Table of Contents

Leçon 8: Quelques attributs d’Allah

Définition du monothéisme

Le monothéisme est, par définition, la foi en l’unicité d’Allah, glorieux soit-il, par son essence, ses attributs, ses actes, sa création des êtres, l’unique digne d’adoration.

Car il est non seulement impossible qu’Allah soit multiple par son essence, mais également par ses attributs. La transcendance d’Allah est inégalable.

D’ailleurs, Allah dans sa création du monde, n’a ni d’associé ni d’adjoint, il est seul à agir.

Notre maître ‘Ali, qu’Allah soit satisfait de lui, dit dans son premier discours du nahdju-l-balâgha: « le fondement de la religion c’est de le reconnaître (c’est-à-dire Allah), or pour le reconnaître pleinement, il faut lui témoigner sa foi, et pour lui témoigner sa foi, il faut proclamer son unicité, pour proclamer son unicité, il faut croire en sa pureté, pour croire en sa pureté il faut se garder de lui donner des attributs, car tout attribut est différent de celui auquel il est attribué et toute chose à laquelle on rattache un attribut en est différente. Donc qui décrit Allah, le compare, qui le compare, le rend pair, qui le rend pair, le divise, qui le divise, l’ignore donc... ».

Remarque: la description d’Allah par des attributs limitatifs cités dans le discours de l’Émir des croyants est réfutée et remplacée par la suite par les attributs transcendants illimités d’Allah, glorieux soit-il.

Preuves de son unicité

1 - Il est nécessaire dans son être pur, inégalable.

On ne peut concevoir les rapports quantité, de qualité, de temps et d’espace que pour un être limité et conditionné. Et comme Allah est pur dans son être, sans condition et sans limites, on ne peut donc imaginer qu’il est multiple.

Que l’on se représente l’eau, ne souffrant d’aucune limite, et que l’on reproduise la même image une deuxième fois, on constatera que celle-ci n’aura rien ajouté à la première représentation [puisque l’eau est illimitée], toutefois dès lors qu’on assigne des limites à cette même eau en dehors de la réalité hydrique il en résulte une multitude d’autres eaux telles l’eau de pluie, de mer, de fontaine... etc.

Autre exemple, si l’on suppose qu’il y a un monde illimité, sans fin, de sorte que chaque fois qu’on veut parcourir [sa surface] on ne parvient pas à sa fin, peut-on dès lors concevoir un autre monde, qu’il soit limité ou absolu? Certainement pas. Car notre supposition d’un monde illimité exclura l’existence d’un autre monde et notre imagination de celui-ci ne sera autre que notre représentation du premier monde illimité ou une partie de lui.

Ainsi, par là même que nous considérons l’essence divine comme unique, notre supposition qu’il y a une autre existence qui lui serait égale est pareille à notre supposition qu’il existe un autre monde égal au monde illimité, ce qui est impossible.

Il en résulte que l’unicité d’Allah réside dans son être et ne doit pas être envisagée en dehors de l’existence. En d’autres termes, cela ne veut pas dire qu’Allah ne se révèle pas [à travers la multiplicité], mais supposer une autre divinité en dehors d’Allah est inconcevable.

2 - L’harmonie et l’unité de l’existence dans ses différentes parties [du monde] témoignent de l’unicité d’Allah.

Les rapports liant les différentes parties de l’existence et l’harmonie qui règne entre elles attestent l’unicité du créateur. En l’absence de cette harmonie et unité dans le monde, ne serait-ce qu’un seul instant, celui-ci disparaîtrait. Par exemple la chaleur que reçoit la terre du soleil est à la mesure des besoins des êtres vivants qui y résident. La distance et la vitesse suivant laquelle la terre tourne autour du soleil sont mesurées de façon à garantir la vie à l’homme.

S’il se produisait quelque changement dans cette vitesse par exemple, la nuit et le jour deviendraient dix fois plus longs qu’ils le sont présentement, la faune et la flore brûleraient de chaleur et tous les êtres, durant la nuit, gèleraient.

Ainsi, le monde présente [une parfaite] harmonie entre ses différentes parties. Ceci explique par conséquent qu’il y a une seule et unique vérité, appelée aussi le principe, à laquelle ce même monde est rattaché.

