِ، مُتَوَكِّلاً عَلَى اللهِ

Je repars avec ce qu’Allah veut et décide, il n’y a de puissance et de force qu’en Allah, m’en remettant à Allah, prenant refuge en Lui, plaçant ma confiance en Allah.

Wa aqûlu hasbiya-llâhu wa kafâ sami‘a-llâhu li-man da‘â laysa lî warâ’a-llâh wa warâ’akum yâ sâdatî muntahâ mâ châ’a rabbî kâna wa mâ lam ycha’ lam yakun wa lâ hawla wa lâ quwwata illâ bi-llâhi.

وَاَقُولُ حَسْبِيَ اللهُ وَكَفى سَمِعَ اللهُ لِمَنْ دَعا لَيْسَ لي وَراءَ اللهِ وَوَراءَكُمْ يا سادَتي مُنْتَهى، ما شاءَ رَبّي كانَ وَمالَمْ يَشَأْ لَمْ يَكُنْ، وَلا حَوْلَ وَلا قُوَّةَ اِلاّ بِاللهِ،

Et je dis: “Allah me suffit, Allah entend celui qui L’invoque, je n’ai en dehors d’Allah et de vous, O mes maîtres, d’autre but final. Ce qu’Allah veut est et ce qu’Il ne veut pas n’est pas. Il n’y a de puissance et de force qu’en Allah!”

Astawadi‘ukumâ-llâha wa lâ ja‘alahu-llâhu âkhira-l-‘ahdi minnî ilaykumâ.

اَسْتَوْدِعُكُمَا اللهَ وَلا جَعَلَهُ اللهُ آخِرَ الْعَهْدِ مِنّي اِلَيْكُما،

Je vous fais mes adieux et qu’Allah n’en fasse pas mon dernier engagement envers vous.

Inçaraftu yâ sayyidî yâ Amîra-l-mu’minîna wa mawlâya wa anta yâ Abâ ‘Adbillâh yâ sayyidî wa salâmî ‘alaykumâ mutaççilun mâ-t-taçala-l-laylu wa-n-nahâru wâçilun thâlika ilaykumâ ghayru mahjûbin ‘ankumâ salâmî inchâ’-Allâh.

اِنْصَرَفْتُ يا سَيِّدي يا اَميرَ الْمُؤْمِنينَ وَمَوْلايَ وَاَنْتَ يا اَبا عَبْدِاللهِ يا سَيِّدي وَسَلامي عَلَيْكُما مُتَّصِلٌ مَا اتَّصَلَ اللَّيْلُ وَالنَّهارُ واصِلٌ ذلِكَ اِلَيْكُما غَيْرُ مَحْجُوبٍ عَنْكُما سَلامي اِنْ شاءَ اللهُ،

Je prends congé, ô mon Maître, ô Commandeur des croyants, et toi, O Abâ ‘Abdillâh, sur vous mon salâm tant que se suivent la nuit et le jour. Que mon salâm soit perpétuellement sur vous et qu’il soit, si Allah le veut, l’objet de votre agrément,

Wa as’aluhu bi-haqqikumâ an yachâ’a thâlika wa yaf‘ala fa-innahu hamîdun majîd.

وَاَسْأَلُهُ بِحَقِّكُما اَنْ يَشاءَ ذلِكَ وَيَفْعَلَ فَاِنَّهُ حَميدٌ مَجيدٌ،

et je Lui demande par votre droit de vouloir cela et de l’accomplir car Il est digne d’éloges et Glorieux.

Inqalabtu yâ sayyidayya ‘ankumâ tâ’iban hâmidan li-llâh châkiran râjiyan li-l-ijâbati ghayra âyisin wa lâ qânitin, tâ’iban ‘â’idan râji‘an ilâ ziyâratikumâ ghayra râghibin ‘ankumâ wa lâ min ziyâratikumâ bal râji‘un ‘â’idun inchâ’-Allâh wa lâ hawla wa lâ quwwata illâ bi-llâh-i.

