read

Notre amour et notre respect pour les autres écoles juridiques de la Ummah

Bien que nous nous différenciions des sunnites en ce qui concerne la question du califat et de la succession du Saint Prophète, nous considérons tous les musulmans comme étant des frères et des coreligionnaires. Notre Allah, à nous tous, est le même, notre Prophète est le même, notre religion est la même, notre livre est le même, notre Ka`bah est la même.

Nous considérons l’honneur et le progrès de nos frères sunnites comme notre propre honneur et notre propre progrès, leur succès et leur victoire, les nôtres propres, leur disgrâce et leur défaite. Nous partageons donc aussi bien leurs bonheurs que leurs chagrins.

Nous nous inspirons en cela, de notre grand dirigeant, l’Imam Ali Ibn Abi Tâlib. Car, s’il l’avait voulu, il aurait pu défendre son droit au califat, mais, dans l’intérêt général de l’Islam, non seulement il s’est abstenu de combattre les califes, mais bien mieux, il les a aidés aux moments critiques. Il n’a jamais hésité à entreprendre n’importe quelle action dans l’intérêt de l’Ummah Islamique.

Nous croyons que le seul moyen pour le monde musulman de vivre comme une nation forte, de recouvrer sa gloire passée et de se débarrasser de la domination étrangère est de maintenir les musulmans à l’abri des dissensions et des discordes, et de les laisser concentrer leurs énergies à la réalisation de leurs buts, afin qu’ils puissent entreprendre des démarches collectives sur la voie de la gloire de l’Islam, et donc assurer le progrès et la prospérité pour les musulmans.

Conformons-nous à cet égard à ce que nous dit le Saint Coran :

« Obéissez à Allah et à Son Messager. Ne vous querellez pas, sinon vous fléchiriez ou votre chance de succès s’éloignerait. » (Sourate al-Anfâl, 8:46)

« Attachez-vous tous, et fermement, au pacte d’Allah (l’Islam), et ne vous divisez pas. » (Sourate Âle `Imrân, 3:103)