3 - Preuves sur l’incompatibilité:

Il est possible d’élucider le sujet ci-dessus par le verset Coranique suivant: « s’il y avait d’autres divinités qu’Allah dans le ciel et sur la terre, tout serait livré au chaos. Gloire à Allah, maître du trône, il est bien au-dessus de ce qu’ils décrivent ! »

Mais puisque le ciel et la terre subsistent, donc ceci prouve qu’Allah est unique et n’a pas d’associé.

Lorsque l’imam Sadiq fut interrogé sur l’unicité d’Allah, il tira argument de la continuité de la création de l’existence et de l’universalité de l’ordre, unique, dont [les différentes] partie sont compactes comme cela est indiqué dans le noble Coran: « s’il y avait d’autres divinités qu’Allah [dans le ciel et sur la terre], tout serait livré au chaos ».

On peut d’ailleurs établir la preuve de la façon suivante:

1 - L’existence d’Allah est essentiellement nécessaire sous tous les rapports.

2 - Le rapport de l’être contingent réside dans sa dépendance de la cause qui l’a existencié (la nature de l’être existencié est relative).

3 - La probabilité sans le probable est impossible ; un effet unique ne peut avoir qu’une seule et unique cause (deux causes ne peuvent être, en même temps, à l’origine d’un même effet). On en déduit que le monde (étant un seul et unique effet) ne peut avoir qu’une seule et unique cause existenciatrice parfaite, et c’est pourquoi le monde ne peut pas avoir plus d’un créateur.

Le pouvoir divin

Il existe différentes façons de prouver l’omnipotence d’Allah, entre autres, la méditation sur les phénomènes de l’existence et le pouvoir divin se manifestant à travers ces phénomènes et auquel la raison humaine est soumise.

Même si la connaissance que possède l’homme sur l’existence est infime, limitée, il n’empêche que la méditation et les découvertes de certains secrets sont largement suffisantes pour attester l’omnipotence d’Allah, transcendant soit-il.

La méditation sur les êtres vivants microscopiques ainsi que l’extraordinaire diversité des êtres vivants au fond des mers, de même que la méditation sur le monde fascinant des oiseaux, le battement de leurs ailes, la contemplation des étoiles scintillantes si éloignées dans l’espace, les galaxies, les colossales nébuleuses, les planètes emplissant le ciel, enfin la méditation sur les secrets que renferme l’homme en harmonie avec ce macrocosme, pour reprendre les termes de l’imam ‘Ali. tout cela reflète nettement l’omnipotence du créateur, glorieux et transcendant soit-il et toute cette existence ne s’est manifestée que suite à une volonté absolue qui dit: « sois » et il est.

Allah, glorieux soit-il, dit dans le noble Coran: « son ordre, quand il veut une chose, est de dire seulement: sois ! Et elle est ! »

La création du monde

La petitesse, la grandeur, le difficile et le facile sont des caractéristiques inhérentes aux êtres contingents. Transposés dans un domaine [métaphysique], illimité, ces concepts n’ont aucune valeur. Car il n’y a pas de différence entre créer ce qui est petit et facile et ce qui est grand et difficile pour l’omnipotence d’Allah, transcendant soit- il. Allah, glorieux soit-il, dit dans le noble Coran: « Allah ne saurait être tenu en échec par quoi que ce soit, dans les cieux et [comme] sur terre. Il est omniscient et puissant ». Allah, glorieux soit-il a le pouvoir de créer tout ce qu’il veut, toutefois, son désir a voulu créer le monde selon un ordre particulier. Dans le cadre de cet ordre, certains êtres sont devenus des causes engendrant d’autres êtres... ainsi chaque être joue le rôle qui lui est fixé.

D’ailleurs en s’acquittant de leurs obligations, les êtres sont soumis à leur créateur. Ces êtres ne désobéissent point aux injonctions divines. En d’autres termes, l’être en accomplissant son devoir, n’est pas [maître de lui-même] tout comme il n’est pas indépendant ; ses actes ne sont autre que les actes divins. Ainsi, si Allah glorieux soit-il, veut neutraliser le rôle d’un de ces êtres et rendre son effet nul, il le fera. Ceci s’est déjà produit lorsqu’on a voulu brûler Ibrahim, que la paix soit sur lui. Il est dit dans le noble Coran à cet effet: « o feu, dîmes-nous cependant, sois pour Ibrahim un froid salutaire ! Ils voulurent user de perfidie contre Ibrahim, mais nous fîmes d’eux les plus grands perdants ».