اِنْقَلَبْتُ يا سَيِّدَيَّ عَنْكُما تائِباً حامِداً للهِ شاكِراً راجِياً لِلاِْجابَةِ غَيْرَ آيِسٍ وَلا قانِطٍ تائِباً عائِداً راجِعاً اِلى زِيارَتِكُما غَيْرَ راغِب عَنْكُما وَلا مِنْ زِيارَتِكُما بَلْ راجِعٌ عائِدٌ اِنْ شاءَ اللهُ وَلا حَوْلَ وَلا قُوَّةَ اِلاّ بِاللهِ،

Je prends congé de vous, O mes Maîtres, ayant fait acte de repentir, louant et remerciant Allah et espérant l’exaucement. Sans être désespéré ni découragé, de nouveau, je reviendrai vous rendre visite sans me lasser de vous ni de vous visiter. Si Allah veut, je reviendrais vous voir. Il n’y a de puissance et de force qu’en Allah.

Yâ sâdâtî raghibtu ilaykumâ wa ilâ ziyâratikumâ ba‘da an zahida fîkumâ wa fî zitâratikumâ ahlu-d-dunyâ.

يا سادَتي رَغِبْتُ اِلَيْكُما وَاِلى زِيارَتِكُما بَعْدَ اَنْ زَهِدَ فيكُما وَفِي زِيارَتِكُما اَهْلُ الدُّنْيا

O mes Maîtres, je suis venu pour vous et pour vous rendre visite avec désir et empressement après que les gens du monde d’ici-bas ont renoncé à votre visite

Fa-lâ khayyabaniya-llâhu mâ rajawtu wa mâ ammaltu fî ziyâratikumâ innahu qarîbun mujîb.

فَلا خَيَّبَنِيَ اللهُ ما رَجَوْتُ وَما اَمَّلْتُ فِي زِيارَتِكُما اِنَّهُ قَريبٌ مُجيبٌ.

Qu’Allah ne me prive donc pas de ce que j’espère ni de ce que je souhaite en vous rendant visite car Il est proche et Il exauce les demandes.

Ziyârat Amîn-ullâh

Cette Ziyârah est considérée comme étant la meilleure des ziyârah quant à son contenu et à sa source (la chaîne de transmetteurs). Il est fortement recommandé de la réciter avec assiduité dans tous les saints mausolées. Selon une source digne de foi remontant à l’Imam al-Bâqer (p), son père l’Imam Ali Ibn Al-Hussayn al-Sajjâd (p) s’était rendu un jour auprès de la tombe du Commandeur des Croyants, l’Imam Ali (p), et se fondant en larmes, se mit à réciter:

Assalâmu ‘alayka yâ Amîn-Allâh fî ardhihi wa hujjatihi ‘alâ ‘ibâdihi. Assalâmu ‘alayka yâ Amîr-al-Mu’minîna

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا اَمينَ اللهِ في اَرْضِهِ وَحُجَّتَهُ عَلى عِبادِهِ اَلسَّلامُ عَلَيْكَ يا اَميرَ الْمُؤْمِنينَ

Que la paix soit sur toi, ô lieutenant d’Allah sur Sa terre et Son Argument auprès de Ses serviteur! Que la paix soit sur toi, ô Commandeurs des croyants!

Ach-hadu annaka jâhadta fî-llâhi haqqa jihâdihi wa ‘amilta bi-kitâbihi wa-t-taba‘ta sunana nabiyyihi çallâllâhu ‘alayhi wa âlihi hatta da‘âka ilâ jawârihi fa-qabadhaka ilayhi bi-kh-tiyârihi wa alzama a‘dâ’ika al-hujjata ma‘a mâ laka min-al-hujaj-il-bâlighati ‘alâ jamî‘i khalqihi.

اَشْهَدُ اَنَّكَ جاهَدْتَ فِي اللهِ حَقَّ جِهادِهِ وَعَمِلْتَ بِكِتابِهِ وَاتَّبَعْتَ سُنَنَ نَبِيِّهِ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَآلِهِ حَتّى دَعاكَ اللهُ اِلى جِوارِهِ فَقَبَضَكَ اِلَيْهِ بِاخْتِيارِهِ وَاَلْزَمَ اَعْدآئَكَ الْحُجَّةَ مَعَ مالَكَ مِنَ الْحُجَجِ الْبالِغَةِ عَلى جَميعِ خَلْقِهِ

J’atteste que tu as combattu pour la cause d’Allah de la meilleure façon, que tu t’es conformé scrupuleusement à Son Livre, et que tu as suivi les Traditions (sunan) de Son Prophète (P), jusqu’à ce qu’Il t’ait rappelé auprès de Lui et ait choisi de reprendre ton âme, ayant présenté (par toi) la preuve à tes ennemis, malgré toutes les preuves éloquentes que tu possèdes face à toute Sa créature.

