Table of Contents

Leçon 26: Preuves sur la résurrection

La nature

1 - La vie après la mort... appel naturel

Parmi les preuves se rapportant à la résurrection, il y a cet appel profond de la nature humaine. Ainsi si nous considérons la vie des peuples d’un point de vue sociologique, nous nous apercevrons que l’homme croit à la vie après la mort depuis la nuit des temps.

D’ailleurs les fouilles et les ruines indiquent que l’homme de l’antiquité croyait à la vie après la mort... une vie dans un monde autre que celui-ci où nous vivons. C’est pourquoi les gens, à cette époque, enterraient les morts avec leurs outils et tout ce qu’ils utilisaient de leur vivant, afin de pouvoir s’en servir après la résurrection.

Nombreux sont les peuples chez qui l’on retrouve cette croyance comme les Romains, les égyptiens, les grecs, les babyloniens, les chaldéens, etc.. Le célèbre sociologue Samuel king a dit: « il y a plus de trois mille ans, les Grecs croyaient que l’homme n’était pas réduit au néant après la mort, mais plutôt qu’il ressuscitait et menait une autre vie à l’instar de celle qu’il a connue en ce monde-ci, en éprouvant des besoins pareils à ceux qu’il éprouvait ici. C’est pourquoi les Grecs mettaient de la nourriture à côté de leurs morts ».

2 - Echec de l’homme à saisir correctement l’appel naturel

L’homme avait une conception erronée de la vie après la mort. De nombreuses fausses croyances soutenaient que celle-ci ne différait pas trop de la vie que nous menons ici bas. C’est ainsi que les habitants des îles Fiji pensaient que les morts menaient une vie normale et pratiquaient des activités telles que l’agriculture, le mariage, ou encore la guerre et les luttes. Les Mexicains quant à eux enterraient le roi en compagnie de son clown privé, car ils pensaient que ce dernier le soulagerait de son chagrin en continuant à le divertir !

3 - L’appel de la nature confirme la vérité

Comment peut-on expliquer l’appel de la nature, cet appel profond en l’homme? peut-on l’expliquer par le fait que cet appel obéit seulement à la volonté divine ou bien à une réalité extérieure lui servant de preuve? Il est regrettable que certains chercheurs en sociologie, dans leur étude des croyances, des mythes et légendes de différents peuples, plus particulièrement la question relative à la vie posthume, prétendent que cette tendance naturelle n’existe pas réellement.

Est-il donc logique de calmer un nourrisson affamé qui réclame le sein de sa mère pour téter le lait, avec une tétine qui servira juste à étouffer sa nature intérieure, car on aura nié l’existence du sein et du lait qu’il contient en tant que réalité extérieure !

L’histoire nous montre que l’homme s’est de tout temps trompé quant au dieu qu’il doit adorer. Nombreux sont les peuples qui ont adoré des idoles et de fausses divinités qui représentaient à leurs yeux le véritable dieu. Cependant cela implique-t-il une exclusion de cette nature innée qui recherche sans cesse Dieu en vue de l’adorer. Le fait de se tromper sur le dieu qu’on doit adorer implique-t-il la non-existence de cet appel naturel à la réalité divine? En aucun cas, le faux critère ne peut signifier que les tendances naturelles n’existent pas chez l’homme.

De telles croyances bien enracinées chez l’homme ne peuvent relever de mœurs et coutumes de peuples. Le fait qu’elles accompagnent l’humanité à travers la longue marche de l’histoire prouve qu’elles relèvent de la nature innée de l’homme dont Allah l’a pourvu lors de sa création. De plus, les mœurs et coutumes sont en perpétuel changement, alors que ces croyances sont immuables tout au long de l’histoire.

Le sentiment de l’homme vis-à-vis de la justice a-t-il changé? l’homme n’est-il pas glorifié depuis toujours? le bien ne demeure-t-il pas une noble valeur dans la vie de l’homme depuis des millénaires? Les différentes générations qui se sont succédées n’ont elles pas glorifié le sacrifice, l’amour et la liberté?

4 - La négation des tendances naturelles implique la négation des vérités évidentes

Même si la foi en la résurrection est assortie de certaines légendes, ce qui est évidemment contradictoire, il n’en demeure pas moins que cette tendance naturelle qui accompagne le développement intellectuel à travers l’histoire démontre l’authenticité de cette aspiration et son caractère naturel.

En outre, les connaissances humaines étant fondées sur des évidences, elles ne peuvent de ce fait contester certaines réalités, ce qui remettrait en cause la totalité des sciences humaines fondées également sur des évidences. Et puisque la nature innée est la plus grande preuve à cet égard, elle ne peut donc être remise en cause.

