Table of Contents

Leçon 27: Aspects de la résurrection

Introduction

Lorsqu’on contemple les différents aspects de la nature qui nous entoure, on s’aperçoit qu’il y a plusieurs indices en faveur de l’existence de la résurrection. Ce sont les preuves les plus convaincantes de la réalité de la résurrection.

La réapparition de la vie dans les choses mortes est sans aucun doute un phénomène impressionnant incitant l’homme à la méditation et à ajouter foi à la résurrection.

Ainsi, en hiver, les arbres dans les jardins sont complètement dénudés, donnant l’impression d’un cimetière spécialement aménagé pour les arbres. ces derniers ne présentent plus que de simples branches et troncs dénués de toute vie. Tout vous rappelle la mort... une triste atmosphère où règne un profond silence.

Cependant, dès l’approche du printemps, tout subit un changement... les arbres reprennent peu à peu vie, la sève coule dans les branches, les bourgeons éclosent, les fleurs s’épanouissent, et c’est ainsi que le jardin revit. La terre arrosée par la pluie retrouve sa vigueur et reverdit. Bref, toute la nature morte ressuscite.

En effet, nous observons ce phénomène de façon régulière, mais nous ne méditons pas vraiment sur la signification de cette vie qui abandonne les arbres et la terre en raison des conditions climatiques et qui réapparaît par la suite. Pourquoi, donc réduit-on ce phénomène qu’est la résurrection au monde de la flore? pourquoi refuse-t-on de l’admettre dans la vie de l’homme?

Ces arbres sont capables de conserver la vie dans leurs cellules durant des millénaires, et lorsque les conditions sont favorables, celle-ci réapparaît.

Les générations d’êtres humains peuvent à leur tour, après leur mort et leur décomposition au contact de la terre, reprendre vie « au printemps » de la résurrection. Car les conditions favorables à cette résurrection seront remplies et les différents composants de l’homme se rassembleront ainsi tandis que la vie les réanimera.

Le phénomène de la vie de l’au-delà demeure une réalité plutôt confuse chez l’homme. Elle demeurera toujours un secret pour lui, mais il n’en demeure pas moins que c’est une réalité possible. Car la vie, à l’état latent dans atomes, peut se manifester de nouveau, dès que les conditions favorables se présenteront. Il n’y a d’ailleurs aucune preuve scientifique contestant cette thèse.

Que dit le Coran à cet égard?

a - Possibilité de la résurrection

Compte tenu de l’omnipotence divine et de l’incapacité de la science à redonner la vie, on rejoint l’affirmation logique du Coran sur la possibilité de la résurrection sur la base de la facilité avec laquelle la première création a été réalisée: « avez-vous remarqué ce que vous éjaculez? Est-ce vous qui créez le sperme ou en sommes-nous le créateur? Nous avons décrété que vous mouriez et nous ne saurions être devancés pour vous remplacer après votre trépas par vos semblables et pour vous faire renaître en ce que vous ne connaissez pas. Certes, vous connaissez la première création ! Que ne réfléchissez-vous pas ! ».

Dans un autre verset le Coran affirme: « que l’homme examine ce dont il a été formé ! il a été créé d’un liquide éjaculé sortant entre les lombes et les iliaques. [Allah] peut fort bien le ramener [à son état originel] ».

Il est encore dit dans un autre verset: « c’est lui qui commence et recommence la création. Cela lui est très aisé ».

L’imam ‘ alî, que la paix soit sur lui a dit: « je suis étonné de celui qui nie la dernière création alors qu’il voit la première ».

b - Exemples de résurrection en ce bas monde

Le noble Coran n’évoque pas seulement la résurrection comme une éventualité, mais il la confirme au même titre que la résurrection des gens de la caverne qui sont restés plonger dans leur sommeil pendant trois cent neuf ans, de même que la vie du prophète, qu’Allah prie sur lui et le salue, un siècle après sa mort ou la résurrection des oiseaux après leur mort et leur réponse à l’appel d’ibrahim, etc..