Allâhumma fa-j‘al nafsî mutma’innatan bi-qadarika râdhiyatan bi-qadhâ’ika muli‘atan bi-thikrika wa du‘â’ika muhibbatan li-çafwati awliyâ’ika, mahbûbatan fî ardhika wa samâ’ika, çâbiratan ‘alâ nuzûli balâ’ika châkiratan li-fawâdhili na‘amâ’ika,

اَللّـهُمَّ فَاجْعَلْ نَفْسي مُطْمَئِنَّةً بِقَدَرِكَ راضِيَةً ِقَضآئِكَ مُولَعَةً بِذِكْرِكَ وَدُعآئِكَ مُحِبَّةً لِصَفْوَةِاَوْلِيآئِكَ مَحْبُوبَةً في اَرْضِكَ وَسَمآئِكَ صابِرَةً عَلى نُزُولِ بَلائِكَ شاكِرَةً لِفَواضِلِ نَعْمآئِكَ

Ô mon Dieu! fais donc que mon âme soit tranquille quant au destin que Tu lui choisis, satisfaite de Ton décret, passionnée de Ton invocation, affectueuse de l’élite pure de Tes serviteurs pieux, bien-aimée sur Ta terre et dans Ton ciel, patiente face à la venue de Ton épreuve, reconnaissante de la surabondance de Tes bienfaits,

thâkiratan li-sawâbighi âlâ’ika, much-tâqatan ilâ farhati liqâ’ika, mutazawwidatan-at-taqwâ li-yawmi jazâ’ika, mustannatan bi-sunani awliyâ’ika, mufâriqatan li-akhlâqi a‘dâ’ika, mach-ghûlatan ‘an-id-duniyâ bi-hamdika wa thanâ’ika

ذاكِرَةً لِسَوابِغِ آلائِكَ مُشْتاقَةً اِلى فَرْحَةِ لِقآئِكَ مُتَزَوِّدَةً التَّقْوى لِيَوْمِ جَزآئِكَ مُسْتَنَّةً بِسُنَنِاَوْلِيآئِكَ مُفارِقَةً لاَِخْلاقِ اَعْدائِكَ مَشْغُولَةً عَنِ الدُّنْيا بِحَمْدِكَ وَثَنآئِكَ.

consciente des largesses de Tes Signes, ardemment désireuse de la joie de Ta rencontre, approvisionnée en piété dans la perspective du Jour de Ton jugement, respectueuse des Traditions de Tes proches serviteurs, éloignée des moeurs de Tes ennemis, oublieuse de ce monde et occupée à faire ton éloge et Tes louanges.

(puis il appliqua sa joue contre la tombe et poursuivit).

Allâhumma inna qulûb-al-mukhbitîna ilayka wâlihatun, wa subul-ar-râghibîna ilyaka châri‘atun, wa a‘lâm-ul-qâçidîna ilayka wâdhihatun, wa af’idat-al-‘ârifîna minka fârighatun, wa açwât-ad-dâ‘îna ilyka çâ‘idatun, wa abwâb-al-ijâbati lahum mufattahatun,

ثمّ وَضع خدّه على القبر وَقال:

اَللّـهُمَّ اِنَّ قُلُوبَ الْمُخْبِتينَ اِلَيْكَ والِهَةٌ وَسُبُلَ الرّاغِبينَ اِلَيْكَ شارِعَةٌ وَاَعْلامَ الْقاصِدينَ اِلَيْكَ واضِحَةٌ وَاَفْئِدَةَ الْعارِفينَ مِنْكَ فازِعَةٌ وَاَصْواتَ الدّاعينَ اِلَيْكَ صاعِدَةٌ وَاَبْوابَ الاِْجابَةِ لَهُمْ مُفَتَّحَةٌ

Ô mon Dieu! Les coeurs des humbles Te désirent ardemment, les chemins de ceux qui s’éprennent de Toi sont mis en évidence, les drapeaux de ceux qui se dirigent vers Toi sont clairement visibles, les coeurs de Tes connaisseurs sont impatients de Toi, les voix de ceux qui T’implorent montent vers Toi, les portes de l’exaucement leur sont ouvertes,

wa da‘wata man nâjâka mustajâbatun, wa tawbata man anâba ilayka maqbûlatun, wa ‘ibrata man bakâ min khawfika marhumatun, wa-l-ighâthata li-man-istaghâtha bika mawjûdatun, wa-l-i‘ânata li-man-ista‘âna bika mabthûlatun,