Ces évidences n’obéissent pas à un quelconque raisonnement. Au contraire toute argumentation doit se faire par rapport à une évidence. Ainsi, lorsqu’un enfant comprend ce que signifie une partie ou le tout ou encore le plus grand, cela arrive spontanément sans qu’on ait besoin de le lui apprendre. Le tout est en effet plus grand que la partie d’un tout. La négation de ces évidences naturelles implique la négation de toute forme de vérité, d’où l’illusion de son existence même en étant douée de raison et de conscience.

5 - Les données de la nature

C’est cela l’appel de la nature. Il accompagne l’homme tout au long de l’histoire, et il n’y a pas lieu d’argumenter sur le fait que l’homme ressuscitera après la mort et que son existence ne prendra pas fin, mais qu’il renaîtra dans un autre monde.

Avec ce sentiment naturel de l’homme que le monde est fondé sur la justice et sur la responsabilité, il est impossible que le monde prenne fin sans que justice ne soit rendue.

L’appel naturel nous interpelle: ce criminel qui cherche à échapper à la justice et ces tyrans qui piétinent les lois ne seront pas épargnés par la justice universelle. Si cette dernière était une illusion, pourquoi réclamerions-nous alors la justice en ce bas monde? Pourquoi éprouverions-nous de la souffrance lorsque certains sont lésés dans leurs droits? Pourquoi aussi devrions-nous sacrifier notre vie pour l’établissement de la justice? Pourquoi aspirerions-nous à ce que certaines choses se réalisent? n’y a-t-il pas dans toute cette soif pour la justice une preuve de son existence au même titre que la soif que nous éprouvons pour l’eau témoigne de l’existence de celle-ci?

L’aspiration à l’éternité est une preuve de la réalité de la vie éternelle

Parmi les tendances naturelles de l’homme, il y a son désir de vivre éternellement comme c’est le cas de sa quête de dieu. C’est un sentiment que porte en l’homme de puis toujours. Même les négateurs de la résurrection éprouvent un désir ardent pour la vie après la mort.

L’homme est de ce fait, différent de l’animal lorsqu’il satisfait ses instincts. Car, l’animal, une fois ses instincts assouvis, il retrouve la paix. À l’opposé, l’homme ne connaît pas de limite, et combien nombreux sont les savants et les sages à avoir critiqué la vie dominée par les plaisirs et les jouissances. Donc même si certains ne croient pas en la résurrection, il n’en demeure pas moins qu’à travers leur comportement, ils s’attachent bien à perpétuer leur souvenir dans la mémoire des générations suivantes, après la mort.

Dès lors, il est clair que si la mort représentait la fin, il serait absurde que ces gens-là pensent de la sorte en raison de ce sentiment naturel qui les anime intérieurement.

La recherche de l’infini est une preuve de l’existence d’un monde illimité

Les tendances naturelles de l’homme ne connaissent pas de limite. Ainsi, l’homme continue toujours à nourrir des aspirations sans que rien ne lui donne satisfaction, même si on mettait à sa disposition la terre entière. Il sera toujours en quête de ce qui est plus grand, plus vaste. Car il y a en lui un vif sentiment qui ne lui laissera aucun répit. Ce désir ardent qu’éprouve l’homme sans cesse, s’applique également à la science et au pouvoir.

Nous avions dit précédemment que les tendances naturelles ne dérivent pas du vide, ce qui implique que l’existence ne prendra pas fin par la mort. Au contraire, l’homme continuera son existence tout en réalisant ses aspirations qui s’agitent en lui. Il est d’ailleurs mentionné dans le Coran que l’homme parviendra à la réalisation de ses espoirs et de ses aspirations.

Pourquoi l’homme oublie-t-il l’appel de la nature?

En effet, ce sont les passions et la pollution intellectuelle de l’environnement qui sont derrière l’extinction de l’ardeur spirituelle de l’homme. Ce sont les poisons démoniaques qui empêchent l’éclosion de la nature humaine et son épanouissement, d’où l’apparition successive de prophètes à travers l’histoire. Le noble Coran dit à cet égard: « ne pense nullement qu’Allah puisse manquer à sa promesse envers ses envoyés. En vérité, il est puissant et vengeur. [on s’en rendra bien compte] le jour où la terre sera changée et les cieux également et où les hommes se présenteront devant Allah, l’unique, le vainqueur. Tu verras alors les criminels accouplés par les [pieds et les mains] dans les fers. Leurs tuniques seront de goudron et le feu couvrira leurs visages. [il en sera ainsi], Allah rétribuant chaque âme selon ses actes [sur terre], car il est prompt dans ses comptes. Voilà un message pour les hommes, afin qu’ils soient avertis et sachent qu’il est un dieu unique, et enfin pour que les hommes doués d’intelligence réfléchissent ».