Aussi, le Coran, en évoquant la possibilité de la résurrection, nous invite à la méditation sur la nature qui meurt et qui ressuscite continuellement, témoignant par là même de la résurrection. Le noble Coran dit à cet effet: « nous redonnons la vie à un pays mort [de sécheresse]. Ainsi sera la résurrection ». Dans un autre verset il est dit: « Ô hommes ! si vous êtes dans le doute au sujet de la résurrection [rendez-vous compte que] nous vous avons créés de poussière. Il en est ainsi, parce qu’Allah est la vérité, qu’il redonne la vie aux morts, qu’il a pouvoir sur tout ». « Allah vous fait croître de la terre comme des plantes. Puis il vous y fera retourner et vous en fera sortir véritablement ».

c - Nécessité et inéluctabilité de la résurrection

Le Coran, en vertu de la sagesse et de la justice divines, présente la résurrection comme une nécessité et une fatalité. Plusieurs versets l’indiquent: « ils jurèrent par dieu, avec toute la force de leurs convictions [affirmant]: “Allah ne ressuscitera pas celui qui meurt !”. [pourtant] si ! il ressuscitera [les morts] selon une promesse qu’il se doit de tenir, mais la plupart des hommes ne savent pas ».

Le Coran présente la résurrection comme une promesse faite par Allah et devant inévitablement s’accomplir.

Dans un autre verset, il est dit: « les incrédules prétendent qu’ils ne seront jamais ressuscités. Dis-leur: « mais si, par mon seigneur ! vous serez ressuscités certainement et certainement vous serez avisés de ce que vous aurez fait ! cela sera aisé pour Allah ! ».

L’indépendance de l’esprit, signe évident dont la mort ne marque pas la fin de la vie

Introduction

Le caractère spécifique de l’esprit: parmi les questions permettant de prouver la réalité de l’au-delà, il y a celle relative à l’esprit et son caractère immatériel. Ainsi, malgré les innombrables recherches effectuées dans ce sens, aucun progrès n’a été enregistré quant à la nature de l’esprit.

Il est dit dans le noble Coran: « on t’interrogera sur l’âme. Dit: l’âme relève de l’ordre de mon seigneur et, en fait de science, vous n’avez reçu que peu de chose ».

En effet, malgré les innombrables recherches entreprises par la science en vue de déterminer la nature de l’esprit, elle continue toujours à buter sur cette question.

Le noble Coran présente l’esprit comme étant indépendant: « nous avons créé l’homme d’un extrait d’argile ; puis nous en fîmes une goutte de sperme déposée en un réceptacle sûr. Nous avons métamorphosé la goutte de sperme en jointif, celui-ci en un embryon dont nous avons fait une ossature que nous avons revêtue de chair. Nous l’avons ensuite transformée en une tout autre création. Béni soit Allah, le meilleur des créateurs ! »

Dans un autre verset, il est dit: « ensuite il lui a donné une forme harmonieuse et a insufflé en lui de son esprit. Il vous a dotés d’une ouïe, d’une vue, d’un cœur. Rarement vous [lui] témoignez votre reconnaissance ».

Puis dans un autre verset il est fait mention de la créature d’Allah et de l’ordre donné aux anges pour se prosterner devant elle: « et lorsque j’en aurai parfait la forme et insufflé en lui mon esprit, vous vous jetterez devant lui et vous vous prosternerez ».

Nous remarquons à travers cette série de versets, les différentes étapes de l’évolution physique de la création de l’homme. Ensuite intervient une transformation importante lorsque l’esprit est insufflé au corps. Cependant cet esprit ne provient pas de la terre, car c’est une réalité immatérielle, indépendante qui ne possède aucunement les caractéristiques de la matière.

Même les matérialistes, malgré les divergences qui les opposent aux hommes religieux, sont soumis à cette réalité spirituelle. Et lorsqu’il y a divergence, celle-ci se limite seulement à l’indépendance ou à la non-indépendance de l’esprit.

La pensée matérialiste

Les matérialistes refusent d’admettre que l’esprit soit une essence indépendante et pensent qu’il représente l’ensemble de l’activité humaine résultant d’une série de signes neurologiques, qu’il dépend de lois physiques et reflète l’activité physique neurologique de même que les réactions chimiques afférentes.