وَدَعْوَةَ مَنْ ناجاكَ مُسْتَجابَةٌ وَتَوْبَةَ مَنْ اَنابَ اِلَيْكَ مَقْبُولَةٌ وَعَبْرَةَ مَنْ بَكى مِنْ خَوْفِكَ مَرْحُومَةٌ وَالاِْغاثَهَ لِمَنِ اسْتَغاثَ بِكَ مَوْجُودةٌ وَالاِْعانَةَ لِمَنِ اسْتَعانَ بِكَ مَبْذُولَةٌ

la prière de celui qui s’entretient intimement avec Toi est exaucée, la repentance de celui qui retourne vers Toi est acceptée, les larmes de celui qui pleure de Ta crainte appellent Ta compassion, le secours de celui qui T’appelle au secours ne tarde pas, l’aide de celui qui sollicite Ton aide ne manque pas,

wa ‘idâtika li-‘ibâdika munjazatun, wa zalala man-istaqâlaka muqâlatun, wa a‘mâl-al-‘âmilîna ladayka mahfûdhatun, wa arzâqaka ilâ-l-khalâ’iqi min ladunka nâzilatun, wa ‘awâ’da-l-mazîdi ilayhim wâçilatun,

وَعِداتِكَ لِعِبادِكَ مُنْجَزَةٌ وَزَلَلَ مَنِ اسْتَقالَكَ مُقالَةٌ وَاَعْمالَ الْعامِلينَ لَدَيْكَ مَحْفُوظَةٌ وَاَرْزاقَكَ اِلَى الْخَلائِقِ مِنْ لَدُنْكَ نازِلَةٌ وَعَوآئِدَ الْمَزيدِ اِلَيْهِمْ واصِلَةٌ

Tes promesses à Tes serviteurs sont tenues, le péché de celui qui sollicite Ton pardon est effacé, les bonnes actions de ceux qui en accomplissent sont prises en considération par Toi, Tes bienfaits envers Tes créatures arrivent à destination, la profusion de bienfaisance leur parviennent,

wa thunûb-al-mustagh-firîna maghfûratun, wa hawâ’ija khalqika ‘indaka maq-dhiyyatun, wa jawâ’iz-as-sâ’ilîna ‘indaka muwaffaratun, wa ‘awâ’id-al-mazîdi mutawâtiratun, wa mawâ’id-al-mustat‘imîna mu‘iddatun, wa manâhil-adh-dhamâ’i mutra‘atun.

وَذُنُوبَ الْمُسْتَغْفِرينَ مَغْفُورَةٌ وَحَوآئِجَ خَلْقِكَ عِنْدَكَ مَقْضِيَّةٌ وَجَوآئِزَ السّائِلينَ عِنْدَكَ مُوَفَّرَةٌ وَ عَوآئِدَ الْمَزيدِ مُتَواتِرَةٌ وَمَوآئِدَ الْمُسْتَطْعِمينَ مُعَدَّةٌ وَمَناهِلَ الظِّمآءِ مُتْرَعَةٌ

Les péchés de ceux qui demandent pardon sont absous, les besoins de Ta créature auprès de Toi sont satisfaits, les objets des sollicitations des solliciteurs sont disponibles auprès de Toi, la profusion de bienfaisance est intarissable, les tables sont servies pour ceux qui demandent à manger, les sources d’étanchement de la soif sont ouverte auprès de Toi.

Allâhumma fa-stajib du‘â’î, wa-qbal thanâ’î, wa-jma‘ baynî wa bayna awliyâ’î, bi-haqqi Muhammadin wa ‘Aliyyin wa Fâtimata wa-l-Hasani wa-l-Husayni, innaka waliyyu na‘mâ’î wa muntahâ munâya wa ghâyata rajâ’î fî munqalabî wa mathwâya.

