read

Chapitre 4: La Résurrection

Ma’ad: La résurrection

Tous les Prophètes et tous les livres révélés ont annoncé que la mort n’était pas la fin de la vie et qu’il existait un autre monde où nous "verrons" le résultat de nos actions.

Les bienfaiteurs y jouiront d’une nouvelle vie, remplie de bienfaits et les pécheurs y trouveront une vie difficile, en réponse à leurs méfaits. Le principe de la résurrection et de l’existence d’un autre monde existe dans toutes les religions révélées. Quiconque croit au Prophète (Que le salut de Dieu soit sur lui), doit aussi croire en la Résurrection pour deux raisons très simples.

La première est qu’aucune action n’est gratuite. Toute action a une raison et un but spécial, qui diffèrent selon les personnes et selon l’acte en question.

Plus la personne qui agit est savante, perspicace et puissante, plus ses objectifs sont élevés. L’objectif d’un enfant n'est pas comparable à l’objectif d’un savant ou d’un spécialiste. Les gens cherchent par leurs actes, à se perfectionner et à combler les lacunes qui existent dans leur vie. Par exemple, nous mangeons pour apaiser notre faim mais pour Dieu, cela est impensable, car Dieu n’a aucun défaut qu’Il devrait réparer pour atteindre la perfection.

L’activité humaine a un résultat pour les humains et non pour Dieu, le but de la religion est le progrès de l’Humanité non le progrès de Dieu. Dieu a créé les êtres humains de la meilleure manière, dans une création dont les mille détails émerveillent les savants, au fur et à mesure qu'ils avancent dans leurs recherches.

On dirait que Dieu a projeté dans le corps humain, le macrocosme de l’univers, qu’Il y a mis des univers infiniment petits et que dans la création de l’eau, de la terre, du feu, de l’air, des étoiles, de la lune, du soleil, des plantes et des animaux, Il a "placé" une réponse aux besoins de l’Humanité.

Il a placé au cœur de la matière, mille merveilles, dont l’Humanité peut profiter. Il a donné à l’Homme la capacité de réfléchir pour découvrir les secrets de l’univers, profiter de ses richesses et mettre la nature à son service.

Comment pourrait–on penser que Dieu a mis en route cette machine universelle pour une si courte durée et pour que l’être humain profite des bienfaits divins, puis meurt et disparaisse définitivement?!

Dans ce cas, la création de Dieu ne semblerait–elle pas ridicule et inutile?

La raison ne pourra jamais accepter le fait que la vie humaine finisse de façon aussi absurde car cela serait en contradiction avec la Puissance et la Sagesse divine. Le temps permet une évolution et un progrès, comment la vie pourrait–elle finir dans une telle absurdité?

La raison implique que Dieu, qui n’a aucun besoin de la création et n’en tire aucun bénéfice, doit avoir créé l’être humain dans un but qui dépasse les quelques années de sa vie terrestre. La vie humaine ne peut prendre fin sans que l’être humain ne "voie" le résultat de ce qu’il a fait sur terre.

La raison exige l’existence d’un autre monde et que la vie si courte et si difficile d’ici–bas, soit le prélude d'une vie éternelle et du Salut. Le but de Dieu est que l’homme progresse dans ce monde et puisse, grâce à ses bonnes actions, vivre éternellement dans le bonheur et l’abondance.1

La deuxième raison est que certains sont bons et vertueux, aident leur prochain, sont charitables envers les déshérités et les orphelins, sont honnêtes, respectent la prière, le jeûne et les autres obligations religieuses, et évitent le mal et le péché.

Alors que d’autres sont injustes, menteurs, traîtres, ne respectent ni les droits des autres, ni les règles divines, ne connaissent ni le jeûne ni les mosquées, commettent des actions interdites par la religion, ne pensent qu’à opprimer leur prochain et ne recherchent que le plaisir et la luxure.

Ces deux groupes ont toujours existé sans voir le résultat de leurs actions dans ce monde.

Combien d’oppresseurs et de tyrans ont vécu dans le bien–être et le plaisir, sans aucun problème?

Combien de gens vertueux ont vécu dans la misère et le malheur sans aucune récompense?

Ne doit–il pas y avoir "un monde" où ces actes soient évalués?

Si la vie se réduisait à ce monde terrestre, cette création n’apparaîtrait–elle pas vaine, injuste même, et contraire à la Sagesse divine?2

Est–ce que la raison accepte que le résultat de la bienfaisance et de la malfaisance soit le même?

Sans la résurrection, l’envoi des Prophètes et des commandements divins, serait inutile et illogique.

Sans la certitude d’un jugement, pourquoi les gens respecteraient–ils les lois divines et l’enseignement des Prophètes?