C’est là que commence la divergence entre le point de vue matérialiste et l’attitude de la religion. Les matérialistes comparent l’homme à une voiture qui se compose de plusieurs éléments. Ainsi s’il se trouve que l’un de ces éléments tombe en panne, la voiture ne fonctionnera plus. Il en est de même pour l’homme, en sorte que si son cerveau subit un dommage, il cessera inéluctablement de vivre. On déduit de cette thèse que l’esprit est un élément physique faisant partie des autres composants de l’homme.

En réalité, cette thèse risque grandement d’induire en erreur par une comparaison abusive entre l’homme et la voiture. Car comment peut-on considérer l’esprit et sa manifestation à travers la volonté et la perception, comme une réalité physique? ! de plus, le dommage subi par l’une des différentes parties de l’homme et la cessation de la vie qu’elle implique pour ce dernier n’indique pas que l’esprit est physique. Car les membres de l’homme ne sont rien d’autre que les instruments de l’esprit par le biais desquels celui-ci peut exercer des activités, et il est tout à fait normal que l’activité de l’homme cesse, en raison de cette détérioration subie par ce membre puisque l’esprit perd à travers lui la faculté d’exercer son travail.

C’est pourquoi la relation entre le corps et l’esprit est définitivement rompue à la suite de certains accidents. Il convient d’ailleurs, à cet égard, de souligner que c’est l’esprit à lui seul qui accomplit les différentes activités et non pas les cellules physiques. À titre d’exemple, c’est lui qui est derrière les facultés sensitives comme l’ouïe et la vue et non les organes correspondants que sont l’oreille et l’œil.

Lorsque l’homme utilise l’appareil téléphonique à travers lequel s’opèrent l’audition et la parole, est-ce le téléphone qui entend et qui parle ou bien l’homme? Ceci est valable aussi pour la voiture, car si son moteur, par exemple, ne fonctionne plus à la suite d’une panne, est-il logique d’affirmer que c’est l’ensemble de la voiture qui est en panne, ou que la voiture représente le moteur, et que le conducteur de même que les autres éléments ne sont plus d’aucune nécessité, puisque la voiture aura perdu tout ce qui la compos, par suite de la panne du moteur? Certainement pas ! car le moteur, de même que tous les autres éléments de la voiture, sont à la disposition du conducteur.

Peut-on dire que l’homme ne représente que le cerveau, lorsque l’activité de celui-ci cesse tandis que son activité psychique continue? En établissant une comparaison, on pourrait dire que l’esprit ressemble à l’énergie électrique, indispensable au fonctionnement de certains appareils. Ainsi, lorsqu’il y a rupture du courant électrique, ces appareils semblent subir une sorte de mort. Il en est de même pour l’homme. Lorsque celui-ci meurt, son corps n’est plus en rapport avec l’esprit. Cependant cette rupture n’indique pas la disparition de l’esprit comme c’est le cas de la coupure du courant électrique qui implique la fin de celui-ci.

Les caractéristiques de la perception humaine indiquent l’immatérialité de l’esprit

Les êtres physiques sont caractérisés par leur lien au temps, à l’espace, au changement et à la transformation, alors que les différentes perceptions de l’homme ne sont pas soumises à cela. C’est ainsi qu’il y a certaines perceptions qu’on ne peut expliquer d’un point de vue physique. Lorsque nous établissons une comparaison entre deux choses, en vue d’y porter un jugement, celui-ci doit se faire en dehors des sens. Il apparaît dès lors que ce qui se réfléchit sur les cellules du crâne n’est autre que des images particulières, alors que le juge doit être informé sur toutes les images pour pouvoir établir la comparaison.

Lorsqu’il n’y a pas de cellule nerveuse portant cette caractéristique et jouissant de cette faculté, ce que les matérialistes ne peuvent prétendre, on est contraint d’admettre que le jugement est prononcé ailleurs.

Les perceptions humaines jouissent, entre autres, de la faculté d’assimiler les réalités universelles. Ainsi les résultats auxquels on aboutit au moyen de l’expérience et les informations collectées sur la base des sens, sont soumis au changement, car ils sont inscrits dans un cadre purement physique. Cependant, les résultats fondés sur les perceptions sont fixes, permanents, universels, non liés au temps et à l’espace, ce qui n’est pas le cas pour la matière.