Différence entre la puissance divine et celle de l’homme

Lorsque l’homme veut fabriquer quelque chose, il rassemble certains moyens et outils nécessaires à cet effet. Ceux-ci [tout d’abord] ne sont reliés par aucun rapport essentiel [et ce n’est que lorsque] l’homme fait usage de son cerveau qu’il arrive à en faire un tout. Par exemple lorsqu’il veut construire quelque chose, il ramène les matériaux de construction nécessaires et les assemble suivant une méthode donnée.

Nous remarquons ici que le rôle de l’homme dans sa construction consiste uniquement à fabriquer ces matériaux et à les assembler. Ainsi il n’a rien créé de ce qui était inexistant.

L’acte divin par contre est différent de celui de l’homme. Il crée toute chose du néant avec ses caractéristiques.

Y a-t-il un rapport entre le pouvoir et l’impossible?

La réponse à cette interrogation est négative, car le pouvoir s’accorde avec ce qui est possible. Quant aux choses qui sont logiquement impossibles, elles ne sont ni prédisposées ni aptes. Ainsi si le vase ne peut contenir les eaux de l’océan cela n’implique pas pour autant qu’il souffre d’une incapacité, car ceci n’a rien à voir avec le pouvoir. Il s’agit là d’une incapacité relevant de l’acte.

Supposons qu’une personne infiniment généreuse se met à distribuer aux gens du lait. Quelqu’un se présente chez lui muni d’un vase dont la contenance est d’un litre. Ainsi lorsque la personne généreuse remplit le vase de lait, celui-ci ne pourra pas contenir plus d’un litre. Nous est-il donc possible, dans ce cas, de qualifier le généreux d’incapable parce qu’il n’a pas donné plus d’un litre à celui qui est venu le voir? Certainement pas, car l’incapacité et le manque sont en rapport avec le nécessiteux et non pas avec le généreux.

La science

Allah, transcendant soit-il, est omniscient. Il possède la science sur toute chose, petite ou grande, passée, présente et à venir. Car l’existence d’un environnement lié aux notions de temps et d’espace, et tous les êtres, ne sont que des effets immédiats. La science est la présence de connaissance chez le connaissant.

Le connaissant, pour nous, se divise en deux: le connaissant du monde invisible et le connaissant du monde manifesté. Quant à Allah, glorieux soit-il, il est unique dans sa science, car rien ne lui est caché. D’ailleurs à cet effet, il dit dans le noble Coran: « rien n’est caché à Allah sur la terre et dans le ciel ».

Pour prouver la science d’Allah, nous dirons que la cause connaît son effet, car celui-ci lui est immédiat, son existence est inhérente, liée à la cause. Cependant, l’exemple le plus frappant concernant la science d’Allah est sa manifestation dans l’une de ses créatures qu’est l’homme et qui prouve qu’il est omniscient.

Résumé

1 - Le monothéisme consiste à avoir foi en un dieu unique par son essence, ses attributs, ses actes, l’unique digne d’adoration.

2 - L’unicité d’Allah peut être prouvée de différentes façons:

a - L’être absolu est indivisible.

b - Si le monde était gouverné par plusieurs divinités, il aurait disparu et puisqu’il subsiste, son dieu n’a donc pas d’associé.

3 - Allah est omnipotent, d’ailleurs en méditant sur la création, on peut nettement le prouver.

4 - Le pouvoir n’a aucune relation avec l’impossible, d’ailleurs il ne peut être qu’un agent sans rapport ; l’incapacité réside plutôt dans l’acte de l’être [sur qui le pouvoir divin est exercé].

5 - L’acte divin est existenciateur sans limites, par contre l’acte humain relève de la disposition et du mouvement.

6 - Allah est omniscient. Sa science s’étend à toute chose et est immédiate parce que les êtres créés lui sont inhérents et immédiats.

Questions et débats

1 - Définissez le monothéisme et expliquez l’unicité de la divinité et le culte que lui vouent les êtres créés?

2 - Expliquez la preuve de l’être pur et de l’incompatibilité.

3 - Citez un exemple sur l’omnipotence divine.

4 - Y a-t-il un autre pouvoir autre que celui d’Allah qui intervient dans le monde? Comment?

5 - Allah peut-il mettre une montagne dans un œuf de poule? Comment?

6 - Démontrez la science d’Allah en citant un exemple.