Point de vue de la science sur la possibilité de la résurrection

Parmi les données scientifiques, il y a la possibilité d’un retour à la vie après la mort. Ainsi, les matérialistes avaient, dans le passé, catégoriquement exclu la possibilité de la résurrection, en soutenant que la vie est impossible après la mort. Cependant, aujourd’hui il est établi que l’homme qui dérive de la terre subit après la mort, une transformation par laquelle il se désintègre en particules qui se confondent avec la terre.

L’homme retrouve ainsi l’état initial avant son apparition. Il ne s’agit pas là d’une disparition, mais d’une transformation d’un état à un autre, car dans les deux cas il conserve toujours son essence. Nos actions, bonnes ou mauvaises demeureront également intactes et c’est elles qui détermineront notre sort et notre avenir.

Ainsi, certains en procédant à la collecte d’ondes sonores les mettant en rapport avec des hommes décédés depuis longtemps, ont abouti à d’assez bons résultats. Il s’agit là de données scientifiques soutenant la réalité de la résurrection. Et puisque l’homme conserve son essence, puisque les actions conservent à leur tour toute leur vigueur dans l’espace de l’univers, pourquoi alors s’imaginer qu’Allah ne serait pas capable de recréer l’homme et de le ressusciter? Le noble Coran ne dit-il pas à cet égard: « de la terre nous vous avons créés. En elle nous vous ramènerons. D’elle, nous vous ferons sortir une fois encore ».

La logique du Coran

Lorsque la question de la résurrection fut posée dans le noble Coran, un certain individu dénommé abû ibn khalif se présenta chez le prophète, qu’Allah prie sur lui et le salue, et, tenant un vieil os qui s’effritait dans sa main, il s’adressa à lui en ces termes: « qui redonnera la vie à ces os effrités? ». Ce à quoi il eut une réponse par des versets Coraniques on ne peut plus éloquents: « réponds: celui qui les a formés la première fois leur redonnera la vie, car il a de toute création un savoir absolu ! or ça, qui a créé les cieux et la terre n’est-il pas capable de créer leurs pareils? Mais oui ! il est le créateur, l’omniscient ». Le Coran se pose ensuite la question suivante: « eh quoi ! avons nous été harassés par la première création? En somme, ils sont dans la confusion [au sujet] d’une création nouvelle ».

La création nouvelle qui est d’une extrême précision ressuscite toute chose dans son essence, ses traits et son expression. Le noble Coran dit à cet égard: « l’homme croit-il que nous ne réunirons jamais ses ossements? Mais si ! nous sommes capables de remettre en ordre [tout en lui, même] ses phalanges ».

Ainsi, même ces phalanges impressionnantes qui permettent de déterminer l’identité de l’homme et qui ne sont jamais identiques chez deux personnes, seront ressuscitées, car il s’agit là d’une puissance absolue qui n’était pas incapable lors de sa première création, comment le serait-elle donc pour sa résurrection? !

Résumé

1 - la vie après la mort est l’appel profond de la nature qui accompagne l’homme tout au long de sa vie. Les découvertes archéologiques confirment cette vérité.

2 - les mythes et légendes qui ont accompagné l’homme ne sont qu’une mauvaise interprétation de cet appel naturel authentique.

3 - la négation des aspirations et tendances naturelles est due à la pollution intellectuelle de l’environnement résultant de la propagande matérialiste et la désinformation qui exploitent les passions et les instincts de l’homme.

4 - les tendances naturelles bien enracinées chez l’homme sont une marque de leur existence effective. Aussi, l’aspiration à l’éternité et à l’infini indique la réalité d’un autre monde correspondant.

5 - les données scientifiques appuient la possibilité de la résurrection, ce qui de l’avis des matérialistes, est impossible.

6 - le noble Coran confirme de façon catégorique la réalité de la résurrection et sa possibilité, car elle est basée sur une puissance absolue qui est la puissance illimitée d’Allah.

Questions et débats

1 - comment l’appel de la nature peut-il constituer une preuve de la nécessité de la résurrection?

2 - citez des exemples sur l’espoir que nourrit l’homme naturellement pour la vie posthume à travers l’histoire de l’humanité.

3 - l’échec de l’homme à trouver un critère fondé exprimant l’appel de la nature signifie-t-il pour autant que cette tendance naturelle n’est pas authentique? Citez un exemple en rapport?

4 - quelles sont les caractéristiques des tendances naturelles? Faites-en une comparaison avec les coutumes populaires.

5 - pourquoi est-il impossible de nier les tendances naturelles?

6 - qu’indique l’aspiration de l’homme à l’éternité et à l’infini? comment peut-on prouver cela?

7 - pourquoi la nature chez l’homme, s’éteint-elle ou se cache-t-elle parfois?

8 - quelles sont les données scientifiques dans le domaine de la résurrection? Citez deux versets Coraniques en rapport avec la résurrection.