اَللّـهُمَّ فَاسْتَجِبْ دُعآئي وَاقْبَلْ ثَنآئي وَاجْمَعْ بَيْني وَبَيْنَ اَوْلِيآئي بِحَقِّ مُحَمَّدٍ وَعَلِيٍّ وَفاطِمَةَ وَالْحَسَنِ وَالْحُسَيْنِ اِنَّكَ وَلِيُّ نَعْمآئي وَمُنْتَهى مُنايَ وَغايَةُ رَجائي في مُنْقَلَبي وَمَثْوايَ.

O Mon Dieu! Exauce donc ma prière de demande, agrée mes louanges, réunis-moi à mes amis, (je te conjure de le faire) par (l’amour de) Muhammad, Ali, Fâtimah, Al-Hassan et al-Hussayn. Tu es en effet le Maître de tous les bienfaits dont je jouis, le sommet de mes voeux, la destination finale de mon espoir dans mes mouvements et mon immobilité, lors de mon retour et de mon séjour.

(Dans « Kâmil al-Ziyârah », il est dit que cette ziyârah se termine comme suit):

Anta Ilâhî wa Sayyidî wa Mawlâya. Aghfir li-awliyâ’ina wa kuffa ‘annâ a‘dâ’anâ, wa-ch-ghilhum ‘an athânâ wa adh-hir kalimat-al-haqqi wa-j‘alhâ al-‘ulyâ wa-d-hidh kalimat-al-bâtili waj‘alhâ-s-suflâ innaka ‘alâ kulli chay’in qadîr-un.

اَنْتَ اِلهي وَسَيِّدي وَمَوْلايَ اغْفِرْ لاَِوْلِيآئِنا وَكُفَّ عَنّا اَعْدآئَنا وَاشْغَلْهُمْ عَنْ اَذانا وَاَظْهِرْ كَلِمَةَ الْحَقِّ وَاجْعَلْهَا الْعُلْيا وَاَدْحِضْ كَلِمَةَ الْباطِلَ وَاجْعَلْهَا السُّفْلى اِنَّكَ عَلى كُلِّ شَيءٍ قَديرٌ.

Mon Dieu, mon Seigneur et mon Maître! Pardonne à nos amis, éloigne de nous nos ennemis et occupe-les pour qu’ils cessent de nous nuire, mets en évidence la parole de la Vérité et place-la au-dessus de tout, et mets en échec le mot du faux et place-le au-dessous de tout; Tu as certes, Pouvoir sur toute chose.

N.B ; Cette ziyârah est classée à la fois parmi les ziyârah générales de l’Imam Ali (p), ses ziyârah spécifiques du Jour d’al-Ghadîr, et les ziyârah communes (jâmi‘ah) à tous les Imams d’Ahl-ul-Bayt (p).

Ziyârah du Vendredi

La lecture de la Ziyârah du Prophète (P) et des Imams d’Ahl-ul-Bayt (p) est recommandée le vendredi, même de loin. En effet selon l’Imam al-Sâdiq (p): “Celui qui désire rendre visite aux tombeaux du Prophète (P), de l’Imam Ali (p), de Fâtimah, d’al-Hassan, d’al-Hussain et de tous les Imams (p) tout en restant dans son pays, qu’il accomplisse le ghusl (ablution totale) le vendredi, qu’il porte des vêtements propres et qu’il accomplisse 4 rak‘ah de prière, suivies de la lecture de la ziyârah suivante (en se mettant debout en direction de la Mecque):

Assalâmu ‘alyka ayyuha-n-nabiyyu wa Rahmat-ullâhi wa barakâtuh-u

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ اَيُّهَا النَّبِيُّ وَرَحْمَةُ اللهِ وَبَرَكاتُهُ،

Que la Paix, la Miséricorde et les Bénédictions d’Allah soient sur toi, ô Prophète!

Assalâmu ‘alayka ayyuhâ-l-nabiyyu-l-mursalu wa-l-waçiyy-ul-Murtadhâ wa-l-Sayyidatu-l-Kubrâ wa-l-Sayyidatu-z-Zahrâ’-u wa-s-Sibtân-il-muntajabâni wa-l-awlâdu-l-a‘lâmu wa-l-umanâ’u-l-muntajabûn-a.