Ainsi l’homme, par exemple, reconnaît le goût du sucre grâce au sens du goût. Et lorsqu’il goûte plusieurs fois cette substance, il juge que cette substance est sucrée. Il est évident que ce ne sont pas les sens et les cellules nerveuses qui prononcent ce jugement, car tout ce que fait le sens du goût se limite à un moment et à un lieu donnés et concerne un sujet bien défini, tandis que le jugement universel n’est point soumis à ces restrictions. Dès lors, il apparaît que la perception des réalités universelles est à son tour, une preuve quant à l’immatérialité de l’esprit et de son indépendance.

La stabilité de la personnalité est une preuve de l’immatérialité de l’esprit

Parmi les autres preuves démontrant l’immatérialité de l’esprit, il y a l’unicité et la stabilité de la personnalité humaine. Ainsi, l’homme, de par sa science immédiate, sait qu’il possède une réalité stable, dite « le moi ». Cette réalité accompagne l’homme durant toute sa vie sans changer et sans disparaître.

De plus, les cellules physiques du corps humain étant en changement continu, l’organisme humain, connaîtront au bout de sept à huit ans, selon les biologistes, un changement de toutes ses cellules. D’autre part, bien que la réalité du « moi » continue à exister depuis l’enfance jusqu’à la vieillesse, les sentiments de l’individu subissent, eux, un changement. Cependant notre conscience intérieure confirme la permanence de cette réalité et sa continuité.

Notre personnalité, outre la dimension physique, se situe sur une ligne comparable au fil de chapelet qui réunit la totalité de ses grains dans un parfait ordre ; c’est cela l’esprit qui réunit tous les éléments dispersés dans le cours de la vie, et qui est immatériel et indépendant.

À présent qu’il est établi que l’esprit n’a pas d’existence physique, il s’avère aussi certain qu’il y a, outre le monde physique, un autre monde aux caractéristiques différentes, ce qui écarte la thèse des matérialistes selon laquelle il n’y aurait pas de monde métaphysique.

Résumé

1 - la nature nous fournit des exemples sur la résurrection à travers les plantes qui perdent la vie en hiver puis ressuscitent au printemps.

2 - la résurrection est présentée dans le Coran comme une possibilité en considération de l’omnipotence divine. Elle est également citée comme une nécessité afin que se réalisent la sagesse et la promesse d’Allah.

3 - parmi les preuves démontrant l’événement inéluctable qu’est la résurrection, et l’existence du monde métaphysique, il y a l’esprit et son caractère immatériel. Ainsi, parlant de l’origine de l’homme, le Coran met en valeur la dernière phase de sa création durant laquelle l’esprit lui est insufflé et qui est désignée par l’autre création, en ce sens qu’il en a subi une grande transformation, ce qui confirme l’incapacité de la science à expliquer l’énigme de l’esprit et la vie.

4 - les matérialistes réfutent l’indépendance de l’esprit sans pour autant pouvoir expliquer la nature de celui-ci et sa manifestation à travers la volonté et la perception. Car les perceptions de l’homme ont des caractéristiques universelles et les jugements qui en découlent ne sont pas soumis aux facteurs physiques.

5 - une autre preuve démontrant l’immatérialité de l’esprit, c’est la stabilité de la personnalité humaine. Ainsi les cellules du corps sont en changement continu en sorte que le corps humain subit une transformation générale tous les sept à huit ans. Dans le même temps, la personnalité est stable durant toute la vie de l’homme et représente le centre de son existence.

Questions et débats

1 - citez des exemples sur la résurrection des morts.

2 - comment le Coran argumente-t-il sur la possibilité de la résurrection? Citez un verset.

3 - comment le Coran argumente-t-il sur la nécessité de la résurrection et son inéluctabilité? Citez des versets.

4 - qu’est-ce que l’esprit? Pourquoi le Coran désigne-t-il l’esprit par « l’ordre d’Allah »? Quelle est la différence entre l’être relevant de l’ordre et l’être relevant de la création?

5 - sur quels critères, les matérialistes se basent-ils pour réfuter l’indépendance de l’esprit?

6 - comment les perceptions humaines peuvent-elles être considérées comme des preuves de l’immatérialité de l’esprit?

7 - comment peut-on comprendre la stabilité de la personnalité? Quelle en est la preuve?