La mort

La mort est la séparation du corps et de l’esprit. L’Islam nous dit qu’avec la mort, l’être humain ne disparaît pas mais est transféré vers un autre monde et vers une nouvelle vie.

Le Prophète de l’Islam (Que le salut de Dieu soit sur lui) disait: "Vous n’avez pas été créés pour l’anéantissement mais pour la vie éternelle. Il ne s’agit de rien d’autre que d’un transfert vers un autre monde."3

Pour l’Islam, cette séparation du corps et de l’esprit ne se passe pas pour tous de la même manière. Les pécheurs, ceux qui sont attachés à ce monde et qui n’ont pas beaucoup d’affinités avec l’autre monde, meurent difficilement.

Par contre, les bienfaiteurs qui sont moins attachés au monde et ont plus d’affinités avec l’au–delà, meurent plus facilement.4

Le monde intermédiaire

La raison accepte facilement le principe d’une vie après la mort, mais pour connaître les modalités de cet autre monde, nous sommes obligés de nous référer aux versets coraniques et aux enseignements du Prophète et des Guides spirituels (Que le salut de Dieu soit sur eux).

Le Coran et les Hadiths nous font part d’un monde intermédiaire avant la résurrection. Ce monde intermédiaire le "Barzakh" ou "purgatoire" est celui d’une vie particulière, intermédiaire entre ce monde et la résurrection. Après avoir été enterré, l’être humain pénètre dans le "Barzakh" et commence une nouvelle vie immatérielle, où il est interrogé sur ses croyances et ses actes.

Si ses croyances et ses actes étaient justes, il peut s'engager dans la voie du Paradis et profiter de ses bienfaits en attendant le jour du jugement dernier et le salut éternel.

Au contraire, si ses croyances et ses actes s’avèrent inacceptables, il doit alors avancer vers l’enfer et attendre avec angoisse et amertume, le jugement dernier et le châtiment éternel.5

Le Jugement dernier et la résurrection générale

Le Coran et les Hadiths du Prophète (Que le salut de Dieu soit sur lui) et des Imams (Que le salut de Dieu soit sur eux) ont décrit ainsi la résurrection:

"Le soleil et la lune perdront leur lumière, les montagnes seront pulvérisées, les mers deviendront sèches et brûlantes, la terre et l’espace seront bouleversés. C’est alors que tous les morts ressusciteront pour se présenter au jugement de leur Seigneur. Ils trouveront tous leurs actes, inscrits dans le livre divin, sans que l’acte le plus minime, n’ait été ignoré. Le voile se lèvera à leurs yeux et tous pourront voir ce qu’ils ont fait sur terre.

C’est alors que commencera le compte et le jugement des actes dans la plus grande exactitude.

Les pécheurs et les athées impardonnables iront droit en enfer et les croyants iront au Paradis.

Les coupables que Dieu accepte de pardonner, après leur purgatoire et les souffrances qu’ils y ont endurées à cause de leurs péchés, grâce à l’intercession du Prophète et des Imams, bénéficieront de la Grâce divine et du Pardon de Dieu dont la lumière dissipera les ténèbres, et entreront au Paradis.

Le jugement des bienfaisants sera court et facile et ils pourront très vite aller au Paradis alors que celui des athées et de certains pécheurs sera long et minutieux. La moindre action sera examinée et ils devront attendre longtemps la fin de cet interrogatoire pénible aux étapes difficiles.6

Le Paradis

Le paradis est le lieu où seront conduits les gens de mérite et les bienfaisants.

Un lieu de plaisirs, d’abondance et de divertissements.

Tout ce que nous pouvons imaginer existe au paradis7, ainsi que des bienfaits que nous ne pouvons même pas imaginer.

Aucun tourment, aucune difficulté au Paradis! Quiconque entre au paradis jouira d’une vie éternelle.

Le Paradis a des niveaux qui correspondent aux degrés de vertu et aux actions que nous avons accomplies sur terre.8

L’Enfer

L’enfer est le séjour des pécheurs et des criminels qui connaîtront toutes sortes de tourments et de tortures.

Personne n’arrivera à décrire les souffrances et les tourments de l’enfer. "Un feu qui brûle l’âme et le corps et qui sort des profondeurs du cœur pour le consumer entièrement."9

Les gens de l’enfer se diviseront en deux groupes.

Le premier groupe, celui des athées privés de la lumière de la foi, qui resteront éternellement en enfer sans aucune voie de secours.

Le second groupe, celui des croyants qui ont péché à cause de la fragilité de leur foi et qui méritent l’enfer où ils resteront jusqu’à ce que la Lumière divine fasse disparaître les ténèbres du péché.