اَلسَّلامُ عَلَيْكَ اَيُّهَا النَّبِيُّ الْمُرْسَلُ، وَالْوَصيُّ الْمُرْتَضى، وَالسَّيِّدَةُ الْكُبْرى، وَالسَّيِّدَةُ الزَّهْراءُ، وَالسِّبْطانِ الْمُنْتَجَبانِ، وَالاَْوْلادُ الاَْعْلامُ، وَالاُُمَناءُ الْمُنْتَجَبُونَ،

Que la paix soit sur vous, ô Prophète envoyé, ô l’héritier présomptif (l’Imam Ali), ô la Dame Khadîjah la Grande, ô la Dame Fâtimah al-Zahrâ’, ô les deux nobles petits-fils du Prophète (al-Hassan et al-Hussayn), ô leurs descendants savants et confidents élus

Ji’tu inqitâ‘an ilaykum wa ilâ âbâ’ikum wa waladikum-ul-khalafi ‘alâ barakat-il-haqqi,

جِئْتُ اِنْقِطاعاً اِلَيْكُمْ وَاِلى آبائِكُمْ وَوَلَدِكُمُ الْخَلَفِ، عَلى بَرَكَةِ الْحَقِّ،

Je suis venu exclusivement à vous, à vos pères et à votre fils, l’Héritier, par la bénédiction de la Vérité

fa-qalbî lakum musallimun wa nuçratî lakum mu‘addatun hattâ yah-kum-Allâhu bi-dînihi.

فَقَلْبي لَكُمْ مُسَلِّمٌ وَنُصْرَتي لَكُمْ مُعَدَّةٌ، حَتّى يَحْكُمَ اللهُ بِدينِهِ،

Mon coeur est soumis à vous et mon soutien vous est acquis et ce jusqu’à ce qu’Allah rétablisse sa Religion

Fa-ma‘akum lâ ma‘a a‘aduwwikum.

فَمَعَكُمْ مَعَكُمْ لا مَعَ عَدُوِّكُمْ،

Je suis donc avec vous et contre vos ennemis

Innî li-man al-qâ’ilîna bi-fadh-likum, muqirrun bi-raj‘atikum,

اِنّي لَمِنَ الْقائِلينَ بِفَضْلِكُمْ، مُقِرٌّ بِرَجْعَتِكُمْ،

Je suis au nombre de ceux qui affirment votre préséance, et reconnaissent votre retour

lâ unkir lillâhi qudratan wa lâ az‘umu illâ mâ châ’-Allâhu,

لا اُنْكِرُ للهِ قُدْرَةً وَلا اَزْعُمُ إلاّ ماشاءَ اللهُ

Je ne nie rien du Pouvoir d’Allah et je ne prétends qu’à ce qu’Allah veut

subhân-Allâhi thîl-mulki wa-l-malakûti, yusabbihu-llâha bi-asmâ’ihi jamî‘u khalqihi

سُبْحانَ اللهِ ذِي الْمُلْكِ وَالْمَلَكُوتِ، يُسَبِّحُ اللهَ بِاَسْمائِهِ جَميعُ خَلْقِهِ،

Gloire à Allah qui détient la Royauté et le Royaume et dont les Noms sont glorifiés par toute Sa créature.

wa-s-salâmu ‘alâ arwâhikum wa ajsâdikum wa-s-salâmu ‘alaykum wa rahmat-ullâhi wa barakâtuhu

وَالسَّلامُ عَلى اَرْواحِكُمْ وَاَجْسادِكُمْ، وَالسَّلامُ عَلَيْكُمْ وَرَحْمَةُ اللهِ وَبَرَكاتُهُ.

Que la Paix, soit sur vos âmes et vos corps. Que la Paix, la Miséricorde et les Bénédictions d’Allah soient sur vous.

Selon différents hadiths, où qu’ils se trouvent, les Musulmans, leurs salutations et prières sur le Prophète (P) lui parviennent. Selon un autre hadith un Ange est spécialement affecté pour recevoir ces salutations et prières, les communiquer et y répondre. Ainsi, chaque fois qu’un Musulman dit “Que la prière et la paix d’Allah soient sur Mohammad et les Ale Mohammad”, il répond: “et sur toi”, avant de s’adresser au Prophète (P) pour lui dire:“O Messager d’Allah! Untel t’adresse ses salutations”, et le prophète de répondre: “et sur lui”. D’après un autre hadith digne de foi, le Prophète (P) dit: “Quiconque visite ma tombe après ma mort, aura fait comme s’il eût émigré auprès de moi de mon vivant. Et si vous ne pouvez pas vous rendre auprès de ma tombe, envoyez-moi vos salutations, elles me parviendront” .

Share this page