Grâce à la Miséricorde de Dieu ou l’intercession des Imams et des élus, ils pourront gagner le Paradis. L’enfer aussi a des niveaux différents qui varient en tourments et en souffrances. Chacun, selon la gravité de ses actes, sera placé dans un de ces "étages" et subira un châtiment en accord avec ses méfaits.

L’Intercession (Chafâ’at)

La question de l’intercession a été abordée par le Coran et de nombreux Hadiths du Prophète et des Imams (Que le salut de Dieu soit sur eux) qui l’ont confirmée de façon évidente.

Les Hadiths parlent de l’intercession du Prophète et des Imams pour certains pécheurs, en ces termes:

"Ils disent Seigneur, ce pécheur mérite le châtiment, mais à cause de certaines qualités et du bien qui existent en lui, ou par l’intermédiaire de Ton Pardon et de Ta Grandeur, ou par la réputation dont nous jouissons auprès de Toi, Nous Te supplions d'ignorer ses péchés et de lui pardonner ses fautes." Ce pécheur est alors pardonné et bénéficie de la Grâce et la Miséricorde divine.

Les versets Coraniques à ce sujet sont édifiants mais il faut cependant faire certaines distinctions.

L’Intercession ne peut "jouer" qu’avec la Permission divine.

1– L’Intercession se fait pendant le jugement dernier, après l’examen de Dieu, au moment de la décision finale et permet d’envoyer au Paradis celui qui aurait dû être conduit en enfer.

2– Il n’y a pas d’intercession au purgatoire où le pécheur est obligé de "purger sa peine", une réduction de ses souffrances y est cependant possible grâce à l’intervention du Prophète et des Imams et non l'intercession dans le sens du Coran et des Hadiths.

3– Ceux qui peuvent intercéder pour nous à ce niveau, ont dit:

"Faîtes des efforts pour entrer comme des humains sur la scène du jugement, pour que nous puissions faire quelque chose pour vous!"

Par conséquent, si l’homme est devenu un être sauvage et que sa nature humaine a été transformée et avilie à tel point qu’il apparaît sous une forme animale, au jugement, aucune intercession ne sera possible. L’intercession est une chose qu’il faut mériter.

4– Ceux qui peuvent intercéder pour nous, ont déclaré qu’ils ne le feraient jamais pour des péchés impardonnables comme l’abandon de la prière.

5– C’est une erreur de commettre des péchés en comptant sur l’intercession du Prophète et des Imams. Celui qui agit ainsi ressemble à quelqu’un qui compterait sur l’aide du médecin en avalant un poison.

Le repentir (Tobe)

Pour le Coran et les Hadiths, un pécheur qui se repent de ses fautes avant de mourir, sera pardonné par Dieu et ne sera pas interrogé.10

La voie du repentir et du retour vers Dieu est toujours ouverte aux pécheurs. Personne ne doit désespérer de la Grâce divine.

Mais il ne faut pas s’imaginer que le seul fait de prononcer la formule de repentir et de verser quelques larmes nous assurera le pardon de Dieu.

Un véritable repentir doit répondre à certaines conditions précises dont Ali Ibn Abi Taleb (Que le salut de Dieu soit sur lui), a parlé dans le "Nahj–ol–Balaghe".

"Le repentir véritable a six exigences:

Un regret véritable.

La ferme intention de ne plus commettre de faute.

La réparation des préjudices faits à autrui.

Le rattrapage des obligations négligées.

Beaucoup de larmes pour effacer les effets d’une nourriture interdite ou illicite.

La patience dans les difficultés et la patience face à l’âpreté de la piété et de la vertu, par rapport à la facilité et au plaisir du péché.

C’est quand tu auras rempli toutes ces conditions que tu pourras prononcer la formule de repentir."11

  • 1. – Coran, 23:115, Pensiez–vous que Nous vous ayons créés sans but et que vous ne seriez pas ramenés vers Nous?
  • 2. – Coran, 38: 28, Traiterons–nous ce qui croient et qui font le bien comme ceux qui corrompent la terre? 
  • 3. – Behar–ol–Anvar, Vol.6, P.249.
  • 4. – Behar–ol–Anvar, Vol.6, P.145.
  • 5. – Coran, 23: 100, Coran, 2: 54, Coran, 3: 169, Behar–ol–Anvar, Vol.6, P.242, Behar–ol–Anvar, Vol.6, P.214–202–282.
  • 6. – Behar–ol–Anvar, Vol.7, P.57–237.
  • 7. – Coran, 43: 71.
  • 8. – Behar–ol–Anvar, Vol.8, P.71–322.
  • 9. – Coran, 104: 6.
  • 10. – Kafi, I 3 partie ,P.183,
  • 11. – Nahj–ol–Balaghe, édition égyptienne, Vol.2, P.253.